Françafrique. Saisie immobilière dans le Bongoland

1omarjpg.1207920810.jpgÇa relève d’une espèce de génie. Quelque chose comme le Génie de la Bastille culbutant prisons et autres enfermements de l’esprit. Trois manifestants, deux banderoles, un coup de crayon et voilà l’Histoire qui perd son nord, change de trajectoire. Petits mouvements grands effets ! Rappelons-nous ce turban comme une bombe… sur la tête stupéfiée de Mahomet – enfin de celles de ses hidjadistes. Et aujourd’hui, cette flamme des JO qui vacille – Mao mais…. (Oui, facile…) Et là, cette manif comme un chef d’œuvre devant l’un des 33 biens immobiliers de Omar Bongo – devenu « el hadj » par intérêt bien compris… Hier donc, manif devant un haut-lieu du Bongoland, ainsi que le rapporte Rue89 :

« Au moment où Alain Joyandet, le nouveau secrétaire d’Etat à la Coopération, foulait le sol du Palais du bord de mer à Libreville, la Cellule Françafrique s’est invitée rue de la Baume.

« Au numéro 4 de cette rue huppée du VIIIe arrondissement, un hôtel particulier en travaux. Pas de nom: la plaque, près de la sonnette, a été arrachée. A 12h30, une dizaine de membres du collectif Cellule Françafrique se retrouvent, sous l’oeil avisé de l’émissaire de la préfecture de police, agent des RG en civil. Les journalistes sont aussi nombreux que les activistes. (Voir la vidéo)

« Objectif de l’opération: la saisie -symbolique- du 33e bien immobilier acquis par le président du Gabon. El Hadj Omar Bongo Ondimba a fait acheter cette modeste demeure (2000 m2 et 500 m2 de jardin) pour deux de ses fils. Officiellement, le propriétaire est une SCI (société civile immobilière) où apparaissent les noms d’Omar Denis, 13 ans, et Yacine Kini, 16 ans. Montant de la transaction: 18,875 millions d’euros. Soit 9437 euros du mètre carré… La descendance est à l’abri du besoin pour quelques années.

« Et les chiffres sont cruels: le Gabon occupe la 84e place mondiale pour le PIB par habitant, mais seulement la 119e position, sur 177 états, pour l’Indicateur de développement humain. »

Voilà, l’essentiel est dit. Pas besoin de gloser davantage ici* sur la Françafrique et ses réalités perpétuées par la sarkozie en marche. Jean-Marie Bockel a de quoi méditer sur sa rétrogradation au profit d’un député et maire de Vesoul qui a voulu voir l’Afrique, et qui a vu Bongo – comme toujours.

* Mais il y a matière ! Voir notamment l’excellent site Cellule Francafrique – www.cellulefrancafrique.org

>>> Voir la vidéo de la « saisie du bien mal acquis »

Partager

<span style=

  S’abonner  
M'avertir en cas de
Translate »