La maltraitance gynécologique, variante du viol

28 septembre 2015, France Culture, l’émission Sur les Docks a pour thème la maltraitance gynécologique. Les témoignages d’enchaînent, bouleversants, révoltants. Ce n’est pas d’aujourd’hui ni d’hier, pourtant ce sujet, si grave, est rarement porté sur la place publique. Il est vrai qu’il s’agit de problèmes « de femmes », face au pouvoir médical, un pouvoir trop souvent totalitaire, voire fasciste et en tout cas empreint de sexisme.

On pourrait, plus généralement, évoquer la maltraitance médicale. Ainsi, j’ai eu moi-même à me plaindre de la brutalité machiste d’un médecin à l’occasion d’un “toucher prostatique”. Eh oui, toujours cette violence anti-sexuelle !

[C]omme pour le viol, dont elle est somme toute une variante, cette maltraitance envers le corps féminin reste trop souvent subie en silence car, en plus de la blessure intime, les victimes s’efforcent de la refouler au plus profond d’elles-mêmes, ajoutant une dimension affective et psychique à cette souffrance.

Trop souvent, lors d’une consultation, d’un accouchement, d’une IVG… le corps de la femme ne lui appartient plus. Tout au long de leur vie, les femmes livrent leur corps à des gynécologues pas toujours respectueux, parfois méprisants – qu’il s’agisse de médecins hommes, ou femmes.

C’est un nouveau combat que les femmes sont en l’occurrence amenées à livrer dans leurs luttes pour l’égalité sexuelle.

25_maltraitanceCMYK_201110_G
d.r.

Faits récents : au printemps 2014, des sages-femmes alertent sur le « point du mari » : un geste clandestin – ou pas – qui consiste à recoudre une épisiotomie par quelques points de suture supplémentaires  – supposé accroître le plaisir de l’homme lors des rapports sexuels. En février 2015 surgit sur la toile, le scandale des touchers vaginaux sur patientes endormies. Puis, encore sur internet, des centaines de femmes ont raconté leurs expériences douloureuses chez le (ou la) gynécologue : paternalisme, sexisme, conseils dépassés, examens brutaux, paroles humiliantes, homophobie, absence de consentement, etc.

L’émission de France Culture a libéré la parole sur cette question, même si il faut se garder de la généralisation, toujours dangereuse, dans ce domaine comme dans d’autres.

 Magnifique pièce à verser au dossier, la chanson de Georges Brassens, Le Blason. [Impossible de la glisser ici]

Extraits des témoignages recueillis par Hélène Combis-Schlumberger sur cette maltraitance.. En notant qu’ils ne concernent que cette partie restreinte et privilégiée du monde – le nôtre – où les femmes ont acquis plus de droits qu’ailleurs…

“Parfait pour la levrette”, par Léa

Au CHU de Nantes, mon gynéco m’a dit une fois : “Votre col de l’utérus doit être parfait pour la levrette“. Toi, à ce moment là, tu es au plus mal, position humiliante sur l’étrier (l’engin de torture) et tu as juste envie de l’émasculer : CONNARD.

“L’ancienne gynéco de ma mère lui a caché un cancer”, témoignage anonyme

L’ancienne gynéco de ma mère lui a caché un cancer (oui, oui) parce qu’elle était enceinte (bah oui, des fois que ma mère aurait préféré avorter et se faire soigner 8 mois plus tôt !!!).

Une amie n’a pas pu bénéficier d’un avortement thérapeutique (enfant non viable) parce que sa gynéco lui a volontairement menti sur les délais légaux pour le pratiquer, et a fait traîner les démarches. Elle a fini par le faire moyennant finances dans un pays frontalier ! Il faudrait prendre le problème dans le bon sens : dépister l’intégrisme religieux parmi les médecins. C’est cet intégrisme qui véhicule l’image nauséabonde de la femme et de son corps, qui mène à ces abus.

“Quand il va tomber du trou”, par Francine

Au début des années 70, je fus enceinte de mon premier enfant et j’étais suivie par un gynécologue strasbourgeois de renom.
Au sixième mois, au cours d’une consultation, nous avons parlé plus précisément de l’accouchement, et je fus effarée d’entendre ce monsieur dire à plusieurs reprises : “Quand il va tomber du trou…“. Cette grossièreté m’a fait envisager de changer de praticien.
Je n’en ai pas eu l’occasion car quelques jours plus tard j’accouchais prématurément (à 40 km de Strasbourg). Mon fils est décédé très vite suite à une insuffisance respiratoire ; à aucun moment ce monsieur ne s’est manifesté …
quelle classe et quelle humanité !
Et les femmes gynéco ne sont pas toujours différentes, un comble !

“Il me fait un bisou sur un sein”, par Domie

Un gynécologue réputé dans ma ville qui, après consultation, me fait un bisou sur un sein…. J’avais 25 ans et depuis, je n’ai que des gynés femmes (…) Et il me dit : “Vous avez une des plus belles poitrines de ma clientèle“. Combien de fois a-t-il dû dire ça ? Combien de fois cela a dû fonctionner…. ou pas. Combien de gynécos ou autres médecins ont abusé de leur fonction ? (…) J’étais jeune et je n’ai pensé qu’à fuir, et ne plus jamais revenir.

“Le gynécologue en chef est arrivé avec toute une équipe d’élèves”, par Danielle

Je me souviens très bien d’avoir été hospitalisée à l’hôpital de Rennes pour une grossesse à risque il y a de cela 39 ans et je me rappelle très bien le gynécologue en chef, arrivé dans ma chambre avec toute une équipe d’élèves, après avoir expliqué mon cas et ayant demandé à chacun de faire un toucher. Or à un moment donné (j’étais toute jeune, 23 ans ) je me suis mise à pleurer à la grande surprise du médecin et j’ai réussi à dire que j’étais très gênée par tous ces regards sur moi braqués .
Ce témoignage vaut ce qu’il vaut mais je m’en souviens encore très sensiblement…

Faut pas coucher”, par Lux

Un jour, à une consult sur un souci de pilule : “Ah bah si vous voulez pas avoir de bébés, faut pas coucher, hein !

“Un bout de viande sur sa table d’examen”, par Anne-Marie

Je suis infirmière et pourtant, mon dernier passage chez ma gynécologue je l’ai considéré comme un viol : cette femme a été d’une brutalité incroyable et d’un irrespect pour ma pudeur… J’étais un bout de viande sur sa table d’examen. J’en suis sortie traumatisée, avec un mal au ventre terrible, je ne suis pas près d’y retourner. Cela m’ a permis aussi de m’interroger sur mon travail, et sur le respect et la douceur que je dois aux patients : une remise en cause fondamentale de mon métier.

“J’ai subi un deuxième viol”, témoignage anonyme

On a décidé de ne pas m’anesthésier du tout pendant une intervention au laser sur le col de l’utérus. Pleurer de douleur pendant toute l’intervention… Les demandes des infirmières n’ont pas convaincu le chirurgien de faire une pause ou de reporter l’opération pour passer sous anesthésie.
Une question : pourquoi attacher nos jambes sur les étriers avec des lanières de cuir si l’on n’est pas anesthésiées ?
Le coup de massue : “ça ne faisait quand même pas si mal que ça !“, dixit Mr le Dr. G.
J’ai subi un deuxième viol, je n’en avais vraiment pas besoin.

“Elle a écrit IVG pour une femme qui venait de perdre sa troisième grossesse”, par Edna

Lors de ma troisième fausse couche, à la sortie, après le curetage nécessaire, je demande épuisée, désespérée, à l’interne de me faire un arrêt de travail : elle me regarde de travers…
Je lui dis que reprendre mon travail de médecin, m’occuper des gens dans l’état où je suis va être difficile, que je me sens très mal, elle finit par me donner un arrêt en me disant : “Bon, trois jours”.

Je sors du bloc, d’une anesthésie, j’encaisse ma troisième fausse couche… trois jours.
En rentrant chez moi je remplis l’arrêt et là, LA STUPEUR : elle a écrit IVG: interruption volontaire de grossesse, pour une femme qui vient de perdre sa troisième grossesse !!!!

En gros : elle ne connait pas mon dossier, elle confond fausse couche et IVG, et en plus, ça la gonfle, la détresse d’une femme qui “aurait” fait une IVG. Sii je n’avais pas été aussi affectée, je serais retournée lui mettre mon poing dans la g***** parce que juger, se tromper, manquer d’empathie, c’est carrément gravissime pour un médecin en formation!

Et que l’on me parle pas de la fatigue des internes, j’en étais, cela n’excuse pas la connerie et le mépris.

