Trump, les États-Unis à feu et à sang, la conquête spatiale…

Pour des questions de droits d’auteur, l’article d’Aurélien Barrau, « La conquête spatiale comme faillite symbolique », publié ici le 01/06/20, a été mis en attente de republication.

J’en étais là, sur le cul, devant ce déferlement d’infantilisme affiché sur les télés tout autant ébahies que les spectateurs éberlués : l’empire américain reprenait « pied » dans la conquête spatiale ! Trump lui-même s’était mis en scène à Cap Canaveral, devant la bite en feu du milliardaire Elon Musk, grand artisan de la privatisation du bien commun, pour ne pas dire de la Terre entière – et de l’Univers !

Mais quid de cette débauche techniciste qui rabat une frange des États-Uniens au rang de gosses attardés, émerveillés comme devant la dernière superproduction à la Disney ? Et cela dans un contexte aussi dramatique scindant un pays en au moins deux parties fatalement inconciliables. « Ils » s’extasient devant l’esbroufe techno et leur pays se trouve à feu et à sang à cause d’un racisme endémique… Ils s’envoient en l’air tandis que ce pays – le leur aussi, quand même, brûle sous les flammes de l’injustice terrible, terrifiante.

Trump exfiltré de la Maison blanche (29 mai).

Sont-ils donc assez cons, oui, pas d’autre mot, ces grands gosses, gras, armés et décervelés, qui vont applaudir un feu d’artifice prometteur, croient-ils, d’un avenir radieux ? Ils le sont, hélas, ces États-Uniens incultes, prêts à réélire le plus abruti des présidents jamais élus. Car il fut élu, certes et hélas, jusqu’à faire douter du principe démocratique. Et on se doit en effet d’en douter, à défaut d’avoir inventé mieux pour diriger les troupeaux panurgiens.

J’en étais donc là, à me soulager dans mon « P’tit coin » du jour, reprenant du service dans ce haut-lieu (en haut, colonne de droite…) de blog :

Quand le racisme est pointé du doigt, l’imbécile regarde vers la lune. Son pays est à feu et à sang, lui parade en célébrant l’espace et la gloire d’un milliardaire. Son nom même est une rature, celle qu’il porte à ce qu’on appelle démocratieQu’est-ce que le peuple ?

J’en étais là quand j’ai lu cet article d’Aurélien Barrau, « La conquête spatiale comme faillite symbolique ». Article d’il y a six mois, exprimant on ne saurait mieux, et avant l’heure, les questionnements ravivés par l’« actualité ».

Article paru sur le site Diacritiken attente de republication.

Partager
S’abonner
M'avertir en cas de
1 Commentaire
plus récent
plus ancien plus apprécié
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Dommage ! j’ai même pas eu le temps de tout lire…

Translate »
1
0
Votre commentairex
()
x