Qu’ajouter enco­re à l’horreur et à la sau­va­ge­rie ? Bien sûr, expri­mer une soli­da­ri­té de base, humai­ne, qui man­que par­fois tel­le­ment dans ce mon­de débous­so­lé. S’en pren­dre – par la mort – à la liber­té de pen­ser, d’exprimer, de s’opposer, de res­pi­rer, de rire, d’aimer, de vivre quoi, c’est choi­sir l’abject, la vio­len­ce meur­triè­re, l’abomination en même temps que la néga­tion de sa pro­pre huma­ni­té. Et pour­tant, s”« ils » en sont, de cet­te huma­ni­té, com­ment ne pas en dou­ter ?

Evoquer ce dra­me peut aus­si, pour ma géné­ra­tion, ren­voyer à ces années de lut­te à la loya­le où, mal­gré tout et en démo­cra­tie même impar­fai­te, le délit de pres­se ne se réglait pas à la mitraillet­te. Une inter­dic­tion suf­fi­sait et, cer­tes, c’était déjà into­lé­ra­ble. C’est dire à quel point les mots sont fai­bles aujourd’hui pour qua­li­fier… l’inqualifiable.

Je pen­se à Hara-Kiri heb­do et à sa méta­mor­pho­se for­cée en l’actuel Char­lie Heb­do, lors­que des aya­tol­lahs d’opérette poli­ti­cien­ne, en quel­que sor­te et avec le recul du temps, en avait pro­non­cé l’arrêt de mort – n’empêche ! – pour cau­se de « bal tra­gi­que » à la mort de de Gaul­le (1970).

Je pen­se aus­si, par ce retour au pas­sé, à l’interdiction qui frap­pa la revue Sex­pol que je diri­geais et qui nous valut cet­te bel­le soli­da­ri­té notam­ment mani­fes­tée alors par Libé­ra­tion et par la ban­de de Char­lie, en tête de laquel­le : Cho­ron, Gébé, Cavan­na (morts), Wolins­ki et Cabu, qui vien­nent d’être atro­ce­ment abat­tus avec leurs autres cama­ra­des.

Tou­tes pro­por­tions gar­dées, car à une autre échel­le, je ne peux m’empêcher de pen­ser aux atten­tats du 11 sep­tem­bre 2001. Ne som­mes-nous pas là sur un même regis­tre, celui qui pous­se des cer­veaux très atteints (atteints par quoi ?, là est la vraie et vas­te ques­tion) à éta­blir des plans d’organisation d’un tel car­na­ge ? Si l’inspiration s’avère d’ordre « divin », com­me c’est pro­ba­ble, hélas ! elle ne fera qu’ajouter à la dia­bo­li­que confu­sion qui secoue le mon­de.

Lire aus­si : La pre­miè­re des reli­gions pour Char­lie-Heb­do : la Liber­té, par Daniel Chai­ze

Share Button