Chasse. C’est dangereux, d’avoir un fusil. On croit que ça ne tue pas

Temps de lecture : ± 9 mn

Kény, notre beau chien, notre bon chien. Mes habitués le connaissent désormais 1. Pour les autres, suivez donc cette session de rattrapage qui voudrait conter fleurette avec une actualité rituelle, celle de la chasse. Me promenant il y a peu dans les hauteurs de Marseille, là où la garrigue n’a pas (pas encore) subi trop d’outrages, sinon ceux de ces « motos vertes » déjà honnies dans mes chroniques d’été. Je croise alors, en cette fin d’après-midi, un jeune type sympa promenant, quant à lui, son ardent épagneul…

[dropcap]Comme[/dropcap] les clebs entre eux (mais autrement toutefois), on cause de tout et de rien. J’apprends ainsi que l’homme est chasseur et qu’il est aussi impatient que son chien de l’ouverture prochaine. Et notre Nemrod 2 de me mettre en garde : « Attention ! par sa taille et son poil, votre chien pourrait être pris pour un sanglier ! Mettez-lui donc un bandana fluo et un grelot au collier… »

Oh là ! En prévision de prochaines sorties là-haut, sous la menace des fusils, le conseil fut pris au sérieux. Va pour le foulard orange pétant, mais le grelot, Kény ne supporte pas bien, il cherche partout l’origine du tintement et tourne en rond, voire en bourrique. Bon, on verra bien ; la fois où j’oserai affronter la bataille du loisir tueur. (Ne faudra-t-il pas aussi que j’installe un gyrophare avec sirène à mon sommet ?)

Cela étant dit, vous savez dans quel camp je me range. Mais je vais tâcher de ne pas être trop manichéen sur ce chapitre qui, en effet, relève d’une certaine complexité que je consens à ranger dans l’ordre anthropologique – l’Homme, cette étrange espèce…

J’entendais l’autre matin dans le poste (France Inter), autour de ce marronnier journalistique, un chasseur vanter les vertus écologiques de son loisir, du contact qu’il permet avec Dame Nature, des vertus quasi thérapeutiques, délassantes aussi : « On s’amuse ! », dixit. Ou encore, cette perle : « Ça me motive, disons, de voir un gibier devant moi, et tout ça. C’est comme les femmes, on voit une femme, ça nous motive. Ben le gibier c’est pareil, hein ! ».

Là, je sors mon Jules, futé comme le Renard qu’il était. Dans son Journal 3, j’extrais ce passage que je considère comme le plus beau et implacable réquisitoire contre la chasse :

L’alouette s’élève. Plus loin, elle va se poser sur une motte.

C’est dangereux, d’avoir un fusil. On croit que ça ne tue pas. Je tire, non pour la tuer, mais pour voir ce que ça fera. Je m’approche. Elle est sur le ventre, ses pattes s’agitent, son bec se ferme et s’ouvre, bâille : la petite paire de ciseaux coupe du sang.

Alouette, puisses-tu devenir la plus fine de mes pensées, le plus cher de mes remords !

Elle est morte pour les autres.

J’ai déchiré mon permis et pendu mon fusil au clou.

Jules Renard, Journal, 1904 

Pauvre moineau
J’ai retrouvé la photo de la “scène de crime” – j’aurais dû m’en tenir à la chasse photographique, la seule qui puisse se justifier de nos jours.

Ces lignes m’ont fait pleurer. Elles me rattachent à un drame personnel : gamin, dans les onze-douze ans, j’avais déposé quelques miettes de pain sur le toit sous la fenêtre de ma chambre. Un moineau est venu picorer, un pauvre moineau. C’est dangereux une fronde. Je ne croyais pas pouvoir l’atteindre, non. Il a sauté en l’air, ses plumes ont volé en tous sens. J’en suis encore malheureux. Oui, un drame.

Voilà, entre autres, pourquoi je ne peux tolérer cette chasse « de loisir », d’amusement, de lâcheté distrayante. Et j’attends la preuve qu’il en existe d’autres, – au-delà de la caricature fameuse des Inconnus chassant la gallinette cendrée –, d’autres chasses d’ici et maintenant, qui ne relèvent pas d’une jouissance à tuer la vie !

Sans légende… (Tirer dessus pour voir…]

Une alouette, un moineau : péchés véniels toutefois au regard des battues militarisées et, pire encore, des chasses à courre. Et, pire de pire, s’agissant des safaris pour riches viandards posant tout fiers et cons, triomphant aux côtés de leurs victimes : lions, éléphants, rhinocéros, girafes, j’en passe – ainsi que l’internet en exhibe.

Il y a donc, d’abord, de nos jours, une chasse d’assassins : meurtriers agissant avec préméditation contre des animaux qui ne les menacent nullement, sans aucune nécessité alimentaire. Alors quoi ?

Il y va, certes, d’un atavisme ancestral qu’on ferait remonter au-delà du néolithique, dans les 6 000 ans avant notre ère, quand les chasseurs-cueilleurs passent la main aux premiers paysans, éleveurs et cultivateurs sédentaires. Non sans échanges, évidemment, voire en coopération réciproque comme on dirait de nos jours. La chasse ne fut donc pas abandonnée pour autant ; elle ne le sera d’ailleurs jamais et nos vaillants et actuels combattants expriment probablement les formes héréditaires d’un caractère spécifique primitif.

Mes chroniques d’été (je me cite, c’est pas bien…) partaient d’une évocation de l’ethno-cinéaste Jean Rouch. J’y reviens ici avec son film, La Chasse au lion à l’arc, filmé lors de sept missions ethnographiques, de 1958 à 1965, à la frontière du Niger et du Mali. On devine au seul intitulé l’ampleur du gouffre ontologique 4 qui sépare le chasseur nigérien affrontant ses divinités animales et réellement menaçantes – jusque dans son imaginaire –, du tueur armé jusqu’aux dents de fusils à lunettes ou même à laser, descendu d’avion ou d’hélicoptère, et qui, moyennant son « obole » de riche désœuvré en mal de divertissement, se permet le luxe d’injurier la nature et sa beauté.

Rien à voir avec notre « nemrod » d’aujourd’hui ? Pas si sûr. En particulier dans le fait, commun aux deux types de chasseurs, d’une pratique liée à aucune nécessité vitale, et à une même jouissance dans le meurtre prémédité d’un animal.

Objection : Ne pourrait-on au moins reconnaître, à la décharge de notre chasseur primitif prolongé un rôle régulateur, limitant la surpopulation de certaines espèces, telles que les sangliers qui, n’ayant plus de prédateurs naturels, provoquent d’importants dégâts aux cultures ? Et pour cause, l’Homme n’a eu de cesse de détruire loups, ours ou lynx, jugés dangereux, favorisant ainsi la prolifération des grands gibiers tels que les sangliers et les cervidés. De même que, de son côté, l’agriculture productiviste a détruit les haies, fourrés et autres niches et avec eux le petit gibier.

Le chasseur protecteur des équilibres écologiques ? Ce qu’il prétend en effet de nos jours – c’est d’ailleurs l’« élément de langage » préféré des lobbyistes. Sans lui…, ce dévoué régulateur, Dame Nature serait bien désemparée. Diantre, comment s’est-elle donc débrouillée toute seule pour réguler la vie animale depuis quelque 500 millions d’années ? Cette nature, par exemple, si tant est qu’on lui prête la moindre intention, n’a pas conçu l’idée d’élever des faisans, entre autres, dans des cages pour les lâcher le jour du grand ball-trap, sous les fusils des viandards peine-à-jouir… En fait, ce que les chasseurs consentent à réguler, ce sont les conflits d’intérêt entre l’homme, les animaux et leurs défenseurs. L’intérêt peut aussi bien tenir dans la satisfaction d’un sadisme. À quoi donc correspondrait ce besoin d’admirer des animaux, de les trouver beaux, et si nécessaire de les élever dans le même but : leur enlever la vie, les détruire ?

Photo du livre, Les Beaux dimanches d’Édouard Cornet. Un chasseur à Saint-Antoine (Marseille), vers 1905

J’en appelle encore à Jules Renard, chasseur repenti, écrivant dans son fameux Journal :

« Chasse à courre, chasse à tir, tout cela est ignoble et sans excuse. On ne chasse pas pour se nourrir ; si c’était une excuse, le seul chasseur excusable serait le braconnier. Celui-là vend son gibier et en vit toute l’année. » 5

Quant à l’objection inévitable relative à l’abattage des animaux d’élevage, en quoi cet abattage justifierait la tuerie de chasse ? Jules Renard aborde aussi la question :

Jour d’ouverture : Un couple de faisans, affolés devant la voiture, ne sachant où aller… (Ph. gp] Cliquer pour agrandir.

« — Mais vous vous tuez une poule, un bœuf !

— Cela n’a aucun rapport avec la chasse. Jamais la poule ni le bœuf ne prévoit sa mort. Jamais ils n’ont peur de nous. Ils ont bien vécu grâce à nous : leur mort, c’est presque le paiement d’une dette. Entre la vie d’une poule et celle d’une perdrix, un animal de bon sens n’hésiterait pas.

« Regardez, aux premiers jours d’octobre, comme les perdrix fuient, affolées. Leur vie, qu’elles ont eu tant de peine à défendre contre la grêle, la sécheresse, les bêtes de proie, n’est plus que terreur depuis l’apparition de l’homme avec son bâton qui fait du bruit et de la fumée. Et regardez ensuite la poule que vous mangerez demain ! »

Remarquons encore, en passant, que les chasseurs sont rarement des chasseuses – 2% des permis. Question de sensibilité au vivant, sans doute. Même si leur nombre augmente, peut-être en vertu d’une identification négative au « mâle dominant ». Craignez de voir cette vidéo montrant, en toute simplicité ma chère, une chasse en Sologne « 100% femme » :

La question du genre, en l’occurrence, ne change rien. Les Inconnus ont scellé l’affaire [Ci-dessous] : « – Un bon chasseur, ben, c’est un bon chasseur ! » Le reste, « c’est des questions à la con ! »

Un philosophe comme Marcel Conche, apporte sa réponse :

« Lorsque je vois, en septembre, partir de bon matin vers les collines cet être ridicule autant qu’odieux, valeureux triomphateur des faisans et des perdreaux, courageux sans risque, lâche au fond, lorsque je vois, dis-je, dans mon voisinage, cette survivance d’un autre âge, cette caricature de guerrier qu’est le chasseur, je voudrais être ailleurs. » 6

Cependant, un peu plus loin, le philosophe se reprend, s’excusant auprès de son interlocutrice :

« […] Pour ne pas assombrir votre regard, je précise ceci : dans ce que je dis, je me « défoule », c’est tout ; cela ne correspond qu’à mon humeur du moment : lorsque le temps de la chasse sera passé, le méchant chasseur redeviendra un bon sauvage. »

Car pour le philosophe, après tout, l’Homme, chasseur ou pas, fait partie de l’ « humaine condition ». Et pour ma part, à la prochaine rencontre, je n’en saluerai pas moins « mon chasseur à l’épagneul ».

Y’a le mauvais chasseur y voit un truc y tire

On ne s’en lasse pas : le célèbre sketch des Inconnus. En texte, ça le vaut aussi. Extraits.

CHASSEUR 1 : Ah bah c’est sûr faut dire que quelque part la chasse c’est une communion avec la nature quoi c’est un contact avec dame nature dès que l’aurore darde ses rayons d’argent à travers les écharpes de brume.
JOURNALISTE : IL faut une âme de poète pour être chasseur ?
CHASSEUR 1 CHASSEUR 2 CHASSEUR 3 : Ah putain c’est essentiel faut être poète
CHASSEUR 1 : Moi je dirai que la chasse c’est l’esprit de camaraderie, c’est la fraternité dans l’effort contre la rudesse de dame nature

[…]

JOURNALISTE : Mais au fond quelle différence y a t il entre le bon et le mauvais chasseur ?
RIRES CHASSEUR 3 : Ah j’l’atendais celle-là j’l’attendais. Non mais le mauvais chasseur bon bah c’est le gars qui a un fusil y voit un truc qui bouge y tire
JOURNALISTE : Et le bon chasseur ?
CHASSEUR 3 : Le bon chasseur c’est un gars il a un fusil, un fusil y voit un truc qui bouge y tire mais….
CHASSEUR 2 : Ce n’est pas la même chose y’a le bon chasseur, et y’a le mauvais chasseur, y’a le viandard et y’a le non viandard
CHASSEUR 1 : Bon y faut expliquer tu vois y’a le mauvais chasseur, y voit un truc qui bouge y tire, y tire. Le bon chasseur y voit un truc y tire mais c’est un bon chasseur
CHASSEUR 3 : Voilà c’est ça on ne peut pas les confondre
CHASSEUR 2 : Y’a le mauvais chasseur y voit un truc y tire c’est sur alors là on le reconnaît à la ronde mais le bon chasseur y voit un truc y tire mais c’est un bon chasseur quoi. Bon toute façon c’est des questions à la con ça

CHASSEUR 1 : Faut leur expliquer aux gens parce qui savent pas faire la différence après.
JOURNALISTE : On dit qu’il y a trop de chasseurs
CHASSEUR 1 : Ah ça c’est la faute aux mauvais chasseurs le bon chasseur y’a pas de trop hein

CHASSEUR 2 CHASSEUR 3 : Ah bah ça c’est sur hein

Notes:

  1. Ils peuvent même trouver le maître un peu gaga…
  2. Je me souviens que, journaliste débutant, c’était l’appellation qui revenait le plus souvent à l’automne sous la plume des correspondants locaux soucieux d’éviter les répétitions du mot chasseur – mais pas les clichés… Dans la Bible, Nemrod (ou Nimrod) est présenté comme le premier héros postérieur au Déluge, un chasseur réputé et le fondateur du premier royaume et de plusieurs villes en Mésopotamie. [Wiki]
  3. Journal, 1887 à 1910. Robert Laffont, Bouquins, 1990.
  4. Qui touche à l’essence de l’être –Excusez le gros mot, ici nécessaire.
  5. Cette espèce-là a bel et bien disparu dans nos contrées…
  6. Marcel Conche, Vivre et philosopher : réponses aux questions de Lucile Laveggi, PUF, 1992; Livre de Poche, 2011.
Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

9 réflexions sur “Chasse. C’est dangereux, d’avoir un fusil. On croit que ça ne tue pas

  • 15 septembre 2018 à 12 h 20 min
    Permalien

    Encore un très bel article !
    (Gérard, je suis admiratif devant ta capacité d’écriture.)
    Cet article fait naître en moi des souvenirs et de nombreuses pensées. En voici quelques unes.
    Je commence par deux citations :
    “… un fusil est fait pour tuer et ne peut servir à rien d’autre.” Théodore Monod, dans son “Dictionnaire humaniste et pacifiste” chez Arthaud poche Les fondamentaux de l’écologie. Remarque toute ” bête” mais oh combien importante.
    “Le regard d’un cerf mourant levant une dernière fois ses yeux sur son assassin résume le mieux ce que ressent la Vie lorsqu’elle est flagellée par la peste émotionnelle” Wilhelm Reich, Le Meurtre du Christ, en exergue d’un article de Sexpol n°18-19 “Wilhelm Reich Vingt ans à près”, article signé G.P.
    Il existe sûrement un ancestral “instinct de chasse”. L’exemple de la pêche (qui est une forme de chasse) le prouve : certains pêcheurs relâchent vivants tous les poissons qu’ils prennent ! Leur plaisir n’est donc pas dans le fait de donner la mort, mais uniquement dans celui de ruser, de prendre le poisson, il faut croire.
    Robert Hainard, auteur de plus de 30 000 dessins d’animaux sauvages dans leur milieu naturel, de plus de 900 gravures issues de ces dessins, de centaines de sculptures, etc., a toujours parlé à son propos “d’un instinct de chasse”, instinct de chasse sublimé certes en “chasses au crayon”. Les photographes animaliers ont aussi ce plaisir de l’affût, de trouver la bête sauvage.
    Ce qui est particulièrement terrifiant, révoltant, chez les chasseurs modernes c’est leur haine des prédateurs, de leurs concurrents donc. A ceux-ci il faut opposer le magnifique Dersou Ouzala, chasseur dans la Taïga sibérienne pour qui le tigre de la Taïga est un animal sacré. Voir le très beau film Dersou Ouzala d’Akira Kurosawa sorti en 1975 tiré de l’histoire vraie relatée par Vladimir Arséniev.

