Grand concours de Noël pour le développement du râble de sapin

A vous la légende !

Comment peut-on être grand, con et court ? En participant à notre grand concours de Noël. Règle du jeu simplissime : trouvez la légende qui s’imposera pour cette sublime image commise par les plus talentueux (si !) graphistes de Metz (Lorraine, France), à savoir (reconnaissables sur la photo) :

Arnaud Hussenot, en haut

Fabien Darley, en bas

 Tous les gagnants gagneront : leurs légendes seront publiées au fur et à mesure dans les cases de commentaires prévues à cet effet. C’est-i pas un beau cadeau de Noël, ça ?

 

Partager

17 réflexions sur “Grand concours de Noël pour le développement du râble de sapin

  • 17 décembre 2011 à 21 h 21 min
    Permalien

    Noël au bal des cons, Macaques de saison !

    Répondre
  • 17 décembre 2011 à 21 h 45 min
    Permalien

    je tente ma chance :
    le sapin est un homme, voire deux, comme tout le monde !
    Joyeux Léon !

    Répondre
  • 17 décembre 2011 à 22 h 22 min
    Permalien

    Cette fois-là, maman n’aurait pas dû faire confiance au docteur Ogino.

    Répondre
  • 17 décembre 2011 à 22 h 51 min
    Permalien

    Cette femme ne croix pas seulement aux fils Noël.

    Répondre
  • 17 décembre 2011 à 23 h 36 min
    Permalien

    Extrait du catalogue général de “Service aux personnes âgées”, page “offrez un sapin à un vieux sans avoir à ramasser les aiguilles de merde sur la moquette”. Pratique, économique (peut servir de nombruses fois), succès garanti dans les maisons de retraiite.

    Répondre
  • 18 décembre 2011 à 8 h 58 min
    Permalien

    La retraitée à la menthe, et les travailleurs qui ont les boules

    Répondre
  • 18 décembre 2011 à 11 h 37 min
    Permalien

    Il s’agit de deux (faux ?) jumeaux rendant visite à leur maman Alzeimer et ne voulant pas lui faire sentir le sapin.

    Répondre
    • 18 décembre 2011 à 11 h 44 min
      Permalien

      Je rejoins Tenard. Mais les jumeaux sont des rats : le rat débile et le rat méchant. (libre interprétation fontaineuse).

      Répondre
  • 18 décembre 2011 à 21 h 10 min
    Permalien

    Symbole évident d’une société prenant l’eau :
    Représentation “d’un con’tenant et d’un con’tenu”.

    PS. Puis parodiant Pyrame en un sanglot :
    La voila donc cette tête, sur une Dame, bien tenue,
    Vous, sieurs, vos boules pendouillent trémolo !

    Avec nos meilleurs (sauve qui) “peux”, pour ces devenirs qui en chantent, n’est-il pas ?

    Répondre
  • 19 décembre 2011 à 0 h 29 min
    Permalien

    Une crèche comme j’en ai toujours rêvé, avec poil à mazoute, chromo de compétition, buffet garni et maman immaculée…

    Répondre
  • 19 décembre 2011 à 18 h 02 min
    Permalien

    Le crucifix au cou et la croix de Lorraine au cul…

    OK, je sors!

    Répondre
  • 19 décembre 2011 à 18 h 43 min
    Permalien

    Moman est dubitative : “Si j’avais deux saucisses, je ferais bien une potée (de Noël), mais j’ai que deux andouilles…”

    Répondre
    • 19 décembre 2011 à 18 h 46 min
      Permalien

      Deux andouilles, ah! ah! ah!

      Répondre
      • 19 décembre 2011 à 18 h 57 min
        Permalien

        Gérard, t’es pas sympa: Roger Morteau mérite une certaine indulgence: il a beaucoup fumé.

        Répondre
  • 20 décembre 2011 à 17 h 44 min
    Permalien

    “Ils m’avaient déjà fait le coup en barboteuses. C’était bien aussi, surtout les couleurs, rouge et vert.”

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »