Gaza. “Une nuit ‘particulièrement’ meurtrière…” Un silence ‘particulièrement’ assourdissant

gaza

Je reçois ça du “Monde” ce matin, par internet… La routine, si ce n’est l’adverbe : “particulièrement”. Avant ça, non, de la rigolade. On monte donc d’un cran. Dérisoire. Il est des moments où cette pseudo neutralité journalistique constitue un outrage au devoir d’indignation. Non pas qu’il faille nécessairement prendre parti, tant qu’on se veut média d’information. Mais au moins crier, hurler à la paix ! Interpeller sans relâche les “grands” du Monde, invoquer la Paix, à la Jaurès, se lever sur toutes les tribunes possibles pour faire arrêter le massacre !

Dans le sud de Gaza, le 1er août. | AP/Khalil Hamra
Dans le sud de Gaza, le 1er août. | AP/Khalil Hamra

Voyez cette insoutenable photo ci-dessus. Comment justifier ce qui l’a provoquée ? La hargne de destruction, la… solution finale ? Je sais, Israël est agressé, menacé, nié par une horde de tueurs fanatiques. Oui mais, les autres… Ne cherchons pas ici à remonter aux sources de l’indémêlable conflit entre territoires, entre monothéismes et dominations économiques. Les extrémismes sont indéfendables, mais la Paix, oui !  Et que font, que disent, que protestent, que proposent, que “agissent” nos causeurs sans cause, nos pacifistes sans paix, nos politiciens sans politique ?

gaza-israel
Compter les victimes. Les infographes ont renoncé à l’image des plateaux de la balance…

Tandis qu’ici, contraints au spectacle médiatique, à compter les morts, impuissants ou tout juste autorisés, sauf interdiction, à quelque manif’ de rue par un gouvernement foncièrement lâche, sans engagement ni parole – et donc sans avoir à la tenir, allant et venant dans le douillet maquis diplomatique. Hollande, Valls, Fabius, brochette de la honte.

Donc, on célèbre “Quatrorze”, la “Grande Guerre”. On fait retentir le tocsin, vibrer les clochers et, au fond, glorifier Clémenceau plutôt que Jaurès – la défaite de la Paix sur la “Victoire”, quitte à remettre “ça” vingt ans après.

IMG_9169
Venelles, 2/8/14 .Comme en Quatorze. (Ph. gp)

Et ces combattants, cré vingt dieux, ne seraient-ils pas prêts – du moins en gueule – à repartir comme en Quatorze ?

 

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

5 réflexions sur “Gaza. “Une nuit ‘particulièrement’ meurtrière…” Un silence ‘particulièrement’ assourdissant

  • 2 août 2014 à 17 h 27 min
    Permalien

    courrier de YEHUDA SHAUL ancien officier de l’armé Israeliene parut dans le journal le monde du 22 juillet 2014.

    En novembre 2012, Israël a lancé à Gaza une opération baptisée « Amud Anan », qui peut se traduire littéralement par « colonne de nuages ». Le nom sous lequel elle a été officiellement désignée à l’étranger a pourtant été « Pilier de défense ». Il y a quelques jours, nous avons déclenché une nouvelle opération nommée « Puissante falaise », officiellement connue sous le nom de « Bordure protectrice ». Les deux dénominations choisies sont ostensiblement défensives. Mais quand j’entends les noms donnés aux opérations militaires à Gaza – notamment ceux destinés à un public international –, cela me rappelle mon service militaire dans l’armée israélienne, dont le nom complet est Forces de défense israéliennes (FDI).
    Je me souviens ces jours-ci du fossé que j’avais découvert à l’époque de mon service militaire entre l’éthique que représente l’appellation même des FDI et les opérations militaires concrètes que nous menions en Cisjordanie. La tâche qui nous était assignée était défensive. Nous menions des opérations « préventives » permettant d’empêcher des actes terroristes. Mais mes amis et moi avions vite compris que l’adjectif « défensif » n’était qu’un terme qui pouvait dissimuler toutes sortes d’actions dont bon nombre étaient sans conteste des opérations offensives.

    Moshe Yaalon, le chef d’état-major de l’époque devenu aujourd’hui ministre de la défense, nous exhortait à « brûler la conscience palestinienne ». Pour répondre à cet appel, on nous envoyait intimider et punir une communauté tout entière. Ces opérations étaient fondées sur la conviction que ces civils s’abstiendraient de se révolter si on les brutalisait, si on les opprimait et effrayait. Autrement dit, une « conscience brûlée » était une conscience effrayée.

    « NOTRE BUT ÉTAIT D’EFFRAYER ET DE DÉSORIENTER LA POPULATION CIVILE »

    Dans le cadre de cette « prévention », mes amis et moi avons appris à considérer tout Palestinien comme un ennemi et, en tant que tel, comme une cible légitime à attaquer. Lorsque nous partions en opérations pour « montrer notre présence », notre but était d’effrayer et de désorienter la population civile afin de lui faire comprendre qu’elle était sous notre contrôle. Nous remplissions cet objectif en patrouillant dans les rues et en pénétrant au hasard dans les maisons, à toute heure du jour et de la nuit. Ces opérations n’étaient motivées par aucune information précise des services de renseignement.

    D’autres fois, nous « prévenions » le terrorisme en imposant une punition collective à des Palestiniens innocents. C’est une opération de ce genre qui nous fut confiée à la suite du meurtre d’une fillette de la colonie Adora par un Palestinien. Quelques heures après cet acte, nous avons bouclé le village de Tufach, à proximité de la colonie d’Adora. Pendant une journée entière, nous avons fouillé une par une toutes les maisons du village. Nous arrêtions les hommes et les envoyions à l’école du village, transformée en centre d’interrogatoire. Nous n’avons rien trouvé, mais en y repensant aujourd’hui, je m’aperçois que là n’était pas l’objectif. Par ces perquisitions et ces arrestations, nous avions semé la peur.

    Les tirs de roquettes depuis Gaza sur les civils israéliens sont des actes horribles qui n’ont aucune justification. Ils menacent des vies d’hommes, de femmes et d’enfants dans tout le pays et ont d’ores et déjà blessé plusieurs personnes et tué un Israélien. Mais ces tirs de roquettes ne font pas de tous les habitants de Gaza les cibles légitimes d’une destruction de masse, tout comme le meurtre d’un enfant n’aurait pas dû faire des habitants de Tufach des cibles légitimes justifiant arrestations aléatoires et fouilles de logements. Plusieurs centaines de Palestiniens, civils pour la plupart, ont été tués jusqu’ici dans les attaques israéliennes.

    Depuis quelques jours, toujours au nom de la notion de défense, nous attaquons même la population civile qui se trouve sous contrôle israélien. En dépit du retrait auquel nous avons procédé en 2005, nous exerçons un contrôle quasi total sur l’espace aérien et les eaux territoriales gazaouis, sur les zones tampons à l’intérieur de la bande de Gaza, et sur les entrées et sorties – des personnes comme des marchandises – du territoire gazaoui. Les registres d’état civil de la population sont sous contrôle israélien et pour qu’un Palestinien puisse obtenir une carte d’identité lorsqu’il atteint l’âge de 16 ans, les autorités israéliennes doivent donner leur accord. Ce contrôle se manifeste sous la forme de ces opérations militaires conduites périodiquement qui causent des dégâts terribles non seulement à l’infrastructure paramilitaire, mais aussi parmi les civils qui vivent à Gaza.

    « IL EST TEMPS QUE CESSE L’OCCUPATION »

    Cette réalité ne nous a pas été imposée. Elle résulte des choix opérés par nos dirigeants afin de perpétuer notre contrôle sur les territoires palestiniens et sur la population qui y vit. Je connais très bien les conséquences de ce choix, puisque en tant que simple soldat, et ensuite comme officier, j’ai participé à sa mise en oeuvre. J’ai appris que le maintien d’un tel contrôle requiert l’emploi permanent de la force. J’ai appris que du point de vue éthique, il est impossible d’imposer par la force, pendant des dizaines d’années, l’autorité d’un gouvernement étranger à une population de plusieurs millions d’habitants.

    Baptiser les attaques répétées contre Gaza avec des noms défensifs ne modifiera en rien la nature de ces opérations. Les changements significatifs ne se produiront que le jour où l’occupation prendra fin. En vérité, il est difficile de savoir si les menaces pesant sur les villes et villages du sud d’Israël cesseront avec la fin de l’occupation. La seule chose dont nous puissions être sûrs, c’est que l’occupation n’a pour l’instant pas pris fin et que, si rien ne change, nous serons condamnés dans un an ou deux à mener une nouvelle opération, aussi sanglante que celle d’aujourd’hui.

    Toute la sémantique du monde ne pourra changer cette réalité, une réalité dans laquelle Israël ne se contente pas de se défendre, mais attaque – et pas seulement en ces jours difficiles, mais tous les jours. Au lieu de nous évertuer à l’expliquer et à le justifier, nous devons agir pour qu’il en aille autrement. Le moment est venu où nous devons dire : il est temps que cesse l’occupation.

    (Traduit de l’anglais par Gilles Berton)

    Répondre
  • 2 août 2014 à 17 h 47 min
    Permalien

    Tu oublies, cher Ponthieu, le coup de gueule de notre ex beau gosse de 1er ministre, le Dominique de Villepin. Le vla toute crinière au vent, seul dans la tourmente, dénonçant le massacre. Y en un un donc qui la ramène. Fraîchement nouveau pote à Sarko, un sans pouvoir à grande gueule. Pendant ce temps, les sanctions pleuvent contre les popovs. Des sanctions contre Israël, niet, niet. Pas que ça à faire en effet, on fête nos poilus.

    Répondre
    • 2 août 2014 à 19 h 47 min
      Permalien

      Beau témoignage, belle retransription et alors ? Je retiens la dernière ligne “Le moment est venu où nous devons dire : il est temps que cesse l’occupation”. Que cesse aussi le massacre des innocents. Nos écrans et claviers ne suffiront pas. La guerre du vietnam a cessé quand les résistances, toutes les résitances, ont eu raison des politiques.

      Répondre
  • 2 août 2014 à 21 h 17 min
    Permalien

    La nuit de l’obscure profondeur est tombée sur Gaza, et aussi sur Israël. Que l'”Etat hébreux” ne se croit pas épargné par le déluge, son propre déluge, celui qu’il sème sur le ton de la vengeance et de l’exagération ultra biblique : “pour un oeil toute la gueule” !

    Répondre
  • 3 août 2014 à 17 h 51 min
    Permalien

    Javier Bardem et Pénélope Cruz écrivent une lettre pour manifester leur horreur devant ce qu’il faut appeler un génocide, avec massacre d’enfants.
    Des acteurs américains les traitent immédiatement d’antisémite !
    Le mot, qui nous vient en tête devant cette réaction, c’est le qualificatif d'”imbécile”: parce qu’on se révolte devant l’inhumanité, on se fait traiter “d'”antisémite”…

    Justement, en ce moment, je suis en train de lire “l’invention du monothéisme” de Jean Soler (qu’on a bien sur traité d’antisémite) et un parallèle existe bien avec l’antiquité ou les judéens tuaient sans problème, hommes, femmes, enfants, vieillards, sans plus de discernement qu’aujourd’hui… Mais l’époque a changé, semble t’il…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »