André Brahic dans le cosmos

l-astronome-andre-brahic
[Ph. dr]
C’est un feu d’artifice qui vous hypnotisea-t-on pu dire de lui 1 :  astronome et astrophysicien, André Brahic est mort d’un cancer ce 15 mai à Paris, où il était né il y a 73 ans. Un grand bonhomme, comme on peut le dire avec familiarité pour exprimer admiration et sympathie. Je ne l’ai pas connu mais j’en ai eu l’impression, tant il me semblait proche à chacune de ses interventions à la radio – plus rarement à la télé. Son enthousiasme, son sens de la répartie, de l’humour et de l’improvisation dans ses explications cependant rigoureuses, étayées par un art de la métaphore… tout cela faisait d’André Brahic un remarquable vulgarisateur scientifique.

Passionné par le cosmos et ses mystères, étirant son insatiable curiosité entre le big-bang et l’infinité des mondes, il fut aussi le découvreur des anneaux de Neptune, dont il était un spécialiste, ainsi que de Saturne.

Il avait aussi participé à la mission Cassini, dont la sonde du même nom fut lancée le 15 octobre 1997 en direction de Saturne pour arriver aux alentours du 1er juillet 2004. La mission, initialement prévue pour une durée de quatre ans, a été prolongée jusqu’en 2019, compte tenu de la richesse des premières observations. Ainsi André Brahic devait-il être membre de la communauté Cassini jusqu’en 2021, mission qu’il ne pourra honorer. Son nom a été donné à un astéroïde.

Comme tous les épris de connaissance, il savait questionner l’inconnu avec philosophie. Ainsi cette idée selon laquelle les mythes sont nécessaires aux hommes : ils leur permettent de se solidariser, de se sentir ensemble… Jusqu’à se faire la guerre !

André Brahic est notamment l’auteur de livres comme Enfants du Soleil et De Feu et de glace (Éd. Odile Jacob).

Notes:

  1. “André Brahic, superstar !”, La Marche des sciences, d’Aurélie Luneau, France Culture, octobre 2014.
Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »