« Le réac­teur numé­ro 1 de la cen­trale de Sen­dai a redé­mar­ré à 10 h 30 [3 h 30, heure fran­çaise] », a annon­cé, ce mar­di 11 août, un porte-parole de la com­pa­gnie japo­naise Kyu­shu Elec­tric Power. Ain­si, quatre ans et cinq mois après la catas­trophe de Fuku­shi­ma, en mars 2011, les auto­ri­tés japo­naises passent outre l’opposition de la popu­la­tion nip­pone, tou­jours trau­ma­ti­sée. Selon des son­dages, 60 % des Japo­nais demeurent hos­tiles à l’énergie nucléaire.

Souhai­tée par le gou­ver­ne­ment conser­va­teur, cette remise en ser­vice d’installations nucléaires est d’abord moti­vée par des rai­sons éco­no­miques. Le Japon connaît depuis 2011 d’importants défi­cits com­mer­ciaux dus en grande par­tie à la fac­ture d’hydrocarbures pour ali­men­ter les cen­trales ther­miques. Des argu­ments… éco­lo­giques sont aus­si mis en avant, sur le registre de la réduc­tion des gaz à effet de serre émis par les cen­trales au gaz, au pétrole ou au charbon.

Mais les Japo­nais res­tent majo­ri­tai­re­ment hos­tiles à ce redé­mar­rage – qui inter­vient en plein dans les vacances d’été – et à quelques jours des céré­mo­nies du soixante-dixième anni­ver­saire des bom­bar­de­ments d’Hiroshima et de Naka­sa­ki. Nao­to Kan, pre­mier ministre au moment de Fuku­shi­ma, deve­nu depuis l’un des plus viru­lents oppo­sants au nucléaire, a qua­li­fié cette mise en ser­vice d” »erreur ». Des mani­fes­ta­tions ont été orga­ni­sées aux portes de la cen­trale de Sen­dai et devant la rési­dence du pre­mier ministre, à Tokyo. « Les leçons de Fuku­shi­ma n’ont pas été tirées », a dénon­cé l’un des conseillers muni­ci­paux de Sat­su­ma­sen­dai. Le réac­teur de Sen­dai – situé sur la côte, au sud-ouest de Tokyo – est le pre­mier à être remis en ser­vice, tan­dis qu’une ving­taine se pré­parent aus­si à redémarrer.

Ce signal était évi­dem­ment atten­du des milieux nucléa­ristes de la pla­nète sur laquelle quelque 76 réac­teurs nucléaires sont en chan­tier… Tout va bien.

• À lire, le blog fran­çais entiè­re­ment dédié à Fuku­shi­ma et ses suites : http://www.fukushima-blog.com/

Share Button