jazz.-guy-longnon-conservatoire-marseille

Guy Lon­gnon, avec Yves Lapla­ne, en 2011. (Ph. © Yves Scot­to)

Le jazz fran­çais, et en par­ti­cu­lier pro­ven­çal, ne serait pas ce qu’il est sans Guy Lon­gnon, mort ce 4 février 2014. Trom­pet­tis­te et créa­teur en 1964 de la pre­miè­re clas­se de jazz dans un conser­va­toi­re fran­çais, en l’occurrence celui de Mar­seille, il a por­té sur les fron­tons du jazz tou­te une géné­ra­tion de musi­ciens par­mi les­quels Bru­no Ange­li­ni, André Jau­me, Raphaël Imbert, Per­ri­ne Man­suy, Pier­re Chris­to­phe, Alain Soler, Jean-Paul Flo­rens, Hen­ri Flo­rens.

Ain­si, le saxo­pho­nis­te André Jau­me se sou­vient de la confé­ren­ce sur le jazz que Guy Lon­gnon pro­non­ça à Mar­seille vers 1960 et dans laquel­le il pré­ci­sa clai­re­ment sa pré­fé­ren­ce pour le be-bop, mar­quant ain­si sa dis­si­den­ce d’avec le pape du Hot Club de Fran­ce, Hugues Panas­sié. C’est aus­si à cet­te épo­que qu’il renon­ça à jouer avec Sid­ney Bechet car, rap­pel­le André Jau­me, il en avait assez d’être consi­dé­ré com­me « un accom­pa­gna­teur de chan­teur ». Bechet était alors en effet une véri­ta­ble star, à l’égal d’une vedet­te de varié­tés.

Sans dou­te est-ce à l’époque de cet­te confé­ren­ce que Pier­re Bar­bi­zet, direc­teur du conser­va­toi­re de Mar­seille – et immen­se musi­cien –, l’invite à créer la clas­se de jazz, pre­miè­re du gen­re. Guy Lon­gnon y consa­cre­ra tou­te sa car­riè­re. Un péda­go­gue « fabu­leux », s’exclame André Jau­me, se sou­ve­nant de l’« hom­me très ouvert à tou­tes les musi­ques, du clas­si­que au jazz », se réfé­rant sou­vent à Elling­ton, Par­ker, Clif­ford Brown… « Un hom­me très modes­te », sou­li­gne enco­re André Jau­me, rap­pe­lant que dans ses cours « il jouait du pia­no, de la contre­bas­se… mais pas de la trom­pet­te ! »

Guy Lon­gnon avait aus­si joué avec Clau­de Luter, Jean-Clau­de Foh­ren­ba­ch et Mous­ta­che.  Élè­ve au Conser­va­toi­re de Paris dans la clas­se de vio­lon­cel­le, il fré­quen­ta Boris Vian et le mon­de de Saint-Ger­main-des-Prés.

Clau­de Gra­vier rap­pel­le qu’il avait cha­leu­reu­se­ment encou­ra­gé la créa­tion en 1989 de l’association de Vitrol­les Char­lie Free et le Mou­lin à Jazz, qu’il avait sou­te­nus dans la pério­de « noi­re » de 1997 et l’avait hono­ré de sa pré­sen­ce lors de quel­ques concerts de ses élè­ves : André Jau­me, Raphaël lmbert, Paul Pio­li, Ber­nard Abeille, Jose­ph Cri­mi, Phi­lip­pe Renault, Hen­ri Flo­rens, Chris­tian Bon, Yves Lapla­ne…

Dans leur pas­sion­nant livre À fond de cale (éd. Wild­pro­ject) sur le jazz à Mar­seille, Michel Sam­son et Gil­les Suzan­ne consa­crent un savou­reux cha­pi­tre au cham­bou­le­ment pro­vo­qué par l’arrivée de Guy  Lon­gnon dans la cité pho­céen­ne. On y décou­vre une éton­nan­te facet­te de Pier­re Bar­bi­zet et cet échan­ge :

« Ah ! alors tu es v’nu ? » lan­ce le pia­nis­te clas­si­que. « Ah ben oui »,  répond le jaz­zeux. « Alors on va fai­re une clas­se de jazz », pro­po­se Bar­bi­zet. L’affaire est lan­cée, mais en 2010, l’ancien prof de jazz pré­ci­se : « J’étais com­plè­te­ment ahu­ri par­ce que, pour moi, il n’y avait pas d’enseignement pos­si­ble du jazz. »

L’affaire ne fut pas sim­ple, ni sans péri­pé­ties, ain­si que le racon­tent les auteurs. Mais la des­cen­dan­ce est assu­rée puis­que la clas­se de jazz conti­nue de vivre sous la direc­tion du trom­bo­nis­te Phi­lip­pe Renault, tan­dis le « D6 », octette/nonette qui por­te le nom de la sal­le jazz du conser­va­toi­re, a récem­ment enre­gis­tré un hom­ma­ge au maî­tre.

–––           

La dis­co­gra­phie de Guy Lon­gnon dans Wiki­pe­dia ne men­tion­ne que peu d’enregistrements :

– 1952 : Sid­ney Bechet avec Clau­de Luter et son orches­tre, Blue Note Records

– 1984 : Tor­ri­de !, 52e Rue Est

– 1994 : Cycla­des (JMS)

– 2000 : Clas­sic Jazz at Saint-Ger­main-des-Prés, Uni­ver­sal

André Jau­me signa­le un dis­que en quar­tet avec Don Byas, sous le titre Sara­to­ga Hound Jazz.

Il a aus­si com­po­sé pour le ciné­ma, dans deux films de Paul Paviot :

– 1951 : Ter­reur en Okla­ho­ma

– 1952 : Chi­ca­go-digest

–––

Ne pas confon­dre Guy et son neveu Jean-Loup, lui aus­si trom­pet­tis­te, pia­nis­te, chan­teur, com­po­si­teur de renom (né en 1953).

–––

La céré­mo­nie des obsè­ques aura lieu le mar­di 11 février à 14h30 au cré­ma­to­rium du cime­tiè­re Saint-Pier­re de Mar­seille.

Share Button