Le Monde et WikiLeaks. Info ou bruits de chiottes ?

Comme d’autres quotidiens occidentaux, Le Monde fait ses gorges chaudes des « révélations » de WikiLeaks… Bof, ce n’est même pas du « gorge profonde » de l’époque Watergate. Jusqu’à maintenant, on n’apprend rien de ces perles « secrètes », sinon des cancanages entre langues de putes et autres petits-grands rapporteurs diplomatiques. Et que je te dégoise sur l’un-l’autre et réciproquement. Rien qu’on ne sache d’instinct, qui ne soit lisible dans les actes et sur les tronches mêmes de ces dirigeants somme toute maîtres ès faux-culs, un savoir-faire sans lequel on ne saurait pénétrer les arcanes du pouvoir.

Que Le Monde s’en amuse avec sérieux, voilà qui dit bien le rapetissement du journalisme jadis « de référence ».  Qu’il en fasse son feuilleton de l’hiver, serait-ce pour divertir et reposer ses lecteurs des  affaires en rafales qui secouent la société française – pour ne parler que de celle-là ? Quant à rapporter sous couvert d’information des ragots de couloirs – même d’ambassades –, n’est-ce pas les confondre avec des bruits de chiottes ?

Partager
S’abonner
M'avertir en cas de
9 Commentaires
plus récent
plus ancien plus apprécié
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Aimèm
6 décembre 2010 18 h 37 min

Attention! Possible complo international pour la restriction des libertés ce wikil …


Sent on a phone using T9space.com

Pierre
1 décembre 2010 17 h 43 min

Sacrément fortiche l’informaticien qui a mis ces 250 000 télégrammes en ligne ! Rendez-vous compte : il a fallu qu’il les lise tous d’abord, un par un, puis qu’il vérifie à chaque fois ses sources… Ca c’est du zèle, nos journalistes peuvent en prendre de la graine. Comment ?… Que me dites-vous ?… Non ?… Il n’aurait pas pris la peine de lire tous ces articles avant de les diffuser ? Pas possible ! Mais alors… il aurait balancé tout ça juste parce qu’il aurait disposé d’un logiciel qui lui permette de le faire ? … Mais alors… dans ce… Lire la suite

Turlututu chapeau pointu
1 décembre 2010 17 h 23 min

Pas d’accord avec toi Gérard ni avec les autres ‘dénonciateurs’ de Wikileaks. Aujourdhui il est de bon ton de dénoncer le réseaude Assange – à raison je précise- comme il est d’aussi bon ton de dénoncer la tyrannie de la transparence. Les critiques s’équivalent. Je pense que Wikileaks nous dit quelque chose de notre rapport à l’information et qu’il ne faut pas s’arrêter derrière les soi disant révélations. Les rapports diplomatiques en disent par contre assez long sur les obsessions américaines et sur l’incohérence de ses rapports avec certains pays alliés (Arabie saoudite par exemple). Il ne faut donc pas… Lire la suite

faber
1 décembre 2010 16 h 16 min

Wikileaks nous apprend que Sarko “serait” susceptible et autoritaire. Où vont-ils chercher des choses pareilles ? Autre info stupéfiante ce matin dans le poste : Le froid bat des records en France, jusqu’à moins 3 à Orléans. Non mais, j’te jure. Le thermomètre ne dément pas. Parait même que hier c’était la St André, tu te rends compte ? On vit une époque formidab’.

Raymonde Gire
1 décembre 2010 16 h 34 min
Répondre à  faber

Attends, et pis que “En 2006, DSK jugeait que la popularité de Royal était une “hallucination collective”” C dingue !

Gérard Linfant
1 décembre 2010 16 h 57 min
Répondre à  Raymonde Gire

Moi non plus, je ne vois pas l’intérêt, sinon qu’à pousser encore davantage le verrouillage des systèmes étatiques et ainsi renforcer la parano générale. Ça ne peut que servir les tendances totalitaires. Sans oublier aussi, et surtout, que la “transparence” relève aussi du totalitarisme.

Translate »
9
0
Votre commentairex
()
x