3 réflexions sur “…Pendant ce temps-là Kadhafi canarde à mort. Et Netanyahou bétonne la Cisjordanie…

  • 14 mars 2011 à 8 h 58 min
    Permalien

    Voila, c’est ça le plus terrible!
    Les lois de l’information sont impitoyables et stupides. Chaque catastrophe annoncée fait un écran de fumée – éventuellement radioactive – aux autres. La “vague bleu-marine” gonflée par des instituts bidon occupe plus les conversations villageoises que la vague japonaise et ses conséquences nucléaires. Comme il est dit dans un de tes autres articles ce matin, des survivants d’Iroshima vont peut-être se prendre une injection de rappel de “nucléaire civil”. Quelle image monstrueuse, mais savoir si la Pen va faire 23 ou 25%, ça nous concerne quand même plus…
    Bon, cette explosion nous intéresse quand même un peu parce que des Fukushima potentiels, on en a pas mal! Mais les tremblements de terre, en France, on en a peu et des tout petits. Pour ce qui nous reste à vivre, ces saloperies tiendront bien le coup, après, nos gosses seront grands, ils se démerderont avec ça!
    Même Kadhafi ne risque pas de nous les bombarder, il est trop occupé. On dit que ça va mieux pour lui. Il est en train de zigouiller les opposants en gros et en détail. Le “Conseil national de transition libyen” sera bientôt un vieux souvenir. Ils auront au moins la satisfaction d’être morts en ayant été reconnus par le président de la France éternelle. Tout le monde n’a pas cette chance…

    Répondre
  • 14 mars 2011 à 15 h 00 min
    Permalien

    Un copain me fait remarquer que j’aurais pu aussi ajouter Gbagbo à la liste des profiteurs indirects du drame japonais. Bien sûr. Et aussi tous ces dirigeants pourris – on dit plutôt “toxiques” de nos jours, comme les plans financiers, c’est d’ailleurs très lié… –, la liste est longue… Je pense d’abord, en termes d’urgence, à l’Arabie saoudite, aux Congos, au Burkina Faso, au Maroc, au Yémen, au Pakistan, à l’iran, à la Russie également, et j’en passe !
    Et j’allais oublier mon chouchou : Cuba…

    Répondre
  • 15 mars 2011 à 0 h 41 min
    Permalien

    Les médias gouvernent le monde, c’est bien pourquoi les politiques cherchent à gouverner les médias. Il y arrivent souvent, soit par la porte, soit par les fenêtres ou même par la cheminée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »