Poussée d’athéisme dans le monde arabe et dans l’islam

Depuis l’instauration du “califat islamique“, les langues commencent à se délier dans le monde arabe. Les critiques ne visent plus seulement les “mauvaises interprétations de la religion”, mais la religion elle-même. Dans le monde, des voix – certes rares – s’élèvent aussi parmi la diaspora musulmane pour s’opposer à l’oppression islamique.

wafa sultanC’est le cas depuis plusieurs années de Wafa Sultan, psychiatre américano-syrienne, exilée aux États-Unis, et qui s’exprime avec courage et véhémence sur les télévisions – dont Al Jazeera…  « C’est pour dire » a diffusé en 2007 deux de ses vidéos [ICI] et []. Celles-ci, rapportées à l’actualité, prennent tout leur sens, notamment quand cette femme – menacée, faut-il-le dire ? – souligne avec force combien, selon elle, il est important de faire barrage au terrorisme religieux. Les propos de Wafa Sultan, et en particulier les vidéos qui la montrent, ont été détournés par d’autres fanatiques, anti-islamiques en général et à l’occasion anti-Arabes et antisémites – autant dire d’horribles racistes, dont de bien franchouillards ! (Voir le générique de fin d’une  des deux vidéos en lien ci-dessus).

En France, des athées ont lancé un Conseil des ex-musulmans de France. Leur manifeste remonte à 2003. L’Obs a aussi publié en 2013 le texte de Sami Battikh, un jeune vidéaste libertaire d’origine musulmane. Sous le titre paradoxal Athée, voici pourquoi je défends désormais la pratique de l’islam, l’auteur expose sa motivation antiraciste et justifie ainsi sa solidarité avec les musulmans. Il  se réfère à Hannah Arendt et à sa réflexion autour de la banalité du mal et de l’acceptation passive d’une idéologie. “Un demi-siècle après la publication de Eichmann à Jérusalem, s’indigne l’auteur de l’article, notre société n’a jamais été si proche de cette époque sombre et nauséabonde.”
Les réseaux dits sociaux diffusent par ailleurs de nombreux tweets d’ex-muslims” apostats, notamment des États-Unis.
En octobre dernier, Omar Youssef Suleiman, a publié sur le site libanais indépendant Raseef22 (Trottoir22) un article évoquant les poussées de l’athéisme dans le monde arabe. Bouillonnement qu’il compare à celui qui a précédé la Révolution française…  En voici des extraits :
Dans le monde arabe, on pouvait certes critiquer les personnes chargées de la religion, mais critiquer la religion musulmane elle-même pouvait coûter la vie à celui qui s’y risquait, ou du moins le jeter en prison. Le mot d’ordre “l’islam est la solution” a été scandé durant toute l’ère moderne comme une réponse toute faite à toutes les questions en suspens et à tous les problèmes complexes du monde musulman.
 Ammar Mohammed Raseef22
Raseef22 a publié un reportage sur ce jeune Yéménite de 11 ans, Ammar Mohammed

Mais la création de l’Etat islamique par Daech et la nomination d’un “calife ayant autorité sur tous les musulmans”soulèvent de nombreuses questions. Elles mettent en doute le texte lui-même [les fondements de la religion] et pas seulement son interprétation, l’idée même d’une solution religieuse aux problèmes du monde musulman. Car, au-delà de l’aspect terroriste du mouvement Daech, sa proclamation du califat ne peut être considérée que comme la concrétisation des revendications de tous les partis et groupes islamistes, à commencer par [l’Egyptien fondateur des Frères musulmans], Hassan Al-Banna, au début du XXe siècle. Au cours de ces trois dernières années, il y a eu autant de violences confessionnelles en Syrie, en Irak et en Egypte qu’au cours des cent années précédentes dans tout le Moyen-Orient.

