par André Faber

Dimanche soir, second tour des muni­ci­pales, tan­dis que les résul­tats confir­maient une vague rose, l’UMP enton­nait sa petite chan­son. Les Fran­çais sont impa­tients, disait un Fillon droit dans ses bottes, ils nous ont envoyé un mes­sage, il faut accé­lé­rer les réformes. La feuille de route rédi­gée dans l’aprèm était bien apprise et relayée mot pour mot par la clique à Sar­ko­zy : Pour­suivre les réformes !
Ben oui, ça paraît pour­tant simple, mathé­ma­tique. Les Fran­çais rou­lés dans la farine depuis dix mois réclament un tour de vis sup­plé­men­taire ce qui se tra­duit par un vote à gauche, voi­là le mes­sage. Cha­cun inter­prê­te­ra, selon la vio­lence de la baffe, selon qu’elle soit don­née ou reçue. Et puis, pour­suivent les cho­ristes du Pré­sident, ce ne sont que des élec­tions locales, faut pas tout mélan­ger, fau­drait pas poli­ti­ser, c’est juste du rééqui­li­brage ! On ne va pas poli­ti­ser la poli­tique tout de même. Vu de la presse étran­gère, le mes­sage semble net­te­ment plus clair : Les Fran­çais étaient impa­tients en effet ... de flan­quer une baffe au cham­pion de son seul pou­voir d’achat !

municipales-claque-ok.1205776600.jpg

Share Button