par John Mac­Gre­gor

À pro­pos de révo­lu­tions et aus­si des évé­ne­ments d’Égypte, je viens de retrou­ver par­mi des papiers jau­nis cette perle étrange à l’éclat tou­jours vif. Un texte de seule­ment vingt ans il est vrai. On le doit  à l’astrophysicien cana­dien John Mac­Gre­gor. Extrait de « Cos­mos and revo­lu­tion » (MIT-Press, 1990).

« Les révo­lu­tions se suc­cèdent sans jamais se répli­quer. Une révo­lu­tion com­plète repasse par son point de départ. Une révo­lu­tion réus­sie ne tourne pas en rond ; elle est spi­ra­lée et cen­tri­fuge. La dis­tance entre le point de départ et le point de tran­si­tion en mesure la force de chan­ge­ment, donc la por­tée. Le point d’arrivée signi­fiant la fin de la révo­lu­tion n’existe pas. Celle-ci res­semble à la mort après une ago­nie aus­si lente qu’insensible. Comme s’éteindrait un feu de Ben­gale fil­mé en un ralen­ti extrême. La chute du Mur de Ber­lin ne signe pas la mort de la révo­lu­tion d’Octobre. Elle signi­fie la retom­bée de ses cendres. La fin d’une révo­lu­tion com­mence dès le jour sui­vant son incan­des­cence extrême. L’acmé révo­lu­tion­naire se concentre en un point seule­ment per­cep­tible du dedans. L’énergie révo­lu­tion­naire s’amasse puis se dis­sipe. Le noir et le blanc inventent le gris. Le chaud et le froid créent le tiède. Jusqu’à pro­chaine dés­in­té­gra­tion chao­tique. Les lois des hommes sont plus com­plexes encore que les lois de la matière. Elles en découlent et pour­tant s’en échappent. Comme un fluide qui s’appellerait Liber­té, avant de s’épancher dans un inson­dable océan.

« Si une niche d’ordre émerge quelque part dans l’univers, c’est tou­jours au prix d’un sup­plé­ment de désordre ailleurs. La quan­ti­té de désordre croît sans cesse dans l’univers. L’univers s’accroît de son désordre. La lutte de l’homme se résume à celle sans fin de Sisyphe rou­lant son rocher. L’Histoire maté­ria­lise le recueil pathé­tique de la vani­té de l’homme devant la loi phy­sique qu’il se dis­si­mule der­rière le théâtre de ses divi­ni­tés et croyances. »

Share Button