mon JOURNAL. Gaymard à «Sans minute pour convaincre»

1tireculHervé Gaymard a «fait l’ENA». Et l’ENA l’a aussi beaucoup fait. Je suppose que dans cette école, nationale, de l’administration, on s’entraîne méchamment à l’épreuve des médias. Ça s’appelle du «media-training» – ce qui, en picard vernaculaire et en savoyard aussi, veut dire se préparer à passer dans le poste.

Ça doit donner du muscle, t’épaissir la couenne, te renforcer la cuirasse, etc. Le minimum pour devenir politicien. Étrange métier dont la particularité, contrairement aux autres qui se forgent au feu de l’expérience, est trop souvent de se dévoyer par sa propre pratique. Manière de poser la question du pouvoir dans un système censé le réguler et encore appelé «démocratie».

Mais tout média-traîné qu’il pût prétendre, Gaymard, n’aura pas prévu la torture infligée hier soir [18/02/05] à «100 minutes pour convaincre». Être ainsi jeté sur le ring de boxe alors qu’on vient déjà d’être mis KO dans les heures qui précèdent, un tel scénario ne pouvait a priori s’envisager dans un programme de formation qui se veut humain. L’ENA va pouvoir ajouter la cassette d’hier soir à sa vidéothèque pédagogique, rayon des contre-exemples.

Situation inhumaine en effet que d’être ainsi jeté en pâture, face à un poids-lourd tel que Dominique Strauss-Kahn, à une opinion publique dans doute bien remontée par cette affaire du loyer à 14.000 euros. Cela ressemblait trop à une mise à mort. Je dis «trop» car, pour n’en avoir vu qu’une seule, j’exècre la corrida. Sa (per)version politique aussi, bien que les bêtes politiques me semblent quand même moins à plaindre que les taureaux ; elles, au moins, sont demandeuses, et payées pour –souvent grassement – ce qui nous ramène au Gaymard.

En général, donc, je goûte peu ces émissions. Ça me rappelle L’Heure de vérité, dont je retiens, vingt ans après, qu’elle aura surtout servi la gloriole médiatique du taureau Le Pen. C’est sa faiblesse à la télé que de céder au show et de ramener la politique à un jeu du cirque, avec mise à mort. Mais il paraît que le «peuple» aime ça, le goût du sang…

Avoir à expliquer l’inexcusable, c’est donc tout ce qu’a pu tenter le ministre de l’économie dont le programme politique tenait en un slogan : «Il faut se désintoxiquer de la dépense publique». Pour le coup, ce fut plutôt “sans minute pour convaincre”. Quelle maladresse, ayant été pris les doigts dans la confiote, que de persévérer dans la faute et l’air gamin : Ah, vraiment, je ne savais pas qu’il y avait de la confiture… ou, version Gaymard : «Je ne connaissais pas le prix du loyer»… En effet, pourquoi compter quand on ne paie pas ? Sauf que, selon Libération [17/02/05], il aurait dit avoir «décliné une offre plus onéreuse quoique proche du lycée des enfants»… « Plus onéreuse » que le loyer qu’il ignorait…

Reste à imaginer des logements à ce prix, de cette taille, de ce luxe… «Dans quel régime vivons-nous?!» se serait indigné Gaymard, en d’autres temps… Qu’est-ce qu’être républicain ? Qu’est-ce qu’être ministre de la République ?

A ce propos, en voilà un autre qui a encore manqué une occasion de la fermer. C’est Jacques Marseille, ce prof d’histoire, et non pas historien comme il se prétend, cité ce matin dans la revue de presse de France Inter. Selon lui, les ministres ne sont pas assez payés, puisqu’ils le sont moins que bien des chefs d’entreprise! Ah, revoilà bien là le credo de l’ultralibéralisme : l’État comme une entreprise, tout comme l’école, l’hôpital, la poste, les transports publics, la sécurité sociale, communes, départements, régions et bien sûr ministères. Et le baron Seillière comme monarque au royaume des affaires. Comme m’a dit mon fiston, hier au téléphone : «1789, ils ont oublié».

→ Photo: prise hier à Ensuès, près de Marseille. Un boulevard est envisagé.

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

>> Jo : Non, j’ignore les goûts particuliers de DSK. Mais je le vois assez comme un taureau politique.

Sur la question des corridas, je crois toutefois qu’il y aurait avantage à argumenter plutôt qu’à jeter l’anathème sur les aficionados et les gogos avec. (Ce qu’il m’est arrivé de faire, bêtement).

Au fait, j’ai cru comprendre que la ville de Barcelone (oui ! en Espagne, enfin en Catalogne) a décrété l’interdiction des corridas sur son territoire. Pouvez-vous le confirmer ? Merci.

Translate »