« Grande marche du retour ». Les Palestiniens à la trappe de l’actualité

La Marche du retour  est l’édition annuelle d’une manifestation organisée par les Palestiniens pour commémorer la Nakba, l’exode palestinien de 1948 lors de la première guerre israélo-arabe. La date annuelle en est le 15 mai, lendemain de la proclamation de l’État d’Israël. Cette année, année du 70e anniversaire de cet exode, les Palestiniens ont annoncé que la marche du retour en 2018, appelée aussi la « Grande marche du retour », se déroulera du 30 mars au 15 mai 2018, date qui correspond aussi à la date prévue pour le déménagement officiel de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.
Le 30 mars 2018, lors de la Journée de la Terre, des dizaines de milliers de Palestiniens ont participé à la première journée de manifestation de cette « Marche du retour », dans la bande de Gaza près de la frontière israélienne. Les Forces de Défense d’Israël ont tué 17 Palestiniens et affirment que la plupart d’entre eux étaient des activistes de la branche militaire du Hamas ou d’autres organisations djihadistes.
Le Hamas annonce 1416 blessés : par balles réelles, par balles en caoutchouc ou par intoxication au gaz lacrymogène. Ce chiffre est contesté par l’armée israélienne. Aucun bilan indépendant des parties n’est disponible[Source : Wikipédia]

L’Histoire se répète, avec ses drames et horreurs. L’article ci-dessous date du 20 juillet 2014. Moins de quatre ans après, rien n’a changé en Palestine, si ce n’est en pire.

Vendredi 6 avril, des milliers de Palestiniens ont pris part, à une nouvelle vague de manifestations le long de la frontière de Gaza, dans le cadre de la « marche du retour », une protestation demandant le retour sur leurs terres qu’ils ont dû fuir ou abandonner. Les manifestants ont incendié des pneus et jeté des pierres aux soldats israéliens, qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes et à balles réelles. Ce jour-là, deux Palestiniens ont été tués et 250 ont été blessés.  La semaine dernière, dix-neuf Palestiniens ont été tués par l’armée au même endroit. Depuis le 30 mars, on déplore ainsi 28 tués et plus d’un millier de blessés parmi les manifestants. Le refus israélien de toute forme d’enquête internationale sur ces violences a été sans surprise soutenu par l’administration Trump à l’ONU.

Ces manifestations devraient durer six semaines, soit chaque vendredi jusqu’au 15 mai, jour où le président étatsunien se rendra à Jerusalem pour inaugurer le nouveau siège de l’ambassade américaine…

On peut considérer que les Palestiniens, dans ces bégaiements de l’Histoire, passent aussi à la trappe de l’actualité, de laquelle ils se trouvent dramatiquement rejetés au second plan géopolitique – ce qui ne saurait déplaire au gouvernement israélien de Netanyahou. La guerre en Syrie, avec ses débordements dans l’horreur, détourne les regards du monde, ainsi d’ailleurs que le nouveau et non moins atroce conflit au Yémen, sans oublier les plus anciens, Libye, Irak, Afghanistan.

 

Gaza. Des crimes de guerre que l’on n’accepterait nulle part ailleurs. Pourquoi alors les accepter en Palestine ?

Article republié.               1republication le 20 juillet 2014 

Une nouvelle salve de violences vient d’éclater entre Israël et la Palestine et une fois encore, des enfants meurent. Les seuls appels au cessez-le-feu ne marchent pas, nous le savons. Il est temps de lancer des actions non-violentes pour mettre fin une fois pour toutes à des décennies de cauchemar.

Nos gouvernements ont échoué — tout en négociant la paix et en adoptant des résolutions à l’ONU, ils continuent, via leurs entreprises, à financer, à tirer profit et à investir dans la violence. La seule manière de mettre un frein à ce cercle vicieux de confiscation des terres des familles innocentes, de punitions collectives, de lancement de roquettes du Hamas, et de bombardements sur Gaza est de rendre le coût économique du conflit insoutenable.

Nous savons que ça marche — la directive européenne empêchant le financement des colonies illégales avait causé un séisme au sein du gouvernement israélien. La décision du fonds de pension néerlandais PGGM de se retirer des colonies illégales suite à un appel citoyen avait également créé une tempête politique.

