Ça n’a l’air de rien, c’est une jour­née comme ça, comme les autres… Croit-on. Ben non, c’est un 22 sep­tembre ! Pas n’importe quel jour, ain­si que me le rap­pelle une amie chère avec un bou­quet fleu­ri d’une chan­son de Bras­sens. Et quelle chan­son, quel poème ! Les voici :

Un vingt-deux de sep­tembre au diable vous partites,
Et, depuis, chaque année, à la date susdite,
Je mouillais mon mou­choir en sou­ve­nir de vous...
Or, nous y revoi­là, mais je reste de pierre,
Plus une seule larme à me mettre aux paupières:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

On ne rever­ra plus au temps des feuilles mortes,
Cette âme en peine qui me res­semble et qui porte
Le deuil de chaque feuille en sou­ve­nir de vous...
Que le brave Pré­vert et ses escar­gots veuillent
Bien se pas­ser de moi pour enter­rer les feuilles:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Jadis, ouvrant mes bras comme une paire d’ailes,
Je mon­tais jusqu’au ciel pour suivre l’hirondelle
Et me rom­pais les os en sou­ve­nir de vous...
Le com­plexe d’Icare à pré­sent m’abandonne,
L’hirondelle en par­tant ne fera plus l’automne:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Pieu­se­ment noué d’un bout de vos dentelles,
J’avais, sur ma fenêtre, un bou­quet d’immortelles
Que j’arrosais de pleurs en sou­ve­nir de vous...
Je m’en vais les offrir au pre­mier mort qui passe,
Les regrets éter­nels à pré­sent me dépassent:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Désor­mais, le petit bout de cœur qui me reste
Ne tra­ver­se­ra plus l’équinoxe funeste
En bat­tant la bre­loque en sou­ve­nir de vous...
Il a cra­ché sa flamme et ses cendres s’éteignent,
A peine y pour­rait-on rôtir quatre châtaignes:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Et c’est triste de n’être plus triste sans vous

Autre rap­pel, venu des étoiles et de la méca­nique céleste : Non, l’automne ne com­mence pas tou­jours le 21 sep­tembre. La preuve, cette année, il s’est déci­dé pour ce jeu­di 22 sep­tembre (et prin­temps dans l’hémisphère sud). Ç’aurait aus­si pu tom­ber le 23, ce qui arrive.

Ain­si, ce chan­ge­ment de sai­son a lieu à l’instant de l’équinoxe où la ligne qui marque la limite entre le jour et la nuit à la sur­face de la pla­nète passe par les deux pôles. Le jour et la nuit ont alors exac­te­ment la même durée, tan­dis que le soleil se lève exac­te­ment à l’est et se couche exac­te­ment à l’ouest.

equinoxe

Pour­quoi donc ces varia­tions dans la pen­dule astronomique ?

La Terre n’évolue pas sur une orbite cir­cu­laire autour du Soleil mais selon une ellipse qui peut s’allonger plus ou moins selon les années et ain­si légè­re­ment déca­ler les saisons.

Autre com­pli­ca­tion, les années bis­sex­tiles qui, tous les quatre ans, ajoutent une jour­née (la 366e) à notre calen­drier, pour remettre la grande pen­dule à l’heure.

Cette année, donc, l’automne débute le 22 sep­tembre. Et il en sera ain­si jusqu’en 2093 où l’équinoxe d’automne tom­be­ra un 21 sep­tembre. Ça peut valoir le coup de tenir jusqu’à là. Cha­cun fai­sant ce qu’il veut et comme il peut.

Ah oui : ne pas oublier de fêter son 94e anni­ver­saire à Yvette Hor­ner !

L’automne, ça compte ! par Faber

967-automne-ok

© faber

[Cli­quer pour agran­dir]

Share Button