« C’est l’école qui créé l’islamisme ! » Entretien avec Hamid Zanaz, écrivain algérien

hamid-zanaz
Hamid Zanaz (Ph. Valette)

Article republié.               1republication le 16 septembre 2015 

Algérien, Hamid Zanaz vit en France depuis une vingtaine d’années. Il n’est retourné en Algérie que tout récemment. Écrivain, traducteur et journaliste, il publie abondamment dans des médias arabes, tunisiens, algériens et libanais principalement. Pour lui, il n’y a rien à retenir de la religion du prophète, islam et islamisme sont synonymes. Paradoxe : malgré les interdictions et la répression, il se sent plus libre d’écrire dans certains médias arabophones qu’en France… Ce détracteur résolu de l’islam explique pourquoi et nous livre son regard sur le monde arabe et l’Algérie. Pessimiste, ironique et bon-vivant, il poursuit son œuvre-combat. Son dernier ouvrage est titré Islamisme: comment l’Occident creuse sa tombe. Qui va le croire ?

 

Interview  par Mireille Vallette, du site suisse LesObservateurs.ch [avec les vifs remerciements de C’est pour dire].

• Vous ne voulez plus publier d’ouvrages en français. Pourquoi ?

– Hamid Zanaz : Ce que je publie dans certains pays arabes, jamais je ne pourrais l’écrire en France. Même si en principe tout est interdit là-bas, le débat a lieu. Je viens de traduire du français en arabe un livre sur l’origine du monde qui est une vraie gifle à la religion. Ici, on a peur d’être traité de raciste. Dans les pays musulmans, je peux être traité de mécréant, jamais de raciste.

• D’autres exemples de ce que vous pouvez dire là-bas ?

– Je peux écrire qu’il n’y a pas de différence entre islam et islamisme, ou que le public de Dieudonné est formé à 80% de racaille islamique. Pas en France ou alors seulement dans des sites au public limité, et au risque d’ennuis judicaires… Valls, lorsqu’il parle des djihadistes, il fait attention à ne pas dire qu’ils sont musulmans. C’est ridicule ! Je publie en ce moment une série d’articles dans un quotidien libanais arabophone. Ce sont des interviews de femmes arabes rebelles, dont Wafa Sultan et des femmes encore plus radicales. J’en ferai un livre en arabe intitulé « Ma voix n’est pas une honte », en référence à Mahomet dans l’un de ses Hadiths.

• Pour vous, la pauvreté en est-elle le terreau de l’intégrisme ?

– Contrairement à ce que veulent croire les Occidentaux, ce n’est pas la misère et la discrimination qui ont créé l’islamisme, c’est l’école ! C’est la possibilité de lire. Avant, les religieux transmettaient un islam populaire, c’est-à-dire mal compris. Les gens étaient inconsciemment travaillés par la modernité, ils y adhéraient peu à peu. Lorsque l’enseignement a été arabisé en Algérie, les gens et les imams ont pu connaître l’islam savant, « le vrai islam ». Et quand ils l’ont connu, ils sont naturellement devenus intégristes et ils ont commencé à réclamer l’application de cet islam, la charia. Mais en fait, une bonne partie de la population lit peu, elle dépend souvent de quelqu’un qui cite ce qu’il y a dans les textes. En Algérie, c’est surtout l’Etat qui islamise, c’est l’offre qui crée la demande. Je regarde parfois des émissions sur des TV algériennes. L’autre jour, je tombe sur des questions-réponses avec un type connu, autoproclamé spécialiste de l’islam. Une femme dit : j’ai des problèmes avec mon mari, il fait ceci et cela qui n’est pas justeEt lui répond : pour plaire à Allah, tu dois suivre tout ce que dit ton mari.

• Pensez-vous que la jeunesse du monde arabe représente un espoir ?

– Non, la jeunesse du monde arabe ne change pas, mis à part une minorité. L’école fabrique des intégristes jour et nuit. J’ai été prof de philo au lycée. Lorsque tu traites de l’Etat par exemple, le programme t’oblige à faire la liste des méfaits et des avantages du capitalisme et du socialisme, puis à faire la synthèse et à donner la solution : c’est l’Etat islamique. Les jeunes ne sont pas fanatisés par internet, ils sont d’abord islamisés dans les mosquées et les institutions de l’Etat. L’Internet, c’est le passage à la pratique.

• Mais les préceptes, par exemple relatifs à la sexualité, sont extraordinairement sévères. La population réussit-elle à les respecter ?

– Non, même s’ils sont programmés par le logiciel islamique, les gens ne peuvent pas résister, la vie est plus forte. C’est une vaste hypocrisie. Quand je suis arrivé en Algérie, je suis allé dans un bar où il y avait des femmes et des hommes, où l’on buvait de l’alcool. Mais c’est devenu presque clandestin, ces lieux ferment petit à petit… souvent sous la pression des habitants du quartier.

• Comment est-ce que le pouvoir se maintient ?

– Dans ce pays, il y a deux opiums, la religion et l’argent. L’Algérie ne se développe pas, mais pour garder le pouvoir, les autorités ont créé une sorte d’Etat-providence. Ils achètent la paix sociale et rappellent constamment qu’ils ont stoppé le terrorisme des années 90. Pour l’instant, ça marche. Mais il n’y a pas de pouvoir fort, les Algériens se sont toujours rebellés. En résumé, c’est le bordel !

