11-Novembre. L’entracte de la Grande faucheuse

Pour marquer ce 101e 11-novembre, cette photo de l’extra-ordinaire monument aux morts de Lodève. Déjà évoqué sur ce blog, lors de sa découverte avec celle de son auteur, le sculpteur Paul Dardé.

Paul-Dardé-monum-Lodeve

Monument : ce dont on se souvient. Du latin lat. monumentum (de monere au sens de « faire penser, faire se souvenir »).Cliquer pour agrandir. [Ph. gp]

Brancardier dès 1914, hospitalisé, marqué par les horreurs de la guerre, de fibre pacifiste, Paul Dardé recevra des commandes pour des monuments aux morts dans plusieurs communes de la région. C’est notamment le cas de celui de Saint-Maurice, une esquisse de poilu particulièrement dépouillée, taillée comme un menhir dans le calcaire du Larzac.

Mais c’est le Monument aux morts de Lodève  qui est sans doute la plus connue des œuvres de Paul Dardé. Rompant avec les canons traditionnels du soldat vainqueur, il représente un poilu, non pas victorieux mais étendu, mort, tandis qu’un groupe de femmes et d’enfants habillés en costume des années vingt assistent debout, les visages graves, à la douleur d’une femme. Le monument, en pierre de Lens (Gard), a été récemment ravalé. Il rayonne de finesse, tranchant avec les autres œuvres, plus brutes, de celui qui se voulait d’abord un tailleur de pierre.

Pour autant, l’armistice ne sonnait pas la fin de la guerre – dont la reprise n’était alors pas écartée. Aussi fallut-il garder « au frais » une réserve mobilisable, notamment pour aller reprendre en vrai « l’Alsace et la Lorraine ». Quant aux bienheureux libérés, ces survivants rendus à la civilisation, ils devront surmonter les traumatismes des horreurs guerrières. Parmi eux, mon grand père maternel, Adrien Tahon, miraculé du Chemin des Dames, revenu en entier à la ferme où, à la première moisson, il a la main coupée dans une faucheuse. Vengeance de la « Grande faucheuse », l’atroce qui, après l’entracte, remettra « ça » vingt ans plus tard.

Partager

3
<span style=

  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

Les Danseurs du Chemin des Dames – Vidéo
De circonstance aujourd’hui…

L’industrialisation du sacrifice humain…
L’autre réalité du capitalisme.

Gérard Bérilley

Toujours émouvantes tes évocations de la Grande Guerre. Ce Monument aux Morts est un chef-d’oeuvre de la sculpture qui renvoie, dans notre civilisation, à toutes les Mise au Tombeau du Christ qui ont fleuri à la fin du Moyen Âge, avec ce corps allongé sans vie et ces Saintes Femmes qui le veillent. A Solesmes, dans la Sarthe, la Madeleine est comme l’est ici la femme du Soldat, seule, isolée des autres femmes, devant le corps du défunt. A n’en pas douter, une correspondance.

Louise H

J’ai eu la chance, moi aussi, de “tomber” sur ce monument de Lodève, si évocateur et fascinant. Le musée tout près consacre son rez de chaussée au sculpteur génial, Paul Dardé.

Translate »