« Je suis Charlie ». Pourquoi je n’irai pas défiler, par Faber

allah charlie
Jusqu’à La Mecque… 😉

Pour dire vrai, je commence à en avoir plein les bottes de ces commémorations. Ça n’a pas tardé. Je ne m’appelle pas Charlie. Je n’irai pas à la manif. Et je pense que même Cabu et surtout Wolinski auraient préféré baiser que s’emmerder un dimanche aprém’ dans les rues sous la pluie. Purée, je rêve, tout le monde est Charlie ? Qui le lisait ? Un million de thune tombe pour faire vivre les morts. Ça ne marche pas, c’est même vomitif.

Si le mec (genre Coluche qui cause) il aimait Charlie, ben il avait que acheter Charlie. Y avait des dessins avec des femmes à poils, ouah la rise. J’ai eu le malheur de dire la même chose sur Médiapart.

Je suis traité de merde et ferme ta gueule. Pourtant, moi, poli et tout. Les Tshirt Charlie, les pots de moutarde Charlie, les casquettes et porte-clés, c’est pathétique. Et surtout ça vient tard comme la thune de Fleure Pellerin et autres croquemorts. Non, non. Il faut donner la chance aux dessinateurs VIVANTS, jeunes ou vieux. IL FAUT que les journaux, papiers ou électroniques ouvrent leurs pages aux dessinateurs.

C’est un médium spécifique le dessin, propre et même sale à la presse. Les lecteurs sautent dessus. Car expression directe. Dans un dessin, on ne peut pas changer une ligne, une virgule, une intro, une chute. Bien sûr, je parle de dessin, pas des merdes besogneuses avec des noms sur des valises, des panneaux et plein de blabla.

On ne dessine pas à la radio comme tente de le faire croire France Inter. Les dessinateurs meurent de faim, de froid, de la médiocrité et de la trouille des patrons de presses. Les patrons de presse aiment Plantu qui fait l’instit’ et pense lui aussi que les lecteurs ont besoin d’explications. Mais les lecteurs regardent ARTE et ne lisent pas que des torchons et devant la machine à café ou ailleurs, il y a des gens géniaux qui ramènent leur tronche, des grandes gueules et cela vaut bien un dessin parfois. Les lecteurs sont intelligents

Pourquoi Charlie ? Les mecs, les nanas (peu) les meilleurs crayons, ont dû créer leur journal pour s’exprimer et vivre. quel est le réd’ chef aujourd’hui qui recevrait un Reiser, un Gébé, un Cabu ? Regarder cinq minutes seulement ses dessins ? Modestement, je relate un truc : un réd chef (et merde à son journal) me dit qu’il adore mes dessins. Mais, rajoute t-il, les lecteurs ne comprendraient pas. Voila un exemple.

Le réd chef pense que ses lecteurs sont des crétins. Et il continue à leur servir la soupe tiède. Et surtout il n’a jamais regardé une image, il ne sait pas parler dessin. C’est pourquoi je n’irai pas à la manif. C’est pourquoi je continuerai à dessiner.

La grand messe des convaincus de la liberté ?

Mais ils sont où dans le civil ces révoltés du briquet et de la flamme au bord de la fenêtre ? Oui, je suis triste et amer ce soir. Et je n’aime pas les défilés.

André Faber

cabu charlie canard enchaine
Le dernier dessin de Cabu paru dans le Canard, le jour-même de son exécution. On en était au fils du beauf. Entré dans les dictionnaires, le beauf restera aussi dans l’Histoire comme “personnage conceptuel”, selon l’expression de Deleuze, reprise par Onfray. [Cliquer pour agrandir]
Partager

13 réflexions sur “« Je suis Charlie ». Pourquoi je n’irai pas défiler, par Faber

  • 10 janvier 2015 à 11 h 48 min
    Permalien

    Bien d’accord avec Faber.

    Les charognards de la politique, de la pub, du business, se sont jetés sur les cadavres encores chauds des malheureux avec une stupéfiante avidité… Et l’on va faire défiler les braves gens, les jeunes bisounours surtout, derrière le gratin de la politique européenne (cf. http://www.politis.fr/Les-citoyens-sont-invites-a,29624.html), principal responsable de la déshérence terrible qui pousse de jeunes Français d’origine arabe ou noire, ou même … normande, à se tourner vers une violence prétendument religieuse!

    Quelle merde!

