Le nucléaire est affaire trop dangereuse pour la laisser aux mains des nucléocrates !

L’émission « Mots croisés » du 11 avril était en partie consacrée au nucléaire. J’y aurai surtout vu l’affligeant numéro d’un technolâtre dénommé Jean-Marc Jancovici, présenté comme « 
Ingénieur énergie climat, 
Professeur à l’Ecole des Mines Paris Tech » (fermez le ban !) Souvent à l’œuvre médiatique en ces temps de contestation nucléaire, ce prétentieux est le prototype même du nucléocrate : méprisant autant que suffisant, ça va ensemble, il assène la « science » en ramenant la sienne.

Extraits :

 

Cette prestation, atterrante, a eu l’avantage de montrer in vivo comment le monde nucléaire est devenu une sorte de secte, antidémocratique ô combien, dont l’objet est inaccessible à ceux qui n’en font pas partie. C’est ainsi qu’un spectateur lambda ne peut rien comprendre au nucléaire puisque « personne ne sait ce qu’est un millisievert ». Ben expliquez-nous donc ça, grand manitou ! «Ah non, pas possible, ça prend au moins trois pages » L’extrait  ci-dessus de l’émission illustre bien la question de fond de ce secteur à part,  cette caste de consanguins refermés sur eux-mêmes et devenus sourds et aveugles au monde extérieur. D’où leur grand danger à les laisser agir sans contrôle. On les a assez vus à l’œuvre à Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima. Le nucléaire est affaire trop sérieuse et surtout dangereuse pour la laisser aux mains de tels allumés !

L'attitude, le ton, les propos – tout oppose le scientifique au nucléocrate arrogant.
L'attitude, le ton, les propos – tout oppose le scientifique au nucléocrate arrogant.

 

 

A l’opposé, cet entretien vidéo sur Universcience.tv du 31 mars avec Roland Desbordes, président de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD). Exact contraire de ce pédant insupportable Jancovici, Roland Desbordes se veut explicatif autant que rigoureux, déplorant les données a-scientifiques fournies par les autorités japonaises sur les émissions radioactives liées à l’accident de Fukushima. Où l’on apprend également, sans alarmisme, que nous sommes bel et bien exposés au nuage radioactif venu du Japon.

Deux conceptions de la science, de l’information, de la démocratie. Un autre humanisme aussi.

Cliquer sur les images pour voir les vidéos, ou sur les liens ci-dessous :

http://www.universcience.tv/media/3000/les-emissions-radioactives-de-fukushima.html

 

http://www.youtube.com/watch?v=weRm6XKYDxo

 

Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »