Moralité. Divine leçon de journalisme à l’usage des médias de masse et de leurs journalistes en peine de métier

Dieu lui-même s’est bien gardé de prendre part au délire médiatique qui a submergé la mort terrestre de son premier représentant catholique. Se bornant à enregistrer les faits de son Œil avisé – et sans doute critique –, il s’en est tenu à la stricte séparation du fait et des commentaires. Cela, d’ailleurs, dans une discrétion si totale – pas le moindre coup de tonnerre, pas le plus petit miracle – qu’elle confinait à l’inexistence. Laissant à César l’usage des médias de masse, Dieu s’en est tenu à son strict devoir de réserve. Lui.

Partager

<span style=

  S’abonner  
M'avertir en cas de
Translate »