Gaza, 2014 : au moins 100 Palestiniens tués, le plus lourd bilan depuis le début de l’offensive

Cela ne mettra certainement pas fin aux tueries, mais l’Histoire nous a montré que souvent, le chemin de la paix passe par l’augmentation du coût de l’oppression. Cliquez sur le lien pour exhorter six banques, fonds de pension et entreprises à mettre un terme à ces investissements — si nous réussissons à faire monter la pression, ces établissements pourraient se retirer, cela porterait un coup à l’économie israélienne, et nous pourrions déjouer les calculs politiques des extrémistes qui profitent politiquement de l’horreur:

Lors des cinq dernières semaines, trois adolescents israéliens ont été assassinés en Cisjordanie, un jeune palestinien a été brûlé vif, un adolescent américain a été brutalement frappé par la police israélienne et plus de 40 enfants de Gaza sont morts sous les raids aériens israéliens. Ce n’est plus “le conflit israélo-palestinien”, c’est une guerre contre les enfants. Et nous sommes en train de devenir insensibles à cette ignominie. Des médias font passer cette guerre pour un conflit insoluble entre deux belligérants égaux, mais ce n’est pas de cela dont il s’agit. Les attaques des extrémistes palestiniens contre des civils innocents doivent être condamnées et cesser, mais c’est la spoliation du peuple palestinien qui est à la racine du conflit. Israël occupe, colonise, bombarde, attaque et contrôle l’eau, le commerce et les frontières d’un État libre et reconnu par les Nations Unies. À Gaza, Israël a créé la plus grande prison à ciel ouvert du monde, puis lui a imposé un blocus. Aujourd’hui, alors que les bombes pleuvent, les familles n’ont aucun endroit où se réfugier.

Ce sont des crimes de guerre que l’on n’accepterait nulle part ailleurs. Pourquoi alors les accepter en Palestine? Il y a cinquante ans, Israël et ses voisins arabes sont entrés en guerre et Israël a occupé la Cisjordanie et la bande de Gaza. Occuper un territoire après une guerre est chose commune, mais aucune occupation militaire ne devrait se transformer en des dizaines d’années de tyrannie, qui ne profite qu’aux extrémistes qui prennent les innocents pour cible. Et qui souffre? La grande majorité des familles des deux côtés, des familles aimantes qui ne veulent que la liberté et la paix.

Pour un certain nombre de personnes, en particulier en Europe et en Amérique du Nord, appeler les entreprises à retirer leurs investissements en cessant de financer ou de participer à l’occupation israélienne en Palestine semble partial. Mais ce n’est pas le cas — c’est la stratégie non violente la plus efficace pour mettre fin aux cycles de violence, assurer la sécurité d’Israël et obtenir la liberté pour les Palestiniens. La Palestine est minuscule à côté de la puissance et de la richesse d’Israël. Si cette dernière refuse de mettre fin aux occupations illégales de terres palestiniennes, le monde doit agir pour en rendre le coût insupportable.

israel-gaza-enfants palestiniens-victimes-de-guerre
Ph. Avaaz

 

ABP, le fonds de pension néerlandais, investit dans les banques israéliennes qui financent la colonisation de la Palestine. D’énormes banques comme Barclays financent les fabricants d’armes israéliens et d’autres entreprises [dont Veolia] qui fleurissent grâce à l’occupation. Le géant de l’informatique Hewlett-Packard fournit des systèmes de surveillance sophistiqués pour contrôler les mouvements des Palestiniens. Et Caterpillar produit des bulldozers qui sont utilisés pour détruire des maisons et des fermes palestiniennes. Si nous lançons le plus grand appel jamais vu pour exhorter ces entreprises à se retirer, nous montrerons que le monde ne veut plus être complice de ce bain de sang. Les Palestiniens appellent le monde entier à soutenir cette action et les Israéliens progressistes la soutiennent également

POUR EN SAVOIR PLUS :

La majorité de l’UE déconseille le commerce avec les colonies israéliennes (Euractiv)

http://www.euractiv.fr/sections/leurope-dans-le-monde/la-majorite-de-lue-deconseille-le-commerce-avec-les-colonies

Les Israéliens et les Palestiniens sont en faveur de la paix mais n’ont guère d’espoir (Gallup – en anglais)

http://www.gallup.com/poll/161456/israelis-palestinians-pro-peace-process-not-hopeful.aspx

Colonies israéliennes : le Quai d’Orsay met en garde les investisseurs français (France 24)

http://www.france24.com/fr/20140625-colonies-israeliennes-quai-orsay-met-garde-investisseurs-francais-bds/

Share Button

Prenez la parole !