“Peut-être que mon corps me tuera dans quelques années de ne pas m’être soumise aux gynécos”, témoignage anonyme

Traumatisée depuis mon adolescence par les propos que me tenait ma mère (“Le gynéco, tu vas devoir y passer“), par des consultations violentes au début de la vingtaine, où je me rendais de mon propre chef, persuadée qu’il fallait faire des frottis tous les ans parce que c’est important pour la santé, parce que c’est ce que disait le fascicule donné par la fac, parce que toutes les femmes semblent se résigner à remettre leur corps et surtout leur intimité physique et psychique entre les mains de médecins qui, au début de leur formation, vivent des bizutages d’une rare misogynie…
Un jour je me suis dit que si j’en souffrais tellement, eh bien il y avait une solution toute simple : ne plus y aller, chez le gynéco. Et advienne que pourra. Peut-être que mon corps me tuera dans quelques années de ne pas m’être soumise aux gynécos, peut-être que je mourrai au cours d’un accouchement à domicile. Ou pas. Mais au moins je vivrai à l’abri de cette violence destructrice, et digne.

“Vous allez prendre un traitement hormonal, sinon vous risquez de devenir lesbienne”, témoignage anonyme

Quand j’étais ado : “Ah si vous voulez qu’un homme veuille de vous un jour malgré votre acné, faut arrêter le rugby, hein !” Ou à 17 ans : “C’est pas normal à votre âge que vous soyez aussi musclée et que vous n’ayez pas de seins, vous allez prendre un traitement hormonal, sinon vous risquez de devenir lesbienne.” (???) Quand j’avais 20 ans : “De toute façon, toutes les jeunes filles qui ont des mycoses récurrentes, c’est qu’elles mentent sur leur pratique de la sodomie.”

De ce que j’ai observé chez certains praticiens, l’incertitude est comblée par des mythes personnels souvent liés aux bonnes moeurs, à la bonne hygiène, à une “sexualité convenable.” Ça donne des légions de filles sur Doctissimo qui s’essaient aux huiles essentielles diluées ou non (tee trea, etc) et aux cures de yaourt appliqué localement.

“Je n’étais pas là pour être tripotée par toute la classe”, par Laurence

Lors de mon premier accouchement, j’avais alors 21 ans, j’ai eu un déclenchement. J’attendais depuis quelques heures déjà que le col s’ouvre, quand, de temps à autre, une infirmière venait se rendre compte de l’avancée des choses. Soudain un jeune étudiant en médecine entra et souleva le drap qui recouvrait mes jambes écartées, offrant ainsi une vue imprenable. Il fit mine de mesurer l’ouverture puis, semblant satisfait, ressortit. Un autre étudiant entra à sa suite et fit le même manège… Lorsque le troisième entra, je l’empêchais aussitôt d’aller plus loin dans la manoeuvre en rabaissant fermement le drap, et je lui indiquais la porte en lui disant que je n’étais pas là pour être tripotée par toute la classe. Qu’il fasse passer le mot, à ceux qui attendent derrière la porte !

“Je ne connais pas une amie qui n’a pas une histoire douloureuse à raconter”, témoignage anonyme

Je ne connais pas une amie, une copine, une collègue qui, lorsqu’on parle gynéco, n’a pas une histoire douloureuse à raconter : atteinte violente à leur pudeur, commentaire très critique sur une partie de leur corps ou compliment sexuel malvenu, paroles dégradantes sur leur pratique sexuelle, douleur physique non entendue, voire méprisée, humiliation par celui qui vous prend de haut et vous intimide. On a cru longtemps qu’il fallait se taire.
Merci à tous ceux qui luttent contre ça : hommes, femmes, spécialistes de la médecine, de l’éthique et journalistes.

  • France Culture, Sur les docks, documentaire de Mélanie Déchalotte et François Teste. Diffusé le 28.09.2015. Des dizaines de commentaires s’ajoutent comme autant de témoignages à ceux de l’émission.

http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-collection-temoignages-maltraitance-gynecologique-2015-09-28

 

Partager

4
<span style=

  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Liberté

Et nous nous disons un des pays les plus avancés au monde !

Gian

Ma chérie me dit qu’elle ne veut plus consulter un gynéco, et ne fait confiance qu’à une : elle m’énumère les gestes brutaux , le spéculum glacé et les remarques méprisantes des mâles entre ses cuisses insérés. Mais comment peut-on être aussi nul en présence de ce plus beau trésor de la création ?

Translate »