Alain Resnais, ciné-graphiste

alain-resnais-douin
Couverture du livre de Jean-Luc Douin (Ed. de la Martinière)

Tout a été dit sur Alain Resnais, depuis sa mort, samedi. Un grand parmi les grands du cinéma, en effet. Ces images ci-dessous – affiches de quelques-uns de sa cinquantaine de films – pour souligner le sens graphique d’un artiste du cinémato-graphe. Car l’adepte de l’image en mouvement en était un aussi de l’image fixe (projetée 24 fois par seconde, au nom de l’illusion de la réalité) et singulièrement de l’image dessinée. Alain Resnais fut un artiste de la forme, un formaliste pour qui la forme, précisément, est constitutive du fond ; elle se doit aussi d’apparaître comme telle, selon cette distanciation brechtienne assumant l’artifice de l’art, l’art comme interprétation délibérée et visible d’une réalité. La bande dessinée illustre – c’est bien le mot – tout à fait cette démarche; tout comme l’ont également prôné et pratiqué des écrivains comme Alain Robbe-Grillet, Marguerite Duras, Claude Simon, Georges Perec et tout le courant du Nouveau roman. De lui, je retiens notamment ce mot : “Les hommes se ressemblent par ce qu’ils montrent et diffèrent par ce qu’ils cachent“.

la-vie-est-un-roman-resnais-Enki-Bilal
Les affiches d’Enki Bilal (entretien dans Le Figaro) pour Mon oncle d’Amérique et La Vie est un roman.

    Hiroshima-Mon-Amour-d-Alain-Resnais     on-connait-la-chanson-resnais   nuit-et-brouillard-alain-resnais  imgres-3 images    images-1   herbfol1    coeursar ABC_120x160_BD pas-sur-la-bouche-resnais providence-resnais

Partager

<span style=

  S’abonner  
M'avertir en cas de
Translate »