Hubris, alias « FLG-437 »

Attention les oreilles et les yeux ! Fan de Viens poupoule ou du Chanteur de Mexico, vade retro ! D’ailleurs tu ne serais pas là, et donc pas tenté d’aller voir-entendre cet Hubris, selon FLG, alias Frank Lovisolo-Guillard pour une plongée de 4’37”. Plongée dans quoi, vers quoi, au-delà de quoi,, quand, où ? Ça, mon gars, ma belle, à toi de voir-entendre, je te le redis. Branche ta châine, sans la briser… Et pars. Avec pour seul viatique, cette sorte d’énigme de l’auteur, un peu sphinx à ses heures, pour un message très actuel :

“Pour les anciens Grecs il s’agit de la démesure ou de l’outrance dans le comportement.

“C’est aussi un sentiment violent né de l’orgueil qui allait jusqu’au dépassement des limites : l’offense envers les dieux. Dans les tragédies Grecques c’est la déesse vengeresse Némésis qui punit l’hubris. Elle est apparentée à Até et aux Érinyes.

“Selon Aldous Huxley, « Les Grecs savaient parfaitement que l’hubris, qui s’oppose à l’ordre divin de la nature, entraîne un juste retour des choses. »

HUBRIS, par  Frank Lovisolo mai, 2011

Partager
S’abonner
M'avertir en cas de
7 Commentaires
plus récent
plus ancien plus apprécié
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Fleur Brenize
18 novembre 2011 10 h 56 min

Plaisir…c’est sacré dans la vie le plaisir!
Je n’ai éprouvé que cela sur ce blog.
Merci!

Henri
6 juin 2011 0 h 09 min

Surtout ne rien ajouter, pas même un commentaire. Ou juste un mot : chapeau !

Renaud P
2 juin 2011 16 h 31 min

Bravo ! belle alliance audio-visu augmentée de références grecques. On n’est pas obligé de les reconnaître d’ailleurs, car le propos se tient tout seul.

2 juin 2011 15 h 33 min

Merci à tous…

Jean-Pierre PLEUVRY
2 juin 2011 12 h 41 min

Le temps, musique de l’âme au firmament
Composer et recomposer en démesure
Temps mort au ressusciteur
Maître de musique éclaboussant l’espace
Imprégnant le corps de spasme vibratoire
Métaphore sonore à l’image renaissante
Transcendance de l’Esprit en Matière

JPP

Laurence Morant
2 juin 2011 11 h 27 min

Dans “hubris” j’entends aussi lubrice… enfin lubricité… Mais j’entends mieux la musique de FLG : grave, puissante, impressionnante, avec ou sans images.

Dominique Dréan
2 juin 2011 5 h 58 min

Vous me la baillez belle. A qui se fier? Je croyais que le FMI avait mis de l’ordre là dedans…
Trêve de plaisanterie, “c’est à voir” et à entendre. Magnifique!

Translate »
7
0
Votre commentairex
()
x