• Et à votre avis, ce régime peut tenir jusqu’à quand?

Jusqu’à la famine… jusqu’à ce que la manne pétrolière soit épuisée ou concurrencée par d’autres formes d’énergie. Le problème de l’islam va se régler quand il n’y aura plus de pétrole. Franchement, qui écouterait l’Arabie saoudite ou le Qatar s’ils n’en ’avaient pas ?

• En Algérie, avez-vous ressenti l’explosion démographique ?

– Les bâtiments envahissent tout, on ne cesse de construire. Si ça continue comme ça, dans 50 ans, il n’y aura plus d’espace non-bâti. Il n’y a pas de travail. La pollution est terrible, les autoroutes délabrées… C’est le chaos partout. Mais j’y ai fait un beau séjour, il y a la famille, la mer…

• Que pensez-vous du cas tunisien ?

– J’ai toujours aimé ce pays, c’est une exception dans le monde arabe. C’est dû à l’apport de Bourguiba, il avait vraiment compris le danger de l’islam, entre autres dans l’enseignement. L’éducation a bien fonctionné, elle a produit une élite laïque très bien formée et sa résistance à la pression religieuse est extraordinaire ! Je les admire ! Ces Tunisiens défendent la laïcité plus et mieux que les Français et dans un climat hostile.


« Il est grand le bonheur des musulmans » 

Illustration affligeante du conditionnement religieux infligé à des enfants…
https://youtu.be/DtEaJwvBm9g

Ndlr : ce document accablant a été retiré de la toile… J’en laisse la trace, comme pièce “à conviction”…

Partager

12
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

Bonjour Gérard,
Parle-t-on ici de l’école … coranique ?

Bonsoir Martial. Je pense que l’auteur ne parle pas précisément des écoles coraniques ; il n’y a pas lieu, puisque les autres écoles algériennes, y compris publiques, à ce que je comprends,dispensent un enseignement totalement orienté vers l’islam (pour ne pas dire vers La Mecque…).

mohzaatra

Tout est faux(ton commentaire).L’ecole Algerienne enrichit vos laboratoires scientifiques.La fuite des cerveaux? Tu connais?

Ah bon ? En Algérie, l’enseignement serait donc laïque ? Et la fuite des cerveaux islamistes, ça viendrait de quelle école ?

moh zaatra

Hamid m’est ami depuis 40 ans.Et,c’est un cousin ,aussi.Je reste musulman de gauche.

Mieux vaut tout lire avant de porter un jugement induit par l’intitulé un tantinet racoleur…

Là, je comprends encore moins Gerard, ( un point sur l’enseignement précis et les différences par rapport à la France svp). Et pourquoi dit-il qu’en France, il ne pourrait s’exprimer entièrement ?

En effet, ça pourrait être détaillé ou dit plus clairement ; le commentaire ci-contre, de Gian, répond au moins en partie à votre questionnement quand il parle de “censure de la bienpensance” (ce qu’on appelle aussi le “politiquement correct”.

Gian

Slt ! Oui, mais El Watan signalait récemment la multiplication rapide des écoles privées dans les grandes villes algériennes, sans préciser pour autant si c’était pour échapper à l’islamisation ou, a contrario, la renforcer. Cela dit, Kamel Daoud et Boualem Sansal disent exactement les mêmes choses que Hamid Zanaz, en particulier qu’ils se sentent plus libres pour critiquer l’islam en Algérie qu’en France, où la censure de la bienpensance est orwellienne. Je crains cependant que leur licence relative soit promise à l’extinction, et qu’avant d’être fatwaïsés, ils puissent migrer (pour Daoud c’est déjà fait) pour garder toutes leurs têtes, quitte à… Lire la suite

De toutes façons, une religion ou autre justification sociale, qui exècre la féminité au point de vouloir la dissimuler publiquement doit poser la question de la liberté de vivre de cette féminité qui fait parti de la Vie. Qui a peur de la féminité à tel point qu’il faille en cacher, à soi et aux autres, l’existence ? L’homme. Et la femme, détentrice de cette féminité, que doit-elle subir pour satisfaire cette hantise ?

BION

Une mis en cause de plus à faire valoir contre les reli­gions et l’argent …
Mais ne devrait-on pas repenser les bases du système d’acquisition des connaissances : les institutions scolaires (notamment son monopole et sa récupération) ?
BION

Pierre

Quand un algérien nous dit qu’il n’y a pas de différence entre islam et islamisme et quand il précise que dire cela en France, c’est passer pour un raciste, il nous dit énormément de choses ; et de surcroît sans le moindre esprit polémique. Il faut donc savoir l’entendre et le méditer. Après… Réagir ? Donner son avis ?… Il me semble hélas que le blog n’est pas le meilleur moyen pour le faire. 3opinion n’est pas critique”. Tout au plus puis-je dire que, par expérience de vie, je suis plutôt enclin à abonder dans son sens. De manière générale, je suis toujours… Lire la suite

Translate »