« Je suis Charlie ». Pourquoi je n’irai pas défiler, par Faber

allah charlie
Jusqu’à La Mecque… 😉

Pour dire vrai, je commence à en avoir plein les bottes de ces commémorations. Ça n’a pas tardé. Je ne m’appelle pas Charlie. Je n’irai pas à la manif. Et je pense que même Cabu et surtout Wolinski auraient préféré baiser que s’emmerder un dimanche aprém’ dans les rues sous la pluie. Purée, je rêve, tout le monde est Charlie ? Qui le lisait ? Un million de thune tombe pour faire vivre les morts. Ça ne marche pas, c’est même vomitif.

Si le mec (genre Coluche qui cause) il aimait Charlie, ben il avait que acheter Charlie. Y avait des dessins avec des femmes à poils, ouah la rise. J’ai eu le malheur de dire la même chose sur Médiapart.

Je suis traité de merde et ferme ta gueule. Pourtant, moi, poli et tout. Les Tshirt Charlie, les pots de moutarde Charlie, les casquettes et porte-clés, c’est pathétique. Et surtout ça vient tard comme la thune de Fleure Pellerin et autres croquemorts. Non, non. Il faut donner la chance aux dessinateurs VIVANTS, jeunes ou vieux. IL FAUT que les journaux, papiers ou électroniques ouvrent leurs pages aux dessinateurs.

C’est un médium spécifique le dessin, propre et même sale à la presse. Les lecteurs sautent dessus. Car expression directe. Dans un dessin, on ne peut pas changer une ligne, une virgule, une intro, une chute. Bien sûr, je parle de dessin, pas des merdes besogneuses avec des noms sur des valises, des panneaux et plein de blabla.

On ne dessine pas à la radio comme tente de le faire croire France Inter. Les dessinateurs meurent de faim, de froid, de la médiocrité et de la trouille des patrons de presses. Les patrons de presse aiment Plantu qui fait l’instit’ et pense lui aussi que les lecteurs ont besoin d’explications. Mais les lecteurs regardent ARTE et ne lisent pas que des torchons et devant la machine à café ou ailleurs, il y a des gens géniaux qui ramènent leur tronche, des grandes gueules et cela vaut bien un dessin parfois. Les lecteurs sont intelligents

Pourquoi Charlie ? Les mecs, les nanas (peu) les meilleurs crayons, ont dû créer leur journal pour s’exprimer et vivre. quel est le réd’ chef aujourd’hui qui recevrait un Reiser, un Gébé, un Cabu ? Regarder cinq minutes seulement ses dessins ? Modestement, je relate un truc : un réd chef (et merde à son journal) me dit qu’il adore mes dessins. Mais, rajoute t-il, les lecteurs ne comprendraient pas. Voila un exemple.

Le réd chef pense que ses lecteurs sont des crétins. Et il continue à leur servir la soupe tiède. Et surtout il n’a jamais regardé une image, il ne sait pas parler dessin. C’est pourquoi je n’irai pas à la manif. C’est pourquoi je continuerai à dessiner.

La grand messe des convaincus de la liberté ?

Mais ils sont où dans le civil ces révoltés du briquet et de la flamme au bord de la fenêtre ? Oui, je suis triste et amer ce soir. Et je n’aime pas les défilés.

André Faber

cabu charlie canard enchaine
Le dernier dessin de Cabu paru dans le Canard, le jour-même de son exécution. On en était au fils du beauf. Entré dans les dictionnaires, le beauf restera aussi dans l’Histoire comme “personnage conceptuel”, selon l’expression de Deleuze, reprise par Onfray. [Cliquer pour agrandir]
Partager
Translate »