Soit une (« grande ») réforme des ins­ti­tu­tions, avec des enjeux poli­ti­ciens liés à l’hyperprésidence. Soit un « ins­ti­tut de son­dage », autre­ment dit une offi­cine à fabri­quer de l’opinion sous cou­vert de la mesu­rer. Ici il s’agit de l’IFOP, Ins­ti­tut fran­çais d’opinion publique, entre­prise de mar­ke­ting inter­na­tio­nal dont la PDG est Lau­rence Pari­sot, acces­soi­re­ment pré­si­dente du Mou­ve­ment des entre­prises de France (MEDEF)… Soit un heb­do, le Jour­nal du dimanche (JDD), pro­prio Arnaud Lagar­dère, dit le « frère » de qui vous savez. Donc le JDD com­mande à l’IFOP et publie son son­dage qui dit quoi ?

Voi­là, selon l’agence Reuters :

« Les Fran­çais plé­bis­citent la réforme des ins­ti­tu­tions qui sera sou­mise lun­di au Par­le­ment réuni en Congrès à Ver­sailles, selon un son­dage Ifop pour le Jour­nal du Dimanche.

« Ils sont près de 90%, et même davan­tage chez les sym­pa­thi­sants du Par­ti socia­liste, à juger favo­ra­ble­ment diverses pro­po­si­tions comme l’obligation pour le gou­ver­ne­ment d’obtenir l’accord du Par­le­ment pour pro­lon­ger une opé­ra­tion mili­taire au-delà de six mois ou la limi­ta­tion du nombre de man­dats pré­si­den­tiels à deux.

« Le recours faci­li­té au réfé­ren­dum est approu­vé par 86% des répon­dants et 90% des sym­pa­thi­sants du PS, la pos­si­bi­li­té pour le Par­le­ment de s’opposer à des pro­po­si­tions de nomi­na­tions par 83% et 87% res­pec­ti­ve­ment, et la limi­ta­tion de l’utilisation de l’article 49.3 par 82% et 90%. » Etc.

Là des­sus, une jeu­nette de France Inter, peut-être une sta­giaire d’été (il faut bien débu­ter, la ques­tion n’est pas là), de sa voix haut-per­chée et un rien scan­da­li­sée sans le dire, sort son petit édi­to du same­di matin en amal­ga­mant ledit son­dage et l’opposition affi­chée du PS. En sub­stance : Tan­dis que le par­ti socia­liste s’oppose tou­jours, etc. … les Fran­çais, de leur côté plé­bis­citent la réforme, etc. Voir la suite de la dépêche…

Et voi­là ! La recette pour miton­ner de l’idéologie domi­nante, ce n’est pas plus com­pli­qué : un plan poli­tique, un son­dage, un sup­port, des ampli­fi­ca­teurs de masse. Et bien sûr quelques petites mains de petits mitrons (ou mitronnes), ce qui se trouve plus faci­le­ment en été ou en fin de semaine.

Au fait et à pro­pos, on se demande bien pour­quoi Vincent Bol­lo­ré – celui du yacht à Malte et des Fal­con pour couple pré­si­den­tiel, celui de Havas, de Direct-8, Direct-Soir, Média­mé­trie, etc. – vient de se payer l’Institut de son­dage CSA ?

Share Button