    Répondre
    • 11 janvier 2015 à 11 h 45 min
      Permalien

      Trop facile, Bernard, de prétendre
      1- que “le gra­tin de la poli­tique euro­péenne (soit)le prin­ci­pal res­pon­sable de la déshé­rence ter­rible qui pousse de jeunes Fran­çais d’origine arabe ou noire, ou même … nor­mande, à se tour­ner vers une vio­lence pré­ten­du­ment religieuse!.
      2- que cette violence ne serait pas d’essence religieuse
      Pour le philosophe Abdennour Bidar, de telles thèses ne font que conforter l’islam dans son autisme : “Tout cela serait-il donc la faute de l’Occident ? Combien de temps précieux, d’années cruciales, vas-tu perdre encore, ô cher monde musulman, avec cette accusation stupide à laquelle toi-même tu ne crois plus, et derrière laquelle tu te caches pour continuer à te mentir à toi-même ?” A LIRE SANS FAUTE /http://quebec.huffingtonpost.ca/abdennour-bidar/lettre-au-monde-musulman_b_5991640.html

      Répondre
  • 10 janvier 2015 à 12 h 36 min
    Permalien

    Il commence à y avoir du monde à ne pas vouloir “être Charlie” :
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/10/a-saint-denis-collegiens-et-lyceens-ne-sont-pas-tous-charlie_4553048_3224.html

    Ne pas vouloir “être Charlie” pour ne pas se perdre dans la foule est chose louable, au sens où les anticonformistes jouent un rôle essentiel dans la Cité (Cabu et ses copains en étaient).

    Il faudrait juste que les “je ne suis pas Charlie” fassent attention de ne pas trop se multiplier; sans quoi ils finiraient par reproduire du conformisme et l’on risquerait alors de ne plus les distinguer les uns des autres.

    Répondre
  • 10 janvier 2015 à 21 h 29 min
    Permalien

    Oh, les mecs, on arrête les afféteries. Auriez-vous oublié l’élémentaire distinction entre contradictions principale et secondaire ? je ne suis ni panurgiste, ni flicophile et la veulerie des patrons de la plupart des patrons de presse m’écoeure. Mais enfin pour l’heure, les jihadistes, eux, ne font pas dans ce genre de détail, ils tirent dans le tas. C’est pourquoi beaucoup de gens d’habitude sans intérêts ou goûts communs, voire opposés, comprennent sans qu’on leur fasse un dessin (!) que s’attaquer à la liberté d’expression, c’est trancher le premier lien qui fait société. Les gens simples parmi lesquels je vis dans ma petite ville charentaise ne sont certes pas journalistes, même pas lecteurs de Charlie, sont dans la rue (300 jeudi, c’est beaucoup,1/60, enlève les enfants, malades, vieillards = 1/30 ?). Il ferait beau voir que je leur explique de ne pas Charlyer dans la rue au motif que les dessinateurs ne trouvent pas de job, ou que ça craint pcq on est trop nombreux, fa. J’ai connu le camarade Langlois mieux inspiré : pour assécher le terrorisme, Merkel, Cameron, Macron, relancez la croissance SVP !
    Il sera temps lundi de retourner à nos contradictions secondaires et aux luttes légitimes qu’elles engendrent.

    Répondre
  • 10 janvier 2015 à 22 h 20 min
    Permalien

    Les manifestations c’est un peu comme le prix Nobel ou la Légion d’honneur chacun choisi la manière de se faire remarquer. En l’occurrence, si on veut se faire remarquer, dans une manifestation de grande envergure,il vaut mieux rester chez soi et en faire la publicité.

    Répondre
  • 11 janvier 2015 à 8 h 24 min
    Permalien

    Message amicale à Faber :

    Dédé, tu nous dis que tu n’iras pas défiler, OK.

    Mais Nétanyahou et Abbas, eux, feront le déplacement à Paris. http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/10/mahmoud-abbas-et-benjamin-netanyahu-tous-deux-presents-a-paris-dimanche_4553598_3224.html#2E7QRtTradwHcZFa.99

    Moi, ça ne me gêne pas qu’ils “récupèrent” le mouvement Charlie, j’attends même ça depuis des années !

    Cabu et tout ceux qui l’aimaient fustigeaient les cons.
    Et les cons, c’est bien connu, sont ceux qui ne changent pas d’avis.

    Ceci dit en toute amitié. :-)))

    Joël

    Répondre
  • 11 janvier 2015 à 8 h 40 min
    Permalien

    Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo s’exclame : « Ils ont fait sonner les cloches de Notre-Dame pour Charlie. Non mais on rêve !
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/10/unanimite-des-hommages-a-charlie-un-contre-sens_4553578_3224.html

    En effet, cher Gérard Biard, “on rêve” ! Il serait temps, non, qu’on cesse de se complaire dans l’invective. L’irrévérence de Charlie Hebdo est un MOYEN. S’il devait être une FIN, “Charlie Hebdo” se vautrerait dans la complaisance et là, oui ! les fadas de la kalache l’auraient définitivement tués !

    En ce dimanche 11 janvier, rêvons ! Rêvons à fond les ballons ! Ne laissons pas le monopole du rêve aux Luther King (paix à son âme) : rêvons tous ensemble. C’est le jour où jamais : la fenêtre de tir est là mais elle est étroite. Mais dès demain, lundi, oui, il faudra se ré-veiller et “interpréter nos rêves” ! Sans quoi ils n’auront servi à rien.

    Répondre
  • 11 janvier 2015 à 13 h 09 min
    Permalien

    C’est que tout ce beau monde veut être du bon côté : celui de la “démocratie”, qu’elle soit turque ou birmane, etc. et montrer ce qu’ils défendent : la police (ne soyons pas niais !) qu’ils vont renforcer à coups de lois et de décrets fumeux. Tous.

    La différence (me faisait remarquer ma copine) c’est qu’avant, les terroriste s’en prenaient aux représentants de l’État ou des “exploiteurs”, alors qu’aujourd’hui, c’est au simple quidam qui ne répond pas à leurs ordres de bonnes mœurs : et ça c’est grave. C’est ce qui désarme, en fait, car si auparavant on recevait une baffe ou un coup de bâton, et que cela nous laissait la possibilité de nous révolter quelque part, aujourd’hui c’est une bastos et c’est sans retour. C’est le retour de la police des mœurs, à laquelle on se doit d’obéir, selon des préceptes avec lesquels on n’est pas d’accord, selon une morale vielle de 12 siècles, etc.

    Et tout l’activité qui avait été mené par les gens pour se libérer du joug judéo-chrétien, revient sous une forme encore plus délétère, plus meurtrière. La bataille des femmes surtout, ce vouloir de se défaire de l’oppression des possesseurs de l’argent, du travail, tout cela retombe au cercueil des tombes. C’es extrêmement rageant que de voir dans le cours de ma vie, tout les acquis sociaux de mes ancêtres se déliter au gré des gouvernements : il nous restait un peu de liberté. Maintenant, on a d’autres flics au cul, et d’une nature au moins aussi dégradante que l’économie. Et tout ce tintouin va profiter, précisément, à cette “économie délirante et inhumaine” pour s’assoir sur nos dernières velléités de nous en sortir : on va nous pousser la tête dans l’eau, sans vergogne “pour avoir le plaisir de prolonger d’un siècle” nos souffrances.

    Tout ce ramdam de ces “chefs d’État” réunis pour la “défense de démocratie” nous donne la mesure de leur accointance pour la mise en œuvre de “notre” protection.

    Qu’elle éprouve de montrer tant les dents, c’est dire aussi que cette forme d’organisation sociale reposant sur cette économie est proche de la décrépitude, aussi bien ; m’enfin… nous nous trouvons maintenant confrontés à deux attaques sur deux flancs, attaques qui n’ont rien à voir l’une de l’autre, n’ayant pour seul flambeau que la docilité de notre part. Faudra voir…

    Répondre
  • 11 janvier 2015 à 14 h 26 min
    Permalien

    Quelqu’un peut-il me confirmer en citant sources que Houellebecque aurait déclaré arrêter la promotion de on livre “Soumission” et quitter le sol français ?

    Répondre
  • 12 janvier 2015 à 16 h 15 min
    Permalien

    “Si tu m’appelles encore Sonia, je t’éclate…” Euh, bin merde alors, c’est pas très halal ça. jesusCharlie

    @HEROUARD : Sources Vittel, Maroc

    Répondre
    • 16 janvier 2015 à 16 h 49 min
      Permalien

      @anas zizo Comme ça on sait que vous existez. Le plus “drôle” est que ça tombe sur Faber-qui-n’a-pas-défilé (mais qui est quand même Charlie…°

      Répondre
  • 16 janvier 2015 à 18 h 04 min
    Permalien

    L’émotion française est tellement forte, envers la connerie de quelques dizaines de décérébrés… Ce n’est pas tant que chacun se sent “Charlie”. Ce concept (créé en réponse, à la minute, par un designer X) fait disparaître la morbidité inhumaine de ce massacre. (Genre soupape de sécurité.)
    C’est que chacun comprend qu’il ne peut plus parler, écrire, dessiner… seul, sans risques. (Photographier, on le sait déjà, c’est tuant.)
    Non dupe des récupérations, ou des contradicteurs de principe, je suis bien content qu’à l’immédiat, 60 chefs d’états ou VIP, aient fait montre, juste par leur présence, de respects et soutiens envers “La France”.
    Par contre, les “con mentaires” innombrables, (haineux, hargneux, moyenâgeux, illogiques,… bref, Bar du Commerce) en suite des articles professionnels, (sur le Net, pas si net), font peur.

    auxdieuxCharlie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Translate »