Dubaï. Société de merde, société dans la merde

Article republié. 1re publication le 16 novembre 2013

Paru ici en 2013, cet article a été vu près de 2000 fois et il n’arrête de susciter d’intéressants commentaires et témoignages sur une démence moderne qui dépasse la fiction – en version merdique… 

[dropcap]À[/dropcap] Dubaï, on a construit le plus haut gratte-ciel du monde, en négligeant quelques problèmes fondamentaux.

Au départ, les égouts de Dubaï avaient été prévus pour une population de quelque 20.000 habitants, imaginant que chacun ferait ses besoins chez soi avant d’aller au boulot.

Le Burj Khalifa (136 étages) a une hauteur de 736 mètres. Environ 35.000 personnes s’y trouvent en permanence. On a calculé que chaque personne y “délivre” quotidiennement 200 gr de matières fécales. En ajoutant les “petites commissions”, on en est à 7 tonnes par jour, rien que pour Burj Khalifa. Ajoutez à cela qu’on se lave les mains avant, après, et que la grande majorité des occupants prennent aussi au moins un bain ou une douche par jour.

Et Dubaï ne compte pas que le Burj Khaliva, les gratte-ciel y ont poussé comme des champignons.

Au total, à chaque heure qui passe il faudrait ainsi évacuer 50 tonnes d’eaux “noires”. Pour éviter que Dubaï soit submergée par un tsunami brun et que les égouts ne débordent, on réquisitionne chaque samedi des camions vide-fosses septiques de tout le pays.

Pendant le reste de la semaine, on préfère éviter que les touristes ne soient confrontés à chaque coin de rue avec un camion éboueur.

Pour évacuer 24 x 50 x 7= 8.400 t par semaine, chaque camion prenant 4,2t, il faut 2.000 rotations de camions. Les camions doivent se présenter 24 h à l’avance. [Ndlr : comme le suggère un commentateur ci-dessous, considérons plutôt une rotation de 200 camions de 40 tonnes – ce qui fait tout de même une belle noria !].

Voici ce que cela donne sur la route :

Source: site d’Alain Le Pourhiet : http://alepour.free.fr

Post scriptum :

Des doutes ont été émis sur la véracité de ces faits qui pourraient relever d’un “hoax” (canular). D’où l’intérêt des témoignages ci-dessous, confortés par Le Figaro et le journal de Dubaï, Khaleej Times (en anglais) :

http://blog.lefigaro.fr/iran/2008/11/dubai-lenvers-du-decor.html

https://www.khaleejtimes.com/article/20081127/ARTICLE/311279938/1002

 

P.S. 2 : 

 

Partager

34 réflexions sur “Dubaï. Société de merde, société dans la merde

  • 16 novembre 2013 à 19 h 01 min
    Permalien

    On se marre ! T’imagines la tour de Babel et les chiottes qui débordent ? Toujours plus haut, toujours plus con ! La sacro sainte croissance financière comme immobilière en a le fondement merdeux. D’autant que – merci doc Freud – le pognon, le caca, c’est tout pareil, ça pue.

    Répondre
    • 2 mai 2020 à 12 h 26 min
      Permalien

      ILS NON PAS EVOLUER::UN JOUR LE PETROLE CE TRANSFORMERAS EN MERDE..DONC NE VAUDRA:PLUS RIEN??ILS SONT RICHE GRACE AU PETROLE::APRES ILS VIENDRONT VIVRE EN FRANCE.?DUBAI:2 POINT SUR LE I??CE SONT DES ESCLAVAGISTE..DE NOMBREUX MORT..QUANT ILS ON CONSTRUIT CETTE MERDE DE CHIOTTE DE DUBAI./.?CE SONT LES PRINCES DE LA MORT.?LA NATURE UN JOUR REPRENDRAS SES DROIT.??LES PRINCE DE LA MORT DE DUBAI..CE CROIENT TOUT PERMIS..GRACE A LEURS ARGENTS..=PETROLE=QUANT LES OUVRIERS ARRIVER A DUBAIL..ILS LEURS CONFISQUER LES PASSEPORT.?ET LES REDUISAIS EN ESCLAVAGE..PERSONNE NA DENONCER CELA..DANS TOUS SES PAYS DE CHIOTTE=DÉMOCRATIQUE=SOIT DISANT=.?COMME L’ALLEMAGNE LA FRANCE LES USA L’ANGLETERRE.?ET TOUS LES AUTRES PAYS DE CHIOTTE.?QUI NOUS DEGOUTE:::COMME TOUS SES POLITIQUES.?LES PRINCES DE LA MORT DE DUBAI:::SONT DE VRAIS CHIOTTE HUMAINE QUI NOUS DEGOUTE AVEC LEURS ESPRIT DEBILE DU MOYEN=AGE;CE SONT DE VRAIS SAUVAGE PSEUDOS INTELLECTUEL./.ILS EN SONT TOUJOURS A PRATIQUER LE FOUET POUR L’ADULTERE.…ET LE RESTE./.?DE VRAIS SAUVAGE AVEC DU POGNON./.?

      Répondre
  • 17 novembre 2013 à 0 h 20 min
    Permalien

    Daniel, un ami, m’interpelle sur cette “info” :

    “Hoax ou pas hoax ? Cette vidéo traîne sur internet depuis un bon moment, deux ou trois ans peut-être.

    “Le calcul m’étonne un peu quand même et il est assez probable qu’il soit biaisé sinon exagéré. 4.2 tonnes par camion ce seraient alors de tout petits camions, ceux que je vois sur les photos sont plutôt du genre 40 tonnes pour 25000 litres.”

    Le site chasseur de Hoax, Hoaxbuster, a examiné la chose ici : http://www.hoaxbuster.com/forum/camions-citerne-pour-caca-dubai
    où malgré plusieurs incohérences relevées, l’affaire serait plutôt fondée, du moins à l’époque concernée – la date n’étant pas précisée sur la vidéo.

    Quoi qu’il en soit, il y aurait lieu de reconsidérer le nombre de camions à partir de leur charge plus vraisemblable de 42 tonnes;(et non 4,2 t), ce qui ramènerait ce nombre à 200 au lieu de 2000. La vidéo aussi deviendrait plus vraisemblable.

    Au delà des chiffres, le sujet reste posé de cette modernité ahurissante – à Dubaï, entre autres lieux de démence urbaine et de richesse exhibée – et de la production proportionnelle de déchets semblant annoncer une fin de civilisation.

    Répondre
  • 17 novembre 2013 à 9 h 37 min
    Permalien

    Dans son opus “The Collapse of Complex Societies” (L’effondrement des sociétés complexes, 1988), Joseph Tainter décrit la fin des empires pharaonique, romain, maya et kmer d’Angkor Vat. Il constate que les facteurs d’autodestruction étaient communs : explosion démographique, épuisement des ressources, inégalités sociales “inégalées”, cynisme individualiste, surenchère consommatoire, complexification technologique (la “fragiplexité” si bien illustrée par les délires bureaucratique-réglementaire et informatique contemporains) : on rangerait l’étron géant de Dubai dans ces derniers items, et si nos égouts se vident mieux que les leurs, nos déchets rattrapent la mise. A ces facteurs on rajoutera avec Jared Diamond (Effondrement, 2006) le dérèglement climatique induit par l’homme (fin de la civilisation de l’île de Pâques, par ex.), et encore la déréliction des jeunes générations, l’épuisement moral, le va-tout obscurantiste… Au fait, chute des empires d’Egypte en l’an 0, romain en l’an 500, maya et khmer en l’an mil. Si on considère que vers l’an 1500 les féodaux ont spolié les peuples européens qui leur ont fourni ses serfs, il reste qu’il y a un effondrement de civilisation majeur tous les demi-millénaires. Aux abris !

    Répondre
  • 17 novembre 2013 à 10 h 02 min
    Permalien

    Ces camions sont effectivement au moins des 35 tonnes…et ils attendent très certainement pour un chargement de pétrole. La même vidéo – datée de 2011 – avec le même commentaire (que je ne comprends pas) est citée sur hoaxbuster et elle illustre des camions faisant la queue pour faire le plein de carburant:
    http://www.megalol.tv/une-file-de-camion-de-plusieurs-kilometres-pour-aller-faire-le-plein-de-petrole.html
    On note d’ailleurs que certains commentaires ironisent sur le fait qu’il faille attendre pour faire le plein, alors qu’il ne s’agit évidemment pas du réservoir mais de la citerne.
    Le développement totalement irrationnel de ces cités du désert est suffisamment ridicule pour qu’on n’en rajoute pas. je suis tout aussi sceptique que Frank!

    Répondre
  • 17 novembre 2013 à 17 h 58 min
    Permalien

    Depuis l’adolescence, j’écoute 666, des Aphrodites Child, musique Vangelis, et je ne me lasse pas de cette musique, qu’on pourrait appeler “ringarde” aujourd’hui… Mais, tant pis!
    Une strophe m’a toujours marqué: “fallen fallen fallen is Babylon the great”… Nous y sommes presque ! Non…

    Répondre
  • 18 novembre 2013 à 10 h 07 min
    Permalien

    Finalement on ne sait pas bien si c’est pour du caca ou du pétrole. En tous cas on est dedans, je veux dire dans le caca. Ceux qui en font le commerce, c’est bien Dubai entre autres pétro-royaumes, hier en une seule journée ils ont commandé 50 airbus et 150 boeing je ne sais plus pour combien de milliards !!! Tandis qu’ils exploitent des milliers d’esclaves venus de loi, d’Asie surtout !

    Répondre
  • 24 août 2014 à 18 h 07 min
    Permalien

    Votre article est trés important : j’ai travaillé 5 ans à Dubaï et Umm-al quiwain. Il faut savoir qu’une partie de la matiére fécale, soit plusieurs tonnes par an, sont déversés dans l’arriére pays, dans le désert. Dans le roub al khali (le désert), vous avez des montagnes de merdes déversées. De toute façon, personne ne va dans le désert à l’extrême sud des émirats. en été, ça y fait 55°(50° au minimum ces derniéres années)…Il parait que ça solidifie le sable trés fin.J’ignore ce que ça va donner dans quelques années… De toute façon, dans le désert , vers la frontiére Saoudienne, c’est comme la lune, il n’y a pas de vie. C’est plus écolo que de déverser dans la mer, prés des côtes. Et puis, sans doute, la nature s’y retrouve, et reprend ses droits.

    Répondre
    • 24 août 2014 à 18 h 46 min
      Permalien

      Merci beaucoup pour votre témoignage “de terrain” qui, finalement, apporte quand même un parfum d’optimisme dans cette histoire de merde…

      Répondre
  • 25 août 2014 à 9 h 04 min
    Permalien

    S’occuper de sa merde correspond exactement à l’attention que l’on procure à ses propres besoins, de quelque nature que ce soit et précise la maturité affective que l’on a de la vie.

    Il y a une manière très simple de s’occuper des excréments et, chose étrange sinon, au mieux, du fait que des intérêts économiques font que l’éducations sur la chose est rarissime — on voit mal Véolia ou la Lyonnaise en faire la promotion ! — il s’agit du compostage nos déchets… et c’est ce que je nomme un “état d’esprit”, immédiatement lié à la perception que l’on a de la sexualité.

    Quand on sait l’influence de la religion sur cette question, on ne doute pas que, comme en d’autres pays et d’autres religions, on laisse À D’AUTRES ce qui vous concerne directement, immédiatement et en premier chef… du fait simple que vous êtes responsables de ce que vous êtes, du fait que vous vivez, que vous êtes en VIE. Ces gens n’ont rien à faire de la vie : ils jouissent peu ou prou de la marchandise et cela les satisfait. Et on remarque fortuitement, que toutes les personnes qui désirent un paradis font de l’ici un maintenant d’enfer et précisément par tous leurs déchets, leurs excréments, ce qui est gentiment appelé “pollution” pour les voir de loin.

    J’ai fait un “Éloge au chiotte à compost” ici :
    http://kristaristeau.blogspirit.com/archive/2010/09/17/eloge-du-chiotte-a-compost.html

    Que ce soit là-bas (ou l’homme ne tient pas un livre religieux de la main gauche parce que celle-ci lui sert pour se rincer l’anus) ou ici, le problème est le même, encore qu’ici, la gestion de l’eau est encadrée selon les possibles pas trop dispendieux des firmes qui s’en occupent. Il est parfaitement vrai que de gérer sa “merde” relève d’un changement de société, ne serait-ce que dans l’organisation du temps de travail, cette dépense de moment de vie consacré à faire ce qu’on vous demande de faire en échange d’argent. Bien sûr, déléguer cette gestion en tirant la chasse d’eau laisse songeur et spécifie un entendement quant à ce que vous vivez, au fait que vous vivez et donc, avez besoin de rejeter VOS excréments. La prise en compte de cet élément aussi simple que de manger (oui, parfois de la m.rde !) aura changer la face du monde en propre, bien odorant et frais !

    Répondre
  • 25 août 2014 à 12 h 15 min
    Permalien

    c’est vrai, là bas, boulots de merde, société de merde, le chacun pour soi au paroxysme. Créer des illusions, comme des mirages.Là bas, une sortie de week end, c’est se promener dans un supermarché ou un centre commercial. On se demande encore comment ça se fait que les locaux soient aussi et si religieux. Je pense que ça va vite changer.C’est trop merdique.

    Pour ce qui est de la merde, trés vite, à l’intérieur des terres, c’est le désert. Et puis d’abord, le désert est partout. Le pays est un bac à sable. Ils font carrément des tumulus. C’est moins risqué que de se faire prendre à la mer. C’est l’un des revers de la médaille, et je me demande ce que ça va donner quand il n’y aura plus de pétrole et de gaz…

    Répondre
  • 25 août 2014 à 16 h 10 min
    Permalien

    Cela dit, dans le désert, la nappe Phréatique ne risque pas d’être touchée. Il ne pleut autant dire jamais, et le peu qu’il risque de tomber s’évapore vite sous l’effet de la chaleur.

    Répondre
  • 22 janvier 2016 à 18 h 39 min
    Permalien

    J’aime votre Blog. Les articles sont plus qu’intéressants et me poussent à la réflexion. MERCI !

    Répondre
  • 22 janvier 2016 à 19 h 33 min
    Permalien

    j’ai travaillé et vécu 7 ans à Dharan, en Arabie Saoudite.
    il faut savoir que dans un pays désertique comme l’Arabie Saoudite, qu’il n’y a ni fleuve, ni rivière. En Arabie Saoudite, les camions-égouts sont vidés dans le désert, c’est tout aussi bien, et la nature reprend ses droits.

    La nappe Phréatique ? : la pisse, c’est de l’eau, et quand elle filtre dans la terre, pour rejoindre une éventuelle nappe, elle bonifie la nappe existant déjà.

    La merde ? : elle nourrit les insectes, et diverses bestioles, et aide l’éco-système. La nature reprend finalement ses droits.

    Répondre
    • 27 janvier 2016 à 23 h 01 min
      Permalien

      Finalement, cette histoire de merde s’avère plus fondamentale qu’il n’y paraît, et plus complexe qu’on ne croit sur le plan écologique.

      Répondre
      • 22 mars 2016 à 19 h 49 min
        Permalien

        J’ai vécu en Arabie Saoudite, attaché commercial d’un grand vendeur de volailles Français. Je confirme qu’il y a bien des montagnes de merdes, partout dans le pays. C’est hallucinant, mais ce sont carrément de grands tumulus, de plus en plus gros. Au sud de Ryad, j’ai vu des montagnes de merdes de 200 mètres de hauteur. C’est difficile d’accéder à ces zones, pour les étrangers. Les Américains expatriés parlent de “zone 51 de la merde”. Pour les zones de dépôts plus anciens, l’odeur s’atténue, et se dissippe. C’est un problème pour ce pays, de traiter les matières fécales : il n’y a ni fleuves, ni rivières. Comme c’est un pays de fous furieux, certains parlent de faire et construire des îles artificielles avec de la merde sêchée, et des pierres de Najran, ou du désert du Roub-al Khali. il faut savoir que après plusieurs années, la merde est plus solidifiée que le sable.

        Répondre
        • 22 mars 2016 à 22 h 19 min
          Permalien

          Merci pour ce témoignage de première main ! On pourrait dire qu’il s’agit de terrils de merde. C’est bête de ne pas recycler ça, pour cultiver nos fraises, par exemple…

          Répondre
          • 26 mars 2016 à 14 h 26 min
            Permalien

            Je confirme ce témoignage. Moi, j’ai vécu 6 ans à Ryad, et comme il n’y avait pas de rivières ou de fleuves, l’urine et la merde étaient évacuées des bâtiments par des rotations de camions, au sud de la ville, dans le désert. Si il y a des centrales, dites “d’épuration”, c’est plutôt pour gérer l’eau souillée des douches ou baignoires. Pour la merde et l’urine, c’est plus cher.
            Surtout, les zones ou sont déversées merdes et urines sont interdites ou difficiles d’accès pour les étrangers. il est vrai que comme il ne pleut autant dire jamais, il n’y a pas de nappes phréatiques (sinon fossiles) Un voisin Américain qui travaillait pour Johnson (Terra) m’a raconté qu’il y avait des montagnes de merdes au sud de Ryad. Avec les années, certes, l’odeur de la merde se dissipe. un jour, en allant sur les lieux, il trouva que ça puait beaucoup, et il découvra d’immenses terrils, ou il trouva aux abords du papier WC aux couleurs multiples qui coloraient étrangement ces montagnes. à peine sur place, il vit la police religieuse débarquer, et on lui demanda de rentrer chez lui (forcé). ça va poser de gros problèmes quand il y aura la fin du pétrole, et du gaz. Gérer les égouts ( ou plutôt les descentes d’égouts vers les camions) coûte très cher. Pour le moment , pour les Saoudiens, c’est encore gérable, même si le prix des pleins d’essence pour les camions à doublé en prix ces derniers temps. L’Europe devrait s’alarmer des suites et conséquences de ces problèmes d’hygiène pour l’avenir, qui, je pense, vont être énormes. il faut tirer la sonnette d’alarme.J’ignore quelle politique pratiquent les voisins de l’Arabie Saoudite pour gérer les matières fécales.

            Répondre
            • 27 mars 2016 à 15 h 02 min
              Permalien

              pays de merdes, ou les seuls loisirs sont d’aller dans des centres commerciaux, ou faire du 4X4, ou hummer dans le désert…Même écouter un disque est interdit.

              Répondre
              • 30 mars 2016 à 16 h 49 min
                Permalien

                Pour les grands Oulémas d’Arabie Saoudite, ces “zigourats” ou “tours” de merdes, dressées, inciteraient à l’idolatrerie . à la TV, ils ont demandés d’aplanir les merdes avec des bulldozers. Mais impossible d’intervenir pour les sociétés de BTP, car qui va payer ??? Les Oulémas sont dans la merde…

                Répondre
                • 19 avril 2016 à 11 h 27 min
                  Permalien

                  la fin du pétrole et gaz va poser des problèmes dans les pays de la région, ou de grandes tours sont construites :
                  la CIA prévoit que faute d’argent pour les entretiens de ces tours, elles seront purement et simplement abandonnées, et conservées comme reliques du passé. C’est comme l’archipel artificiel The World, au qatar, je crois, qui doit sans cesse être entretenu, et qui disparaîtrait au bout de 5 à 10 ans, avalé par la mer, sans entretien. ça montre que la nature ne fait pas de cadeau, et reprend toujours ce qu’on lui a volé . Perso, moi j’ai vu là bas des hélicoptéres faire des rotations, et larguer de la merde dans le désert. Ils voudraient acheter des Canadairs pour larguer de la merde dans le désert du rub al khali, mais pour le moment, ce n’est qu’un projet.

                • 20 avril 2016 à 10 h 07 min
                  Permalien

                  Je constate que ce sujet, qui pourrait aussi anecdotique que… merdique, est en fait tout à fait fondamental. Il concentre les grandes aberrations de notre monde totalement déboussolé.

                • 29 avril 2016 à 12 h 00 min
                  Permalien

                  L’Arabie Saoudite souhaite discrétement acheter des avions Canadair pour larguer des tonnes de merdes dans le désert du Roub-al Khali, et même si ce désert est assez loin des principaux centres urbains, ce n’est pas un problème, l’Arabie à les moyens, et puis, ce désert est vide.
                  Elle déverse déjà de la merde dans ce désert, mais avec des avions ou la contenance est moindre. Car avant, elle était déversée dans le désert jusqu’a côté des villes, et ces montagnes de merdes puaient trop, même des années après. ça posait un problème de salubrité publique.

  • 11 mai 2016 à 17 h 07 min
    Permalien

    Les émirats Arabes Unis souhaitent construire une montagne artificielle pour faire venir, et avoir de l’eau. L’utilisation de matières fécales (donc de la merde) est à l’étude pour construire cette montagne, qui sera une grande masse organique. La merde sera séchée pour éviter d’emblée un glissement de terrain, et pour consolider le tout.

    Répondre
    • 30 avril 2017 à 11 h 09 min
      Permalien

      J’ai vécue 15 ans là bas, avec mon mari qui travaillait pour LVMH. Quand il n’y aura plus de pétrole, ce sera très difficile d’entretenir de telles tours, rien que pour la gestion des excréments. Les bâtiments seront sans doute abandonnés. Comme il n’y a ni fleuves, ni rivières, comme chez nous,ou nos excréments sont déversés, la gestion des excréments est plus difficile,encore que souvent ils habitent au bord de la mer, comme en certaines de nos régions, d’autant plus que maintenant, avec le réchauffement climatique, il fait là bas entre 50° et 55° minimum en été (avant 1999, entre 39° et 48°en moyenne), et avec l’air très sec et moite, la puanteur est redoublée, et bien pire que chez nous avec nos centrales d’épuration. En été 2015, 2016 et 2017, des pics de 56° et 57° furent mêmes enregistrés en certaines régions de la péninsule Arabe. Avec de telles températures, la puanteur de la merde est bien différente de chez nous, d’autant plus que l’alimentation et modes alimentaires sont différents.

      Répondre
      • 30 avril 2017 à 18 h 29 min
        Permalien

        Merci pour votre intéressant témoignage, qui conforte les précédents. En se projetant dans les 50 années à venir, avec la fin de la manne pétrolière, on peut imaginer ces tours à l’abandon et tomber en ruines. La réalité dépassera les fictions apocalyptiques.

        Répondre
        • 30 avril 2017 à 19 h 21 min
          Permalien

          Ce qui n’est pas dit, c’est que l’après pétrole, c’est déjà dans 20 ou 30 ans. Non seulement les tours seront vides, mais ce sera fini les fils d’émirs qui enverront des Rolls Royce et autres Ferrari par avions cargos en Europe. Avec la fin du pétrole, et de l’argent très mal géré, il y aura une crise sociale : plus de boulot, plus de grands centres commerciaux géants.Aussi, ça va aggraver les crises migratoires, mais c’est une autre histoire. Ce que je trouve halucinant, c’est de voir le total manque d’anticipations des Européens, et des Américains, à cette crise, qui va arriver très vite !. Le pire, c’est que ça va aller très vite…

          Répondre
          • 1 mai 2017 à 13 h 22 min
            Permalien

            Le plus dur, c’est que ce sont des pays qui vivent dans la folie des grandeurs, et qui dépensent leurs frics à tout va…Ils vont se retrouver bientôt dans la merde, ça va être le bordel pour eux. Il va falloir gérer les flux migratoires de ces futurs pauvres gens. Fini les Hummers, collections de Ferraris, et autres projets déments d’iles artificielles. Dommage que l’Europe n’intervienne pas en amont pour prévenir ces messieurs et les aider à placer intelligemment leur pognon, avant cette catastrophe qui arrive, et dont tout le monde à une petite idée.

            Répondre
            • 6 mai 2017 à 16 h 07 min
              Permalien

              entre 2020 et 2023, L’Arabie Saoudite, comme d’autres états du sud de la péninsule Arabique , vont dire si oui ou non, ils continuent de produire le nombre de barils actuels. si c’est non, c’est que ce sera le début de l’après pétrole . Donc, un appauvrissement général, et l’abandon progressif des tours…

              Répondre
              • 20 mars 2018 à 16 h 28 min
                Permalien

                En 1932, l’ Arabie Saoudite avait entre 1 et 2 millions d’habitants. De nos jours, certains parlent de au moins 34 millions d’habitants, dont 20 millions pour les nationaux. Rien que pour l’arabie Saoudite, la fin du pétrole va avoir des conséquences catastrophiques. Même si de l’argent est mis de côté , il va disparaître très rapidement, d’autant plus que en 2050, les nationaux seront au moins 50 millions en Arabie Saoudite. Que vont devenir les immigrés ? (au moins 40 % de la population) Je ne parle même pas de la gestions de ces tours, des projets issus de personnes inconscientes, car il y aura mieux à faire pour le social !
                Je ne parle même pas des problèmes d’hygiène , car en Arabie Saoudite il n’y a ni fleuve, ni rivière, et il ne pleut pas, contrairement à la France, et une usine de dessalement de l’eau de mer coûte une fortune à faire fonctionner !
                Donc, calculez, en 2050, le total de la population de la péninsule Arabique (tous pays compris, dont Dubaï, Koweït, Oman, EAU, Arabie S, Bahreïn, Yémen, Qatar) sera à situer entre 85 millions et 120 millions d’habitants, et … Sans pétrole et Gaz naturel !!! 120 millions de personnes presque en totalités dans un bac à sable !!! (sauf une partie du Yémen)…

                Répondre
  • 20 mars 2018 à 18 h 22 min
    Permalien

    Il y a les Bobos qui parlent du réchauffement climatique… Et d’autres, qui ignorent les conséquences, sur certains pays, de l’après pétrole. Une catastrophe dont on ne mesure pas l’impact, même aujourd’hui.
    Effectivement, l’après pétrole va être dramatique, pour des pays comme Dubaï, ou l’Arabie Saoudite, même si on n’en mesure pas les conséquences aujourd’hui. Oui, d’ici à quelques décennies, ces tours seront abandonnées. Il n’y a malheureusement aucune solution pour ces tours, à moins de construire des égouts sous les tours, et tout envoyer dans la mer… Des milliards de dollars en frais de travaux en perspectives, que ces pays, gérés par des irresponsables, n’ont plus le temps d’envisager.

    Répondre
  • 22 mars 2018 à 14 h 35 min
    Permalien

    “C’est dans le besoin qu’on reconnait ses amis” : Babylone est conviviale.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Translate »