Cela provoque un désenchantement chez les jeunes Arabes, non seulement vis-à-vis des mouvements islamistes, mais aussi vis-à-vis de tout l’héritage religieux. Ainsi, en réaction au radicalisme religieux, une vague d’athéisme se propage désormais dans la région. L’affirmation selon laquelle “l’islam est la solution” commence à apparaître de plus en plus clairement comme une illusion. Cela ouvre le débat et permet de tirer les leçons des erreurs commises ces dernières années.

Peu à peu, les intellectuels du monde musulman s’affranchissent des phrases implicites, cessent de tourner autour du pot et de masquer leurs propos par la rhétorique propre à la langue arabe qu’avaient employée les critiques [musulmans] du XXe siècle, notamment en Egypte : du [romancier] Taha Hussein à [l’universitaire déclaré apostat] Nasr Hamed Abou Zayd.

Car la mise en doute du texte a une longue histoire dans le monde musulman. Elle s’est développée là où dominait un pouvoir religieux et en parallèle là où l’extrémisme s’amplifiait au sein de la société. [ L’écrivain arabe des VIIIe-IXe siècles] Al-Jahiz et [l’écrivain persan considéré comme le père de la littérature arabe en prose au VIIIe siècle] Ibn Al-Muqaffa avaient déjà exprimé des critiques implicites de la religion. C’est sur leur héritage que s’appuie la désacralisation actuelle des concepts religieux et des figures historiques, relayée par les réseaux sociaux, lieu de liberté pour s’exprimer et débattre.

Le bouillonnement actuel du monde arabe est à comparer à celui de la Révolution française. Celle-ci avait commencé par le rejet du statu quo. Au départ, elle était dirigée contre Marie-Antoinette et, à la fin, elle aboutit à la chute des instances religieuses et à la proclamation de la République. Ce à quoi nous assistons dans le monde musulman est un mouvement de fond pour changer de cadre intellectuel, et pas simplement de président. Et pour cela des années de lutte seront nécessaires.

Omar Youssef Suleiman
Publié le 3 octobre 2014 dans Aseef22 (extraits) Beyrouth

Aseef22 entend couvrir les informations politiques, économiques, sociales et culturelles des 22 pays arabes. Fondé en août 2013, il s’adresse aux 360 millions d’Arabes.


Ajout du 25/1/15, dans L’Obs.com, sur la difficulté d’être athée en Egypte.

Les Egyptiens pensent toujours que les athées ont besoin d’une aide médicale

Share Button

Prenez la parole !

9 Commentaires sur "Poussée d’athéisme dans le monde arabe et dans l’islam"

  Subscribe  
M'avertir en cas de

Super ! Merci Gérard pour ce post.
Amitiés
Dany

L’athéisme ne tue pas (lâchement).

pousséeCharlie

Voilà un rayon de soleil dans un ciel bien sombre. Il faudra sans doute encore du temps et des soubresauts mais l’espoir est bien là.

Tandis qu’ “on” veut nous faire croire que “tout ça n’a rien à voir avec les religions” ! Encore Cécile Duflot ce matin dan s le poste, à propos des assassins au nom d’Allah ! D’Allah ou d’un autre ! Où est l’Homme, nom de dieu ?!

Merci, vraiment merci pour ce post ! Un vent frais vient de l’est…

En tant qu’ex musulman, la religion musulmane est
la source de tout les maux des pays arabes

Parler d islam modéré ,et d’islam radical etc,,, c’est pure aberration .L’islam repose sur le coran ,ce dernier est irréformable ,alors peut on abroger les versets de haine et violence ?

@ Athee, Abroger des versets de “Haine et de Violence” du coran ? Mais… Vous plaisantez, j’imagine ! Il en restera quoi, alors ? ! RIEN !
Et qui le ferait ? Le (monde) musulman ? ! Dans ce cas, c’est du hara-kiri ou comment plantera-t-il un couteau dans son coeur. Et comme ce n’est pas à l’athée de le faire (puisqu’il est athée), donc…
<> Et le monde retrouvera…
“”” La PAIX “””.
<>.

Translate »