    Répondre
    • 15 septembre 2018 à 23 h 17 min
      Permalien

      Merci, Gérard, pour tes précieux enrichissements : une vraie collaboration. Monod, Reich, Hainard. Ce passage du Meurtre du Christ, quelle bonne idée de l’avoir ressorti ; je n’y avais pas pensé ! De même pour Dersou Ouzala, oui quel film superbe ! J’en garde un vif souvenir.
      La pêche comme forme de chasse, très juste. Les poissons sont de vraies victimes, nullement considérées comme telles : on ne les entend pas hurler leur souffrance au bout de la ligne et de l’hameçon, ou écrasés sous le poids de filets monstrueux, mourant par asphyxie… Je n’ai pas connaissance que des éthologistes se soient penchés sur leur sort…

      Répondre
  • 15 septembre 2018 à 13 h 13 min
    Permalien

    Hors “marronnier” :
    Après l’autorisation de “silencieux”, (ce qui n’a fait quasiment aucun bruit …), quels sont les armes et moyens (pièges…) de chasse interdits ? Ceux qui ont le ” permis ” savent.
    Euh, je crois …/…

    Répondre
  • 15 septembre 2018 à 16 h 18 min
    Permalien

    Oui j’avoue Les chasseurs me donnent parfois du sanglier et je consomme ( modérément ) de la viande et du poisson. Mais je nourris dans notre jardinet les oiseaux qui veulent bien venir nous rendre visite. Je laisse en paix les sauterelles qui transforment les feuilles de nos plantes en fine dentelle . L’hiver je dépose dans les collines des gourmandises pour les sangliers et autres bêtes .
    C’est stupide un humain, ça se croit maître de tout . Maître de la vie et de la mort. Surtout de la mort, de la destruction . Ça s’achète même un bout de bonne conscience comme moi.
    L’autre jour mon homme parti marcher dans les collines gardoises a croisé des chasseurs et leurs chiens. Les hommes armés, en tenue fluo étaient munis de leur téléphone et d’une sorte de talkie-walkie et les chiens de colliers avec une antenne plus la clochette . Moderne non? Faut-il pleurer, faut-il en rire?
    Ne dites pas aux chasseurs que ni je les admire ni je les aime car ILS SONT ARMÉS.
    Un fusil non seulement ça tue mais ça empêche de penser.

    Répondre
    • 15 septembre 2018 à 17 h 16 min
      Permalien

      Moderne, oui ! Et il y a aussi le fusil à lunette, le truc de guerre, quoi, pour “sniper” ! Vois mon ajout sur le chien abattu dans les Alpes.

      Répondre
      • 15 septembre 2018 à 18 h 23 min
        Permalien

        Déplorable illustration d’un fait de chasse :
        Un chasseur croit tirer sur un loup et tue la chienne d’un couple de randonneurs
        Nice-Matin, Publié le 14/09/2017 à 17:40

        null
        Croyant voir un loup dans son fusil à lunette, un chasseur a tué la chienne d’un couple de randonneurs alors qu’il participait à une battue, jeudi après-midi à Saint-Auban.
        Alors qu’un couple de randonneurs en vacances empruntaient le chemin de grande randonnée le GR510 à Saint-Auban, dans l’arrière-pays grassois, leur chienne Geisha -malinois de 6 ans qui trottinait juste devant eux- a été abattue par un chasseur se trouvant 40m au-dessus du chemin. Il participait à une battue sanglier-loup.

        Une scène aussi triste qu’incompréhensible pour les maîtres de Geisha qui portait un collier orange tandis qu’eux-
        mêmes étaient habillés de couleur vives.

        Très affectés, ils ont porté plainte contre le chasseur “pour que cela n’arrive pas aux autres. Nous, c’est trop tard, cela ne fera pas revenir notre chienne qui nous suivait en randonnée depuis 6 ans.”

        Répondre
  • 15 septembre 2018 à 23 h 00 min
    Permalien

    Excellent ! En tant que femme, j’ai bien apprécié la vidéo qui nous montre ces pétasses de bourges que j’aurais envie de tirer en plein vol… Ça me rassure, elels sont quand même rares, j’espère bien, et ne me ressemblent pas du tout, hélas pour elles, tant mieux pour moi

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Translate »