Hubris, alias « FLG-437 »

[dropcap]Attention[/dropcap] les oreilles et les yeux ! Fan de Viens poupoule ou du Chanteur de Mexico, vade retro ! D’ailleurs tu ne serais pas là, et donc pas tenté d’aller voir-entendre cet Hubris, selon FLG, alias Frank Lovisolo-Guillard pour une plongée de 4’37”. Plongée dans quoi, vers quoi, au-delà de quoi,, quand, où ? Ça, mon gars, ma belle, à toi de voir-entendre, je te le redis. Branche ta châine, sans la briser… Et pars. Avec pour seul viatique, cette sorte d’énigme de l’auteur, un peu sphinx à ses heures, pour un message très actuel :

“Pour les anciens Grecs il s’agit de la démesure ou de l’outrance dans le comportement.

“C’est aussi un sentiment violent né de l’orgueil qui allait jusqu’au dépassement des limites : l’offense envers les dieux. Dans les tragédies Grecques c’est la déesse vengeresse Némésis qui punit l’hubris. Elle est apparentée à Até et aux Érinyes.

“Selon Aldous Huxley, « Les Grecs savaient parfaitement que l’hubris, qui s’oppose à l’ordre divin de la nature, entraîne un juste retour des choses. »

HUBRIS, par  Frank Lovisolo mai, 2011

Partager

7 réflexions sur “Hubris, alias « FLG-437 »

  • 2 juin 2011 à 5 h 58 min
    Permalien

    Vous me la baillez belle. A qui se fier? Je croyais que le FMI avait mis de l’ordre là dedans…
    Trêve de plaisanterie, “c’est à voir” et à entendre. Magnifique!

    Répondre
  • 2 juin 2011 à 11 h 27 min
    Permalien

    Dans “hubris” j’entends aussi lubrice… enfin lubricité… Mais j’entends mieux la musique de FLG : grave, puissante, impressionnante, avec ou sans images.

    Répondre
  • 2 juin 2011 à 12 h 41 min
    Permalien

    Le temps, musique de l’âme au firmament
    Composer et recomposer en démesure
    Temps mort au ressusciteur
    Maître de musique éclaboussant l’espace
    Imprégnant le corps de spasme vibratoire
    Métaphore sonore à l’image renaissante
    Transcendance de l’Esprit en Matière

    JPP

    Répondre
  • 2 juin 2011 à 16 h 31 min
    Permalien

    Bravo ! belle alliance audio-visu augmentée de références grecques. On n’est pas obligé de les reconnaître d’ailleurs, car le propos se tient tout seul.

    Répondre
  • 6 juin 2011 à 0 h 09 min
    Permalien

    Surtout ne rien ajouter, pas même un commentaire. Ou juste un mot : chapeau !

    Répondre
  • 18 novembre 2011 à 10 h 56 min
    Permalien

    Plaisir…c’est sacré dans la vie le plaisir!
    Je n’ai éprouvé que cela sur ce blog.
    Merci!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »