Iran. Une femme entre en danse et met la mollahcratie en transe (sans danse)*

Dans chaque société, le degré d’émancipation des femmes est la mesure naturelle de l’émancipation générale. Charles Fourier

Maedeh Hojabri, Iranienne de 18 ans, a été interpellée le 6 juillet pour avoir posté des vidéos d’elle dansant sans voile dans sa chambre, sur son compte Instagram. Ce réseau social pourrait être censuré dans la République islamique. L’arrestation provoque un mouvement d’indignation dans une partie de l’Iran et prend une dimension internationale en se propageant sur Internet. 1

Maedeh Hojabri a été contrainte à exprimer des « aveux » sur la télévision publique. Ses larmes ont suscité une telle indignation que certains internautes ont commencé à publier à leur tour des vidéos de danse, accompagnées du hashtag #Beraghs_ta_beraghsim, « Danse pour que nous continuions de danser ».

« Voici ma danse dans l’atelier, en pensant aux danseurs détenus. Libérez-les, laissez les gens vivre avec ces petites raisons de bonheur », a par exemple tweeté l’ancien journaliste politique Milad Fadai Asl.

Une internaute a publié une vidéo de sa mère, comme le relate Le Monde, accompagnée d’un commentaire : « Ma mère m’a dit : je danse pour votre adolescence et jeunesse volées, pour la liberté et la joie que vous méritez. »

Amnesty international n’est pas en reste, publiant une série de vidéos, comme celle ci-dessous, montrant des scènes de protestations publiques menées par des Iraniennes.

En Iran, les femmes doivent se couvrir tout le corps, sauf le visage et les mains. Depuis plusieurs jours, la cyberpolice iranienne a renforcé sa surveillance sur les contenus publiés sur Instagram. En 2016, des mannequins iraniennes qui publiaient leurs photos sur Instagram, parfois sans voile, avaient été arrêtées et certaines avaient été forcées de faire des aveux devant les caméras de la télévision. En 2014, l’arrestation de six jeunes qui avaient dansé sur le tube de Pharell Williams “Happy” avait déjà provoqué un tollé en Iran.

* Clin d’œil à Jacques Prévert : “Il y a des gens qui dansent sans entrer en transe et il y en a d’autres qui entrent en transe sans danser. Ce phénomène s’appelle la Transcendance et dans nos régions il est fort apprécié.” Spectacle (1951)

Notes:

  1. Selon les informations de la station iranienne privée Radio Farda, relayées par Courrier International, la jeune femme aurait depuis été relâchée sous caution.
Partager

5
  Subscribe  
plus récent plus ancien plus apprécié
M'avertir en cas de
Ernot

Oui, comme le disait si bien Fourier, je pense que les changements profonds dans les pays les plus répressifs viendront par les femmes. Leurs prises de conscience rejoignent si j’ose dire la “parole de leurs corps” opprimés et des désirs trop refoulés. On les a vues notamment lors des “printemps arabes” et déjà en Iran lors des grandes révoltes populaires d’il y a quelques années.

Bernard_H

Le paradoxe est qu’en Iran, à Tehran, les femmes se laissent volontiers photographier, mais avec leur foulard et s’expriment malgré un système répressif, sans avoir l’air de se sentir inquiétées. On ne peut pas en dire autant de l’évolution des pays qui ont vécu le printemps arabe où la tendance serait plutôt à l’augmentation du nombre de femmes voilées, permis par ces libertés nouvelles, mais est-ce vraiment un progrès ?

Je reconnais le courage de cette femme mais c’est une attitude un peu suicidaire dans un pays gouvernés par des psychopathes. Là il vont la détruire c’est la seule chose qui les fait bander…

Gian

Au pays des mollards, on ne devrait pas cracher sur une si chaloupante bayadère…

Translate »