C'était hier [22/11/10], au journal télévisé de France 2 à 20 heures. Sujet, la police de proximité. Et là, morceau d'anthologie vidéo : février 2003, le fringant ministre de l'intérieur – devinez qui ? –, en mission de cowboy casseur à Toulouse. Il vient donner la leçon, pour ne pas dire la fessée, à ces policiers dont la "présence proche" a fini par payer dans les quartiers "difficiles" de la ville. Ce qui est étonnant dans ce document (il a aussi été repris sur Backchich.info mais en trop mauvaise qualité), c'est précisément la "geste" sarkozienne, À la fois son ton péremptoire, donneur de leçon, suffisant et méprisant; et, en complément visuel, cette attitude de paon monté sur ergots, au jabot gonflé de fatuité, le menton agressif, pointé vers l'interlocuteur subjugué. Tout un programme et un "cinéma" – ceux-là même qu'il tente d'imposer depuis 2007, avec les résultats que l'on sait.

Le retournement de l'histoire – celle-là et la grande – amène aujourd’hui la droite à revenir sur ses dogmes sécuritaires inefficaces et à reprendre à sa façon le thème de la proximité policière. Le commissaire toulousain de l'époque, Jean-Pierre Havrin que l'on voit dans l'extrait ci-dessous boit du petit lait (amer). Il commente : "J'avais envie, vraiment, de lui mettre un coup de boule"… À défaut de quoi, devenu depuis adjoint au maire de Toulouse, il publie un livre intitulé "Il a détruit la police de proximité". (Ed. Jean-Claude Gawsewitch).

Cliquer pour voir la vidéo.

Quand Sarkozy échappa au coup de boule du commissaire…
envoyé par gponthieu. - L'info internationale vidéo.

Share Button