C’est une pre­mière en France : un quo­ti­dien régio­nal, Le Télé­gramme, vient de lan­cer son jour­nal télé sur la toile. Le quo­ti­dien bre­ton a en effet inau­gu­ré hier une décli­nai­son nou­velle de jour­na­lisme – en tout cas nou­velle pour un jour­nal papier, bien que s’appuyant sur son site inter­net déjà rôdé. 

1telegr.1176887656.jpgDeux buts et deux défis en même temps : com­plé­ter son offre d’information sur inter­net, notam­ment à des­ti­na­tion de la « dia­spo­ra » bre­tonne ; prendre posi­tion dans le champ des nou­velles tech­niques média­tiques. Sans comp­ter sur un effet induit auprès du lec­to­rat auquel il offre, en plus de son jour­nal pré­fé­ré, l’image d’un média bre­ton en figure de proue.

Le Télé­gramme met donc en ligne chaque jour à 17 heures un jour­nal de six minutes, entiè­re­ment conçu, réa­li­sé et pré­sen­té par une équipe mai­son ; en l’occurrence quatre jour­na­listes – trois femmes, un homme –, spé­cia­le­ment for­més au nou­veau média. A tour de rôle, l’un des quatre se trouve en quelque sorte déta­ché de sa rédac­tion d’origine pour prendre en charge le JT pen­dant une semaine. À par­tir de la réunion de rédac­tion de matin, il com­pose son « menu » et défi­nit des sujets qu’il (ou elle) trai­te­ra direc­te­ment ou bien « com­man­de­ra » auprès de l’un ou l’autre des 200 jour­na­listes du Télé­gramme.

Bri­gade légère à moyens rai­son­nés – le stu­dio est ins­tal­lé à Mor­laix, au cœur même de la rédac­tion, façon CNN mais la com­pa­rai­son s’arrête là : pas de tra­la­la ni de tech­no­bi­douille tapa­geuse. Le pro­pos est fluide, la jour­na­liste alerte et sym­pa. Repor­tages courts avec camé­ras de base. Pour ce que j’en dis, hein… Le mieux est donc d’aller voir « de visu » : le Télégramme.com

Share Button