L’annulation à Mar­seille du concert de Guet­ta à 400 000 euros ne doit pas cacher le carac­tère plus que trouble de la ges­tion muni­ci­pale. C’est ce que rap­pelle le com­mu­ni­qué sui­vant du Com­man­do Anti-23 juin exi­geant des expli­ca­tions sur les pra­tiques pour le moins anti-démo­cra­tiques des élus.

 

Nous avons fait réagir David Guet­ta : l’ampleur de notre mou­ve­ment a ame­né le DJ à annon­cer hier dans un com­mu­ni­qué qu’il annu­lait son concert au Parc Boré­ly … pour en tenir un autre non sub­ven­tion­né au Dôme.

Depuis plu­sieurs semaines, notre mobi­li­sa­tion excep­tion­nelle a fait beau­coup par­ler d’elle dans les médias. Il y a quelques jours, vous avez contraint le maire à répondre à vos publi­ca­tions sur Face­book et Twit­ter en s’engageant à redis­cu­ter cette sub­ven­tion. Cette déci­sion de David Guet­ta est une pre­mière vic­toire, mais c’est une vic­toire amère.

Ce que nous deman­dions, c’était l’annulation de la sub­ven­tion, et non l’annulation du concert. Nous sou­hai­tions que la muni­ci­pa­li­té s’explique sur sa ges­tion de l’argent public et jus­ti­fie cette sub­ven­tion astro­no­mique pour un concert payant et rentable.

Depuis le début, l’équipe muni­ci­pale s’est mon­trée fuyante face à nos ques­tions et conti­nue à faire la sourde oreille. Pire : nos élus se réfu­gient der­rière la déci­sion de David Guet­ta et conti­nuent de nous insul­ter en nous accu­sant d’avoir « pri­vé les Mar­seillais d’un concert popu­laire » dans un com­mu­ni­qué de presse men­son­ger et hon­teux qui prê­te­rait presque à rire s’il ne révé­lait pas la décon­nexion totale entre la Ville et ses administrés

Cli­quez-ici pour lire notre « cor­ri­gé » du com­mu­ni­qué et par­ta­gez-le sur Face­book et Twit­ter.

Ne crions pas vic­toire trop tôt: le conseil muni­ci­pal doit s’expliquer sur cette sub­ven­tion. Com­ment a-t-elle pu être attri­buée? Qu’advient-il du concert de Mika pré­vu pour le même soir ? Com­ment l’équipe muni­ci­pale jus­ti­fie-t-elle ces dépenses? Il s’agit ici de faire toute la clar­té sur ce qui s’est pas­sé pour que plus jamais cela ne se reproduise.

Nous devons main­te­nir notre demande de cla­ri­fi­ca­tion lors du pro­chain conseil muni­ci­pal du 25 mars. Dès main­te­nant, ins­cri­vez-vous pour suivre avec nous le conseil muni­ci­pal en direct. La Ville espère s’en sor­tir par une pirouette, ne nous lais­sons pas ber­ner une nou­velle fois.

Mer­ci pour votre action,

Laurent pour le Com­man­do Anti 23 juin.

Share Button