macron-président-faber

© faber - 2017

Le jeu­ne hom­me bien éle­vé s’est éle­vé au som­met. Il lui a fal­lu un beau culot, une confian­ce en soi confi­nant à un état supé­rieur, à une qua­si-mys­ti­que. Ce regard bleu et droit recè­le de l’élan, une foi, pour ne pas dire une cer­tai­ne trans­cen­dan­ce, ingré­dients indis­pen­sa­bles à tout conqué­rant du pou­voir. Ver­tu viri­le, donc plu­tôt mâle, qui sied moins aux dames – l’Histoire en témoi­gne, jusqu’à ses rares excep­tions. Dans cet­te caté­go­rie res­trein­te, son oppo­san­te en aura sans dou­te trop démon­tré dans sa mâli­tu­de, là où elle n’a pas su / pu jouer dans une fines­se plu­tôt acco­lée à la fémi­ni­tu­de. Nous som­mes là, pour une part, dans les sté­réo­ty­pes du gen­re – mais pour une part seule­ment, sinon qu’en serait-il de nos pré­cieu­ses dif­fé­ren­ces fem­me / hom­me et de « cel­les-zé-ceux » du nou­vel élu ?

Certes, je pré­fè­re avoir ici taillé ce por­trait que celui de sa concur­ren­te (qui a bien pro­pul­sé son adver­sai­re en tant que repous­soir…) Nous n’en som­mes pas quit­tes pour autant : dix mil­lions d’électeurs ont voté pour l’extrême-droite ! Cet­te bana­li­sa­tion « du mal » recou­vre le déla­bre­ment d’un « sys­tè­me » igno­rant les inéga­li­tés crian­tes et nour­ris­sant les extrê­mes. Le cri ne serait-il donc pas enco­re assez puis­sant qu’il faille atten­dre le pro­chain coup ? Pour m’en tenir à ma zone géo­gra­phi­que, en PACA et en Cor­se, l’extrême-droite a recueilli la plu­part du temps un vote sur deux ! Même à Vitrol­les où ils avaient pour­tant déjà « essayé » les Mégret (1995), avec le désas­tre qui s’ensuivit ! Et mal­gré – ou à cau­se – les deux man­da­tu­res socia­lis­tes sui­van­tes… Tel est le défi, pro­ba­ble­ment ulti­me, qu’aura à rele­ver le nou­veau pré­si­dent : redon­ner un conte­nu à ce qu’on appel­le enco­re la Répu­bli­que – en mar­che, ou en pha­se ter­mi­na­le.

Il l’a donc rem­por­té, ce valeu­reux guer­rier, ambi­tieux, volon­ta­ris­te et vain­queur. Ne le sur­es­ti­mons cer­tes pas, sans pour autant nier cet­te farou­che puis­san­ce de com­bat­tant, quel­que cho­se de nietz­schéen chez ce gos­se de nan­tis, nan­ti lui-même de cet­te volon­té de puis­san­ce rare­ment four­nie avec la « cuiller d’argent » de la nais­san­ce – et qui fait les chefs autant que les tyrans.

Le beau gos­se, de sur­croît, a aus­si connu la grâ­ce de la Pro­vi­den­ce, ça ne s’invente pas : ain­si s’appelle ce bahut catho joux­tant la Cité sco­lai­re d’Amiens, lycée public où j’ai pas­sé mon bachot. Nous ne ris­quions donc pas de nous croi­ser, indé­pen­dam­ment de nos âges res­pec­tifs : les grilles de cet­te mai­son jésui­ti­que en pier­re de taille tenaient her­mé­ti­que­ment de murs de clas­ses.

Le nou­vel élu, jamais autre­ment élu, et cepen­dant élu « des dieux » : celui du catho­li­cis­me « pro­vi­den­tiel », depuis le col­lè­ge même ; celui du pro­tes­tan­tis­me du phi­lo­so­phe Paul Ricœur auprès duquel il dit d’être frot­té ; celui, plus maté­ria­lis­te, de l’héritage fami­lial – parents méde­cins qui lui offri­ront au Tou­quet la vil­la du cou­ple (esti­mée à 1,4 mil­lions d’euros, finan­cée éga­le­ment par Bri­git­te, l’épouse et héri­tiè­re des renom­més cho­co­la­tiers amié­nois).

Catho, pro­to, fri­qué… Le jeu­ne hom­me a beau être héri­tier – on ne choi­sit pas ses ori­gi­nes – il a aus­si du talent, qua­triè­me pilier de son édi­fi­ca­tion. D’abord de l’entregent – c’est-à-dire cet­te for­me appli­quée de la séduc­tion –, qui pro­pul­se notre Ras­ti­gnac picard vers les tem­ples du pou­voir : Scien­ces Po’ 1, l’ENA, à défaut de Nor­mal Sup’ où il a buté par deux fois. Ces for­ma­li­tés accom­plies, il n’est pas bien dif­fi­ci­le de frap­per aux por­tes des ban­ques et, tant qu’à fai­re, chez cel­le de Roth­schild, la plus emblé­ma­ti­que, voi­re cari­ca­tu­ra­le : frac, haut de for­me et ciga­re…

Pour le « res­te », quel­ques coups de pis­ton – Minc, Atta­li, Hol­lan­de, etc. – et hop ! voi­là com­ment se fabri­que, ou se révè­le, un « Ima­nou El » qui en hébreu veut dire « dieu avec nous » – tant qu’à fai­re.

Notes:

  1. Com­me pour l’économie, his­ser la poli­ti­que au rang de scien­ce m’a tou­jours fait mar­rer !