Gilets Jaunes. Et c’est ainsi que Jupiter devint Roi-des-cons

Temps de lecture ± 4 mn

Ou comment un prince trop vite poussé, un start-upiste du libéralisme politicien, s’est pris les pieds dans le tapis moelleux de sa propre suffisance. C’est ainsi : le pouvoir rend con. Ses effluves montent à la tête, en ligne directe. Une drogue. Une drogue qu’on se passe comme un joint, dans le petit cénacle de ses barons et marquis, lèche-bottes, suceurs de bonne soupe. Ils se croyaient en marche, tous derrière-tous derrière, comme chantait Brassens, avec Paul Fort. Mais ce petit cheval là n’avait pas si grand courage, juste du panache, un peu, et de la bravade surtout. Ils marchaient, croyaient-ils, sans savoir qu’ils suivaient un convoi funèbre.
Mais un jour, dans le mauvais temps, un jour qu’il était si sage,
Il est mort par un éclair blanc, tous derrière et lui devant
.

Une autre ? Celle-là, si connue aussi, est de Raymond Devos : Plaisir des sens, titre de son sketch de jeunesse (éternelle).

 

 

[dropcap]Cette[/dropcap] affaire de ronds-points est vraiment étonnante. Des ronds-points pour les point-de ronds. Ils n’avaient plus de sortie digne. Sens interdits, de tous côtés. Ce pouvoir auto-aveuglé, lui aussi s’est enfermé dans son « rond », son cercle fermé des certitudes. Les « Moi-je-sais ». Je sais surtout ce qui est bon pour le peuple. Oui, même si je ne le fréquente pas, je devine ses besoins – petits comme ses rêves de beauf « qui fume, roule en diésel ». Hier une députée marcheuse au nom et au ton de marquise, dans le poste, vantait les bienfaits à venir d’une évaluation de l’ISF, dans les six mois, et qu’alors il faudrait « flécher »… Le baratin technocrate, les mots tueurs de fraternité.

C’est bien, finalement, les ronds-points. La seule invention à la noix rentabilisée sur l’air de la Carmagnole. Ingénieux ingénieurs des Ronds-points & chaussées ; ils ont ainsi ensemencé le territoire entier : bien plus que seulement utiles, rentables pour les Bouygues, les adjoints aux finances locales, départementales, régionales, nationales, européennes, mondiales. Oui, le monde comme un vaste rond-point. La terre n’est plus si ronde, elle ne tourne plus rond, au secours Galileo !

La fable de Raymond Devos : qui eut cru en sa force prédictive ? Cernés par le non-sens de leurs vies rétrécies, les Peuples se sont évadés par le haut, aspirés par leurs aspirations à la justice, non à ses représentations enfarinées et enfarineuses. Au moins s’élèvent-ils pour un temps, celui des conquêtes immédiates, immédiatement victorieuses. Une ivresse, c’est toujours ça de pris. Même si on connaît les lendemains de cuite, la gueule de bois.

Gérald Darmanin ISF
Gérald Darmanin, hier encore sur France inter  : « Nous ne reviendrons pas sur la suppression de l’ISF ». Parole de marquis.

Et c’est ainsi que le Pouvoir, son gouvernement, ses ministres, conseillers, « plumes », Benalla et autres valets se sont retrouvés dans la nasse des sens-interdits : plus d’issue ! Ni à droite, ni à gauche, au centre. Tout sens dessus-dessous ! Les voilà dans leurs ronds-points, comme des cons. Des instruits-cons, comme aimait dire mon père.

La facture est salée. Ça revient cher de jouer les Jupiter, quand on n’a pas le souffle divin. Transposition du « Faut pas jouer les riches, quand on n’a pas le sou » (Brel). Il faudra payer. Les riches renâclent déjà, la main sur le portefeuille. Les pauvres sont sur leurs gardes. Comment résister, pour de vrai ? Ne pas se faire entuber une fois de plus, échaudés qu’ils sont de tous ces « représentants du peuple », députés, délégués, mandatés, tous ces « élus de mes couilles » – car il faut aussi faire donner la langue vulgaire, celle qui tranche, qui dénote dans les assemblées, les salons dorés, les « tables-rondes », ces autres ronds-points piégeux. Comme la télé, par exemple, en ses débats tout aussi piégeux, dont des Gilets jaunes savent souvent se sortir par leurs cris du cœur, face à la gente journaleuse

Ainsi ce Xavier Mathieu, ex-syndicaliste de la CGT devenu acteur, lançant sur BFM : « Oui, Macron va dégager. Il va falloir qu’il vire cette Assemblée nationale, qu’il ne respecte même pas. Il ne respecte même pas ses élus ». Une sortie qui lui vaut un commentaire ironique de Ruth Elkrief : « On voit bien que vous êtes comédien aujourd’hui ». L’ancien “Conti” accuse alors la journaliste d’exprimer son « mépris de classe ». « Quel rapport avec le comédien ? Ça fait dix ans que je fais des débats télé ! », s’est étonné Xavier Mathieu, avant d’ajouter : « Madame Elkrief, vous ne me prendrez pas de haut. Vous l’avez fait pendant deux heures avec les gens qui étaient en face de vous (…). Des huit, je suis le seul à avoir vécu ce que ces gens vivent. Je sais ce qu’ils vivent ». « Vous êtes méprisante envers moi »

Ce pouvoir aura validé la violence comme force politique

En bas de ladite facture, ne pas oublier les taxes, les fameuses taxes la goutte d’eau qui a mis le feu aux poudres, pour parodier Monsieur Prudhomme, ce grand pourfendeur à coups de non-sens. D’ores et déjà, le plus lourd dans l’addition, en fin de compte, ce sera d’avoir reconnu et validé la force politique de la violence. Les casseurs des Champs-Élysées auront bel et bien eu gain de cause. Ils ont été les alliés objectifs de Gilets jaunes dont ils auront servi la lutte. C’est en cela surtout que ce Pouvoir est le plus grand perdant. Il a, par ses mépris affichés, ses tergiversations, ses marchandages, son baratin, son obstination hautaine, sa surdité et son aveuglement nourri la violence, consacrée comme accoucheuse de l’Histoire.

Voilà la grande défaite due à ce Pouvoir : celle par laquelle aura régressé encore cette Démocratie de fond, réelle, opposée à celle de façade, des faux semblants, des « éléments de langage », de la com’, de cette « pédagogie » qui prend le peuple pour des attardés infantiles.

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

Translate »