« 31 juillet 1914, Jaurès est arrivé tard à L’Humanité… » 1/4 – Le pacifiste fondamental

jean-jauresL’Humanité… Quel beau titre pour un journal ! Pouvait-on en trouver de plus généreux, de plus largement ouvert sur le monde et ses peuples ? Ce monde qui se déroba sous son fondateur, ce 31 juillet 1914, il y a un siècle, et avec ce drame et sa suite, un siècle de chaos mêlé d’espérances autant que de terreurs. Un siècle qui inventa la « grande guerre » et ses dix millions de morts ; puis la seconde, presque aussi meurtrière, et sa « solution finale » ; et les bombes atomiques. Le siècle qui inventa la Shoah, Hiroshima, Nagasaki. Et qui ne s’est pas arrêté en aussi bon chemin : pourrait-on, sans en oublier, faire l’inventaire des dizaines, voire centaines de conflits meurtriers anciens, plus ou moins oubliés, en cours ou en gestation ?

assassinat-jean-jaurès-humanite
L’Humanité 1er août 1914
[dropcap]Jean[/dropcap] Jaurès est mort, assassiné comme on sait, à la veille de ces désastres qu’il redoutait par dessus tout, lui le pacifiste fondamental, lui pour qui la guerre signifiait l’absolue abomination. L’Histoire, hélas, lui donnera raison.

« Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? », chantera magnifiquement Brel. Le mode émotionnel convient bien à l’évocation de cet assassinat quasiment christique d’une icône politique, sorte de saint laïc, indéniable figure charismatique, emblème de la République. Mais derrière ce « ils » dénonciateur se tapit la longue litanie de toute l’Histoire de l’humanité (sans majuscule ici) qui n’a eu de cesse d’apprivoiser ses propres démons : violence, domination, exploitation, cupidité, ignorance, superstition, acharnement contre le vivant.

Ainsi ce « ils », pluriel de nos individualités étriquées, trop souvent assemblées en meutes guerrières, prêtes à étriper ses « frères humains » de part et d’autre d’une rive, d’une frontière, d’une classe, d’une religion. Jaurès, s’il eut une faiblesse, ce fut peut-être d’avoir postulé l’humanité des humains… Ce fut aussi sa grandeur, il est vrai, celle de ce pari philosophique sur la raison et le progrès. Sur ce point, l’Histoire n’aura fait que le démentir.

De même, concernant et l’Histoire et la philosophie, peut-on en contester sa vision téléologique qui leur donnerait un sens, une direction affirmée par on ne sait quelle force supérieure. Le « sens » de l’Histoire, le Destin de l’Humanité imprègnent en effet la pensée et l’action de Jaurès – et bien d’autres avec lui, certes, qui le rejoignent sur le plan des croyances et, plus généralement, de la spiritualité. Jaurès était plus un spiritualiste qu’un matérialiste – bien que les deux soient tout à fait compatibles. En quoi sans doute, tout en étant lecteur attentif de Marx, il ne fut pas marxiste. (On peut, par association d’idées, rappeler à ce propos les paroles de François Mitterrand : « Je crois aux forces de l’esprit ».)

IMG_9125 - Version 2
Café du Croissant, Paris. Raoul Villain vient de tirer deux balles sur Jean Jaurès

« 31 juillet 1914, Jaurès est arrivé tard à L’Humanité… » Cette phrase m’imprègne depuis mon enfance, pour l’avoir entendue tant de fois. Mon père, en effet, avait rapporté d’un congrès de la SFIO, après la Libération, un 78 tours racontant la mort de Jaurès. Ce disque, il le conserva comme une relique – ce que je fais à mon tour depuis que j’en ai hérité. Dans la perspective de ce centenaire, je l’ai fait numériser [merci à Bruno, l’ingé-son de l’AJMI à Avignon], ce qui permet de diffuser ce témoignage ici.

C’est un document à forte charge émotionnelle. Pierre Renaudel, qui fait le récit très “pathos” du drame, se trouve parmi les présents ce soir-là au Café du Croissant, dans le IIe arrondissement de Paris, à l’angle de la rue Montmartre et de la rue du Croissant. Il est assis à la gauche de Jaurès quand claquent deux coups de feu…

> Cliquer sur la flèche pour écouter (4 mn 46 s)

disque-renaudel-assasinat-jaurès
Témoin direct de l’assassinat, Pierre Renaudel en fait le récit sur ce disque 78 tours (1930). Èlu député du Var en 1914, il dirige L’Humanité durant la Première Guerre mondiale. Porte-parole d’un socialisme réformiste, opposé à toute forme de violence et à l’idéologie marxiste, selon lui trop rigide. [Ph. Cl. Gravier]
>>> La suite 2/4 ci-dessous

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

6 réflexions sur “« 31 juillet 1914, Jaurès est arrivé tard à L’Humanité… » 1/4 – Le pacifiste fondamental

  • 28 juillet 2014 à 10 h 06 min
    Permalien

    Puisqu’on en est, avec l’assassinat de Jaurès, dans un de ces excès de peste émotionneelle, il faut rappeler que son tueur, Villain, belliciste ultranationaliste mis à l’abri des balles teutonnes car en prison de 14 à 18, fut innocenté en 1919, cette même année où Cottin, anarchiste pacifiste maladroit, rata Clemenceau le briseur de grèves qui avait trahi le 17ème de Ligne en 1907 à Béziers, mais fut toutefois condamné à mort. Accessoirement, au sujet de la justice bourgeoise, rappelons encore que durant la République de Weimar, elle n’a prononcé qu’une seule longue peine de prison contre un des nazis responsables de 354 assassinats, contre 7 condamnations à mort et 10 peines lourdes dans les rangs d’extrême-gauche pour 22 exécutions.

    Répondre
    • 28 juillet 2014 à 11 h 07 min
      Permalien

      Ouais. À propos de Villain, il est mort en septembre 36 à Ibiza où il s’était installé, exécuté par des anarchistes lors de leur tentative de reprendre l’île aux franquistes. Il n’est pas établi qu’il ait alors été identifié comme l’assassin de Jaurès.

      Répondre
  • 28 juillet 2014 à 11 h 13 min
    Permalien

    Villain fut acquitté et la veuve de Jaurès condamnée aux dépens ! Anatole France adresse ce mot à L’Humanité qui le publie : « Travailleurs, Jaurès a vécu pour vous, il est mort pour vous. Un verdict monstrueux proclame que son assassinat n’est pas un crime. Ce verdict vous met hors la loi, vous et tous ceux qui défendent votre cause. Travailleurs, veillez ! » Ce billet provoque une manifestation organisée par l’Union de Syndicats et la Fédération socialiste de la Seine le dimanche 6 avril .

    Répondre
  • 28 juillet 2014 à 14 h 22 min
    Permalien

    La voix de Jacques BREL nous laissait “entendre”:

    Ils étaient usés à quinze ans
    Ils finissaient en débutant
    Les douze mois s’appelaient décembre
    Quelle vie ont eu nos grand-parents
    Entre l’absinthe et les grand-messes
    Ils étaient vieux avant que d’être
    Quinze heures par jour le corps en laisse
    Laissent au visage un teint de cendres
    Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

    On ne peut pas dire qu’ils furent esclaves
    De là à dire qu’ils ont vécu
    Lorsque l’on part aussi vaincu
    C’est dur de sortir de l’enclave
    Et pourtant l’espoir fleurissait
    Dans les rêves qui montaient aux cieux
    Des quelques ceux qui refusaient
    De ramper jusqu’à la vieillesse
    Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

    Si par malheur ils survivaient
    C’était pour partir à la guerre
    C’était pour finir à la guerre
    Aux ordres de quelque sabreur
    Qui exigeait du bout des lèvres
    Qu’ils aillent ouvrir au champ d’horreur
    Leurs vingt ans qui n’avaient pu naître
    Et ils mouraient à pleine peur
    Tout miséreux oui notre bon Maître
    Couverts de prèles oui notre Monsieur
    Demandez-vous belle jeunesse
    Le temps de l’ombre d’un souvenir
    Le temps de souffle d’un soupir

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

    Et comment répondre à “ça” ?

    Répondre
    • 28 juillet 2014 à 16 h 12 min
      Permalien

      Merci d’avoir recopié ce texte magnifique ; j’avais eu envie d’ajouter la chanson en audio, mais le droit d’auteur ne le permet pas. Finalement, c’est bien aussi de pouvoir lire ce poème. En effet, qu’ajouter ? Sinon peut-être que certains progrès ont été accomplis, du moins dans nos sociétés riches, à richesses de plus en plus inégales ; qu’on est passé de l’exploitation brute, violente, à l’exploitation “fine” par la sur-consommation, le spectacle, la représentation : une sorte d’aliénation parachevée… Mais la guerre, les guerres, elles, se portent bien.

      Répondre
  • 29 juillet 2014 à 13 h 19 min
    Permalien

    Aliénation. D’aucuns disent sidération.
    Sous le poids des stéréotypes de notre contemporanéité
    (notamment la masse des actualités cannibales)
    notre intelligence est manipulée et cela génère
    un “homme de masse, esclave d’un conscient collectif”.
    Alors vive l’éloge de la fuite,
    comme nous disait déjà Henri Laborit, dans les années 70
    Vive l’imagination …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »