Ah oui, parlons-en de la “Journée de la Laïcité” !

Ils disent, dans le poste, qu’aujourd’hui c’est la journée de la Laïcité. Ah bon, ce n’est donc pas « chaque jour que Dieu fait » ? Comme la journée de la Bonté, de la Femme, de l’Air pur et du Bonheur en pilules.

laicite laïcité
Un mot qui se passe d’adjectifs.

[T]oujours est-il qu’on en entend de toutes sortes et de toutes sornettes surtout. Qui viennent non pas tant des laïcs de conviction que des cléricaux effarouchés par les dernières « affaires », les plus atroces il est vrai comme celle de Créteil. Et les voilà soudain trop empressés de saisir cette perche du Destin, même satanique, à laquelle ils s’évertuent à raccrocher l’innocence « pur Dieu » de leurs officines menacées. Le danger, même fantasmatique, ressoude les combattants de jadis, ennemis inconciliables devant l’Histoire connue, jamais à court d’étripages, de bûchers et de langues arrachées, de Giordano Bruno au chevalier de la Barre, sous la hargne des Torquemada innombrables, ornés de sabres, goupillons, faucilles, marteaux et autres cols Mao. Ou bien, désormais, au nom de la modernité tolérante, de la Marchandise et du Tiroir-caisse, qui n’ont de religion que celle du Profit. Avez-vous vu, sur nos écrans consensuels, ces rangs resserrés des imposteurs monothéistes prêcher cette tolérance qu’au long des siècles ils n’ont eu de cesse de combattre ? Je parle des cléricaux, non des croyants. Je parle de leurs soi-disant porte-parole, de leurs « bergers » prétentieux, avant-gardes des militaires et des colonisateurs de tous poils, ravageurs des forêts, exploiteurs de la Terre entière, des bêtes et des hommes, bâtisseurs d’empires et de fortunes et, au bout du Compte, agents de la grande Misère à l’œuvre sur toute la planète.

Avez-vous vu, sur nos écrans consensuels, ces rangs resserrés des imposteurs monothéistes prêcher cette tolérance qu’au long des siècles ils n’ont eu de cesse de combattre ?

Le problème, aujourd’hui même, avec la chansonnette de la Laïcité – je mets exprès partout des majuscules de Sacralité comme des grosses têtes de carnaval – c’est qu’elle habille de Tolérance ce qui lui est totalement contraire, si on veut bien considérer le douloureux cheminement de l’Humanité. Chemins de toutes les errances dont l’histoire humaine se trouve percluse, en une accumulation de guerres. L’Histoire ne se résume-t-elle pas, pour l’essentiel et hors exceptions, à celle des guerres ? Et celles-ci de se succéder en ses diverses variantes : conflits de domination entre ego pathologiques agissant au nom des multiples dieux du pouvoir, du commerce, de la compétition et des croyances « supérieures » promptes à racheter la bassesse des « pauvres pécheurs ».

Même perfidie, sinon pire, que celle de ces « laïcs » arguant de la Tradition pour justifier l’installation de la Crèche de Noël – un oxymore entre christianisme et paganisme, soit dit en passant * – dans une mairie (en l’occurrence celle de Béziers et de son maire, Robert Ménard et ses nouvelles frontières frontistes **. Puisqu’avant 1905 et la loi sur la laïcité, la « tradition », en effet, justifiait la présence de crucifix dans les écoles et les tribunaux, pas seulement dans les églises. Puisqu’avant le 21 janvier 1793, le Roi représentait Dieu sur Terre, tandis que sa décapitation a aussi tranché le fil divin, sans que le Chaos s’abatte sur l’humanité (en plus du désordre historique !) Puisque, jusqu’à présent, l’indigne spectacle de la corrida se trouve maintenu au nom de la « tradition tauromachique », sans rien enlever à son horreur.

Où l’on voit que la laïcité, tout comme les trois piliers fondateurs de la République, reste un acquis fragile, à préserver et à renforcer tant les forces anti-vie, voire mortifères, restent à la manœuvre.

J’en profite pour extraire un passage sur le sujet du fameux Journal de Jules Renard :

« — Moi, dit Borneau, je n’ai pas de religion, mais je respecte celle des autres. La religion, c’est sacré.

« Pourquoi ce privilège, cette immunité ? Un croyant, c’est un homme ou une femme qui croit à ce que dit un prêtre et ne veut pas croire à ce que dit Renan ou Victor Hugo. Qu’y a-t-il là de sacré ? Quelle différence entre ce croyant et tel imbécile qui préférerait la littérature du feuilleton à celle de nos grands poètes ?

« Un croyant crée Dieu à son image ; s’il est laid, son Dieu est laid, moralement. Pourquoi la laideur morale serait-elle respectable ? La religion d’un sot ne le met pas à l’abri de notre dédain ou de notre raillerie.

« Soyons intolérants pour nous-mêmes !

« Que le troupeau de nos idées file droit devant cette grave bergère, la Raison ! Effaçons les mauvais vers de l’humanité. » [26 septembre 1903]

–––

* Bien avant l’apparition du christianisme, l’époque du solstice d’hiver était déjà une période charnière de l’année, qui regroupait de nombreuses croyances païennes relatives à la fertilité, la maternité, la procréation et l’astronomie.

** Se méfier tout autant de ces “hyper-laïcs” nostalgiques des croisades… dont le fond de commerce abrite les moins reluisants des anti-musulmans – et donc anti-arabes – autant que des antisémites.

Partager
S’abonner
M'avertir en cas de
11 Commentaires
plus récent
plus ancien plus apprécié
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
14 décembre 2014 10 h 28 min

L’humain placé, esseulé, devant l’immensité du monde dans lequel il se saisit alors seul, ressent de stabiliser son angoisse par la soumission à ce qui le dépasse : il est sûr alors de ne pas se mettre à côté de la plaque. Mais en se rassurant de n’y être plus seul, cette solitude intérieure demeure, qu’il partage, en image, avec d’autres. Il rajoute une couche par l’affirmation qu’il détient, lui et son groupe, les clés de l’univers en matraquant qu’il est le seul à les détenir, et la forme et le fond. Cette angoisse profonde est facile à entretenir, il… Lire la suite

BION
10 décembre 2014 11 h 40 min

Croyances contre ou & Connaissances (manque de)?
Sens contre ou & Sciences (excès de)?
Depuis déjà fort longtemps (…) l’homme est confronté à ce contexte (cf. positivisme).
Ceci ne semble-t-il pas laisser percevoir une certaine prégnance de l’Absurde dans tout cela …?
Heureusement que l’on ne peut se fier réellement que sur les incertitudes, n’est-il pas ? Cette conclusion restant donc incertaine …

Gian
10 décembre 2014 10 h 49 min

La seule vraie question que pose la religion, c’est celle de l’angoisse de mort. Supprimez cette dernière, il n’y a plus de raison de croire en un au-delà où il n’y aura que l’éternité, accessoirement avec 72 houris. Comment supprimer l’angoisse de mort ? En exauçant ses voeux sur Terre, en en finissant avec l’illusion d’un assouvissement sempiternellement différé de ses désirs, bref, au prix d’un grand travail rationnel sur soi et sans un quelconque opium, qui est devenu la religion du peuple.

Jorris Lalande
10 décembre 2014 10 h 09 min

Ils disent “la religion est amour”, je dis “devrait”… Et il y a loin de la coupe au calice. Ou alors : amour du pouvoir spirituel, de la domination sur les faibles, de la connivence avec les riches, etc.

9 décembre 2014 17 h 09 min

Texte auquel j’adhère sans vergogne.
S’il y a des crèches à installer dans les villes il vaudrait mieux qu’elles soient laïques et “bambinnières” plutôt que santonnières!!!
J’en profite, c’est un peu tôt mais de circonstance, pour te souhaiter une bonne Athée 2015 !

Dominique Dréan
9 décembre 2014 18 h 53 min
Répondre à  Gerard Ponthieu

Oui, oui, oui, c’est bien vu, à ceci près que les défenseurs de la crèche “culturelle” – avec leur bonne foi habituelle – prétendent que si leur petit théâtre doit être retiré des lieux publics, il faut également nommer autrement les crèches “bambinnières”.

10 décembre 2014 9 h 35 min
Répondre à  Gerard Ponthieu

Étymol. et Hist. 1. Début xiies. « mangeoire pour les bestiaux » (Ps. Oxford, 241, 29 ds T.-L. [Habacuc III, 17]); 2. 1223 « mangeoire où le Christ fut déposé au moment de sa naissance » (G. de Coincy, Miracles, éd. F. Kœnig, t. IV, 559, 322); 3. 1803 « représentation de l’étable de la Nativité » (Chateaubr., Génie, t. 2, p. 317); 4. 1782-88 « asile de nouveau-nés » (Mercier, Tableau, CCLXXI ds Brunot t. 6, p. 1357); 5. 1793 « couche garnie d’une paillasse » (d’apr. Esn.); 1905 « gîte misérable » (ibid.). De l’a. b. frq. *krippia… Lire la suite

9 décembre 2014 20 h 33 min
Répondre à  Dominique Dréan

On pourrait dire “mangeoire pour les bestiaux” mais ça nous ramène XIIème siècle !

Translate »
11
0
Votre commentairex
()
x