14 Commentaires sur "« Grande marche du retour ». Les Palestiniens à la trappe de l’actualité"

  Subscribe  
M'avertir en cas de
C’est incroyable, ce que cet Etat se permet ! L’Israel est, rappelons le, une construction d’après deuxième guerre mondiale, due aux Anglais et aux Français, basée sur des fondements religieux. D’après des minorités européennes malmenées par d’autres minorités européennes, les Palestiniens ne sont en aucun cas responsables du passé des Juifs. Rappelons, que les Juifs originaires d’Afrique, les Séfarades, vivaient plutôt en bonne harmonie avec les habitants du Maroc, d’Algérie, de Tunisie. Tout a démarré avec leur désir de dominer les autres. Cette fraction infime de l’humanité, ne se situe pas au dessus des autres, ni en dessous… Les faits… Lire la suite

Une angoisse hante pas mal d’Israëliens, y compris ceux qui voudraient une paix véritable : la fécondité des ventres des femmes arabes, comparativement supérieure à celle des leurs. Eradiquer en partie la menace est un moyen anxiolytique, certes barbare. En France, nous en sommes encore assez loin, mais à l’horizon 2050, ce sera comparable… Ce qui n’est d’ailleurs qu’un épiphénomène par rapport au délire procréatif général qui met à mort la planète. Nous voulons la paix ? Investissons dans la stérilisation par aérosol !

Article plein de faux bons sentiments où se cache encore une fois de plus la seule responsabilité des Israéliens dans cette nouvelle guerre et dans toutes les autres depuis 1948. Vous voulez boycottez Israël? Alors appelez aussi au boycott des pays qui financent et qui arment le Hamas, aujourd’hui le Qatar, l’Arabie Saoudite, hier l’Iran et la Syrie. Pourquoi ne le faites vous pas? La vision du conflit vu sous l’angle du bien et du mal, des puissants et des faibles, des oppresseurs et des opprimés est tellement facile. Que le Hamas balance des roquettes depuis des années sur son… Lire la suite

Que ce bon peuple propalestinien indigné boycotte aussi Coca Cola – et pas seulement à la sortie du jeûne – et les matchs de foot truqués sponsorisés par les fachos quataris esclavagistes ! Pour avoir vécu 18 ans à Barbès, je crains que ça soit plutôt difficile…

Je ne vais pas me faire que des amis mais :
Si gauche et droite, dans un improbable élan de solidarité avait un peu plus manifesté pour le peuple juif, il y a de cela quelques années ( et tant pis pour la loi de Godwin ), nous n’en serions pas là.
Certes, on ne peut pas on ne peut pas refaire l’histoire mais on peut toujours tenter d’éviter les redondances d’icelle.

Pour répondre au commentaire de Sam, qui me choque par sa prise de partie, mais c’est son droit, il n’est pas question de montrer du doigt la seule responsabilité d’Israel, mais sa méthode d’action. Il est question de montrer l’acharnement d’une armée contre un peuple opprimé. Il n’est pas à l’ordre du jour de boycotter un Etat, mais de s’étonner, qu’un Etat ne se conforme pas au droit international. Un autre Etat ferait ce que fait Israel, il serait mis au ban des nationS: Israel fait se qu’il veut: pourquoi ? D’où vient le Hamas ? Pourquoi le Hamas a… Lire la suite

Merci Sam pour votre réponse, mais je n’ai jamais essayé de justifier quoi que ce soit venant du Hamas.
Je pense, que nous faisons l’histoire au jour le jour, à notre corps défendant ou pas.
Tout à fait d’accord avec vous pour dire, que Rabin était un grand homme. Il était vraiment décidé à faire une paix durable, de plus, ce fut un général de valeur, il connaissait la guerre et ses souffrances.
Des hommes de bonne volonté existent, comme vous je le souhaite pour Israel.

Un état de plus, fut-il palestinien ? Avec son abrutissement de tarés obscurantistes obsédés de sexe malade et complexés d’arriération face à l’Occident ? Avec sa charia obsédante, ses femmes voilées comme des nonnes analphabètes, ses gamines en chaleur exécutées pour l’honneur avec le consentement des parents heureux d’avoir un ainé qui s’est fait exploser en martyr ? Un état qui devra rivaliser de haine du vivant pour être à la hauteur du voisin hébreu fasciste ? Nous sommes déjà impuissants face à la folie de nos dingues locaux destructeurs de la planète, alors, le Moyen-Orient…Et ne me tenez pas… Lire la suite
Tu as raison Gérard de mettre, de remettre, en une ce qui se passe actuellement pour les Palestiniens, car c’est inadmissible, et ceci se passe quasi dans l’indifférence générale. (Faut dire, il y a tant à traiter, dont peut-être la venue d’une troisième guerre mondiale : je la sens depuis un moment s’approcher). Aucun autre pays au Monde ne se permet et ne pourrait se permettre ce qu’Israël se permet envers les Palestiniens. Pour l’Etat d’Israël et ses défenseurs inconditionnels, la faute est TOUJOURS des autres, et dans ce qui se passe ils n’y sont jamais pour rien, même un… Lire la suite
Translate »