3 réflexions sur “Affaire Woerth-Bettencourt. En attendant le film, la télé (suisse)

  • 25 novembre 2010 à 0 h 17 min
    Permalien

    Mon mépris pour cette Suisse là n’aura d’égal que les millions d’euros que j’irai moi-même transférer aux Seychelles.

    Répondre
  • 25 novembre 2010 à 7 h 52 min
    Permalien

    Ah, j’te jure, ces journalistes pédophiles se croient tout permis. M’enfin, il faut prendre de la hauteur, il faut respecter la vulgarité du Président et sa clique et même ses chevaux. Parce que je le vomis bien.

    Répondre
  • 25 novembre 2010 à 9 h 31 min
    Permalien

    Cet amusant portrait évoque un élément qui est un peu resté ignoré en France: les dérives de la loi TEPA (travail, emploi, pouvoir d’achat), notamment dans le domaine de l’investissement dans les chevaux. Daniel Mermet a réalisé une émission là dessus (“On achète bien les chevaux”) que l’on peut encore écouter.

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1999&var_recherche=chevaux

    Je vous simplifie la recherche: à droite, vous avez une fenêtre avec un découpage de l’émission du 1er octobre 2010 en 12 chapitres. Vous pouvez évidemment tout écouter mais l’essentiel se situe à partir du 8/12, avec la continuité 9/12: Christian Ollier, maire de Deauville, puis le responsable de “Cheval Invest” vous expliquent comment, en s’appuyant sur cette loi TEPA, on peut diminuer son ISF de 50 000 euros par an et espérer une rentabilité de 4% des fonds placés en prenant des parts dans une écurie de course – et sans vraiment créer d’emploi. Tous deux expriment leur chaleureuse gratitude à Eric Woerth.
    Je vous en prie, prenez le temps d’aller écouter ces quelques courtes minutes de cynisme à l’état pur. Prenez quand même vos précautions: je ne peux pas vous garantir que vous n’aurez pas une soudaine envie de vomir…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »