Fukushima mon amour. « Vos bagnoles électriques, vous pouvez vous les carrer dans l'oignon ! »

Par « SuperNo » *

Nom de Zeus ! Regardez-moi ça! Explosion d’une des deux centrales nucléaires japonaises de Fukushima !

Sous nos yeux ébahis, le mythe de la croissance infinie, la solution ultime des scientistes pour fournir de l’énergie ad vitam aeternam, est en train de s’écrouler, au sens propre comme au sens figuré. Ce film est terrifiant !

C’est dramatique et c’était en direct : suite au terrible tremblement de terre qui a dévasté hier une partie du Japon, tué des milliers de gens (quoique considérablement moins que dans d’autres tremblements de terre, les architectes japonais étant manifestement bien meilleurs (et plus riches) que leurs collègues Haïtiens, Turcs ou Indonésiens), plusieurs centrales nucléaires sont en perdition, et les scientifiques qui s’en occupent en ont manifestement perdu le contrôle.

Le Japon est sans doute en train de vivre son Tchernobyl (dont, hasard funeste, on s’apprête ici à fêter le 25e anniversaire) Peut-être bien pire encore, car le Japon est surpeuplé, et Tokyo n’est qu’à 250 km ! Des millions de personnes vont peut-être à nouveau se faire irradier, terrible ironie de l’histoire dans un pays qui a déjà dû subir la folie des hommes, des scientifiques, des militaires, en se prenant sur la gueule il y a 65 ans deux bombes atomiques.

Il y a peut-être même des survivants d’Hiroshima et Nagasaki qui vont être frappés à nouveau !

Quand c’est arrivé en 1986 en Ukraine, on nous a dit : Bah, ce ne sont quand même que des popoffs, des communistes, ha ha ha, des mecs tout juste bons à fabriquer des Lada et des Iliouchine, ce genre de truc ne pourrait ja-mais arriver chez nous !

Sauf là, c’est au Japon, qui est sans doute le pays le plus avancé au monde en matière technologique.

Pire, on décèle chez les communicants du nucléaire japonais les mêmes mensonges, les mêmes faux-semblants, les mêmes artifices que chez Areva ou EDF. C’est bien simple, un communiqué émanant d’un “officiel du nucléaire”, que ce soit en France, au Japon ou ailleurs, est à peu près aussi crédible qu’une déclaration de Xavier Bertrand…

Mais putain qu’on arrête, qu’on écoute les zécolos, les décroissants: tout ce qu’ils prédisent, même si c’est difficile à entendre, se réalise. Que ce soit la fin du pétrole ou l’apocalypse nucléaire, tout en en train de se produire, sous nos yeux, pendant que des Sarkozy, des DSK, des Bertrand, des Lauvergeon, des Parisot ou des Allègre nous bourrent le mou avec leur croissance infinie, voire verte.

Une centrale nucléaire, ce n’est pas une merveille de la technologie qui produit de l’électricité verte, sans CO2. C’est une machine infernale, qui génère des déchets dangereux à durée de vie infinie (à l’échelle humaine), qui nécessite le pillage de ressources africaines, et qui peut nous péter à la gueule à tout moment… En France aussi il y a des zones sismiques, et nos merveilleuses centrales ne résisteraient certainement pas à un gros tremblement de terre. Il suffit d’une fois…

Des anti-nucléaires solidaires du peuple japonais, dimanche devant le site du CEA de Cadarache (Bouches-du-Rhône)

Ecoutez les gens du Réseau Sortir du Nucléaire, bordel ! Ils avaient tout prévu !

Un spécialiste du Japon rappelait ce matin sur France Info que c’est à moins de 200 km de la zone du séisme, au bord de la mer, que le Japon prévoyait d’héberger le projet ITER, l’ultime saleté des nucléaristes dingues ! Hallucinant ! Ce projet débile a finalement atterri à Cadarache, dans les Bouches du Rhône, et la catastrophe japonaise devrait donner le signal :

STOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOP ! Basta ! Tant qu’il est encore temps, il faut arrêter ITER, il faut arrêter les EPR en construction, il faut profiter des quelques dizaines d’années de vie qu’il reste à nos vieilles centrales pour trouver des palliatifs et surtout diminuer drastiquement la consommation d’énergie. Récupérer intégralement le budget colossal du nucléaire et le mettre au service du durable. Ne plus laisser les centrales nucléaires exploser, mais faire exploser l’isolation des logements, les transports en commun, le télétravail, etc… Et faire exploser la pub, cette tentatrice débile, la bouter hors de notre champ visuel et auditif, la déclarer hors la loi, comme le crack et la cocaïne. Sans con- sumérisme, on peut se passer de nucléaire. Avec, c’est impossible.

Il est temps d’ouvrir les yeux, et cette nouvelle catastrophe en fournit une occasion unique: le nucléaire, ça suffit ! L’idéologie de la croissance ne marche que pour les riches, et encore, plus pour longtemps! Vos bagnoles électriques, vous pouvez vous les carrer dans l’oignon !

Il ne s’agit plus de tergiverser, de se demander s’il faut voter DSK pour virer Sarkozy, ou voter Le Pen pour exprimer sa colère: qu’ils s’en aillent tous ® ! Cassez-vous, pauvres cons ® ! Il faut agir et laisser la place à une nouvelle génération de politiciens qui seraient motivés par l’intérêt du peuple et dans la durée, et non plus d’une clique de pantins nuisibles et de dangereux incapables, qui quoi qu’ils en disent ne voient pas plus loin que l’horizon d’un quinquennat et ne pensent qu’à se bourrer les fouilles à court terme, et après eux le déluge, y compris nucléaire.

* © Le Blog de SuperNo http://www.superno.com/blog [SuperNo se présente comme “un quadragénaire lorrain, père de famille tranquille, travaillant dans un pays qui figure sur la “liste grise” des paradis fiscaux”.]

Partager

9
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

Je me disais… tiens, c’est pas du Ponthieu. C’est du Superno, bon. Un quadragénaire sympathique, probablement. Un point de vue respectable, certes. Une colère compréhensible face aussi bien à un manque de débat et de transparence sur le nucléaire et à un con-sumérisme (ça c’est bien noté) totalement cynique et destructeur, oui. Néanmoins quelques approximations qui interrogent, notamment sur le devenir d’une société… dont on voit mal quelle serait, dans les propositions STOOOO…OP, la place de l’énergie (en général) et les moyens de sa production. Car hormis le nucléaire, il y a : 1/ le fossile et son carbone (et… Lire la suite

Assez d’accord, Daniel. Mais nécessité aussi de dissocier Iter du nucléaire de fission, ce que ne font pas beaucoup d’écolos (c pourquoi je discerne “écolos” et “écologistes”; je constatais encore, dimanche à la manif devant Cadarache, à quel point de nombreux écolos, donc, présentent des comportements et des modes de pensées relevant, à mon sens, de croyances et non de raisonnements construits) ; pour en revenir à Iter, on peut avant tout lui opposer des critiques sur le fait du coût écologique de sa construction actuelle (emplacement, routes nouvelles…) et du coût financier qui siphonne les crédits de recherche qui… Lire la suite

Sur Iter, je partage cet avis… par ailleurs énoncé par le Nobel Charpak (pourtant pas écolo comme tu sais). Oui aux eurosdollars & Co pour la Recherche. La question posée reste pour longtemps: quelle énergie propre, durable et sans risques. Aucune ! Certes, le nucléaire a – et de loin – la palme de la dangerosité. Et moi, qui ai cru si longtemps en la capacité de le maîtriser, je déchante (une nouvelle fois et sur un nième registre) sur les capacités humaines. Car, au-delà d’échanges que je vais avoir avec des amis “rationnels et humanistes” comme toi, je trouve… Lire la suite

http://f.lovisolojob.free.fr/Blog/?p=82

Ce que j’en pense…
à bientôt!

Hum… SuperNo, il n’y va pas dans la dentelle: “fêter” les 25 ans de la cata de Tchernobyl? D’aucuns auraient dit “commémorer”, non? Ceci dit, je suis d’accord avec le fond du billet. Et en ce qui concerne le commentaire de Daniel, il y aurait à dire sur les prétendus écolos qui critiquent “les pylônes destructeurs de paysages”… Un: je n’appelle pas ces gens des “écolos” mais à la rigueur des “environnementalistes”. Deux: n’importe qui peut se coller l’étiquette “écolo” pour brouiller les cartes. Trois: l’éolien pose certes quelques problèmes, mais il ne faut pas charrier non plus. Dans mon… Lire la suite

Moi aussi, je les trouve plaisants ces moulins (de loin au moins et pas dans mon champ, même visuel, en permanence). Mais il en faut plus de mille pour produire l’équivalent en électricité d’un seul réacteur nucléaire, …et à condition qu’il y ait du vent pour les faire tourner. On dira que les petits ruisseaux font les grandes rivières. Le problème est réel. Il passe aussi et peut-être surtout par un changement complet de consommation en général et énergétique en particulier. Comme ce n’est pas demain la veille, j’en déduis qu’il est urgent de commencer dès aujourd’hui !

Ben oui, Gérard, c’est évident… (de ch’val) comme par exemple le projet Négawatt!!! Un des postes les + importants: le chauffage des habitations, donc: s’habituer à un ou deux degrés en moins, et surtout isoler, isoler, isoler (ça crée des emplois) les bâtiments existants et construire avec des normes drastiques. Tout ce qui est chauffage électrique est aberrant: chaleur pour faire du courant, et courant pour faire de la chaleur, il y a de la perte à chaque fois! Donc stop au chauffage électrique. ___________________________ Pour en revenir à ces pauvres Japonais, je dois dire qu’en 2007, lors de mon… Lire la suite

Dominique Dréan

J’ai été un peu déconcerté quand j’ai vu les réactions de trouille de tous nos voisins européens. Certains vont même jusqu’à penser qu’il faut remettre en cause leur politique nucléaire! Henri Guaino m’a pleinement rassuré (comme d’habitude quand j’ai des doutes). Nos centrales sont un modèle de sécurité donc le fait qu’une centrale japonaise explose est une bonne opportunité pour Areva donc pour la France.
CQFD, fermez le ban, amen, Etc…

@ Dominique Dréan: 🙂
En tous cas les actions d’Areva ont perdu 10%. Ca fait plaisir, même si ça ne doit pas durer.
Vu Allègre sur la 2 ce soir. Du grand n’importe quoi, comme d’habitude. Critiquer le nucléaire serait un “manque de respect” pour le malheur des Japonais. En fait, disant cela il exprime surtout qu’il est vexé que la réalité donne tort à des bouffis d’orgueil dans son genre…

Translate »