Le sys­tè­me de décon­ta­mi­na­tion d’eau de la cen­tra­le de Fuku­shi­ma est arrê­té depuis hier, 18 mars. Selon Tep­co, l’EDF japo­nais, une des trois lignes de décon­ta­mi­na­tion du sys­tè­me a arrê­té de fonc­tion­ner nor­ma­le­ment lun­di, ce qui a conduit la com­pa­gnie à la stop­per puis à sus­pen­dre aus­si par pré­cau­tion les deux autres. Ce sys­tè­me, bap­ti­sé ALPS, est cen­sé fonc­tion­ner depuis plu­sieurs mois, mais dans les faits il ne ces­se de ren­con­trer des pro­blè­mes divers. Cet équi­pe­ment déve­lop­pé avec le grou­pe Toshi­ba est pour­tant pré­sen­té com­me un roua­ge-clé pour résou­dre le pro­blè­me d’eau conta­mi­née dont regor­ge la cen­tra­le acci­den­tée.

fukushima-eau-contaminee

Quand c’est plein, ça débor­de. [Docu­ment Tep­co]

Plus de 435 000 m3 d’eau conta­mi­née sont actuel­le­ment sto­ckés dans plus d’un mil­lier de gigan­tes­ques réser­voirs mon­tés à la hâte. Tep­co conti­nue d’en fai­re ins­tal­ler entre vingt et qua­ran­te par mois pour ten­ter de sui­vre le ryth­me du flux conti­nu de liqui­de souillé pro­ve­nant des sous-sols du site et des arro­sa­ges per­ma­nents des réac­teurs rava­gés. La pol­lu­tion de l’océan Paci­fi­que est en pas­se de s’aggraver ; à la fois par les fui­tes d’eau détec­tées en de mul­ti­ples endroits sur les rui­nes des cen­tra­les, mais aus­si par­ce que l’eau actuel­le­ment sto­ckée fini­ra tôt ou tard dans l’océan. Et cela, même si cet­te eau aura été « décon­ta­mi­née » par le sys­tè­me ALPS – car elle contien­dra enco­re au moins du tri­tium.

Le direc­teur de la cen­tra­le, Aki­ra Ono, a recon­nu récem­ment se sen­tir dému­ni face à ces dif­fi­cul­tés, et espé­rer que les efforts menés avec les auto­ri­tés per­met­tront d’en venir à bout. 

La priè­re com­me der­nier rem­part contre la radio­ac­ti­vi­té.

[Sour­ces : AFP, Le Mon­de]

 

Pendant ce temps, à Fessenheim…

…« L’Association « Fes­sen­heim, notre Ener­gie » (ASFNE) s’insurge contre le coup de for­ce de ce jour per­pé­tré par des mili­tants de Green­pea­ce et condam­ne vive­ment cet­te action. Contrai­re­ment à ce qui est dit, il s’agit bien d’une action vio­len­te puisqu’il y a effrac­tion déli­bé­rée avec des moyens impor­tants de type ter­ro­ris­te, un véri­ta­ble choc pour le per­son­nel au tra­vail. 

« L’ASFNE esti­me qu’il est tota­le­ment dis­pro­por­tion­né de recou­rir à des métho­des de com­man­dos pour fai­re pas­ser un mes­sa­ge quel qu’il soit. Et il est inac­cep­ta­ble qu’EELV, dont deux mem­bres figu­rent au gou­ver­ne­ment, ait pu féli­ci­ter ce matin Green­pea­ce pour cet­te action illé­ga­le et anti-démo­cra­ti­que. Il est évi­dent que l’absence de réel­les sanc­tions dis­sua­si­ves, après les actions simi­lai­res pré­cé­den­tes,encou­ra­ge Green­pea­ce dans cet­te voie.
« Il faut rap­pe­ler enfin que Fes­sen­heim a été décla­rée sûre par l’Autorité de Sûre­té Nucléai­re, la seule auto­ri­té com­pé­ten­te. Des cen­tai­nes de mil­lions d’euros ont été inves­tis ces der­niè­res années pour en fai­re une des 1ère cen­tra­les de Fran­ce dont la sûre­té a été moder­ni­sée et mise aux der­niers stan­dards inter­na­tio­naux du moment. Une usi­ne ne vieillit pas com­me les humains ; quand un maté­riel nedon­ne plus satis­fac­tion, on le répa­re ou le rem­pla­ce !
« Sou­hai­tons-nous vrai­ment vivre dans notre pays ce que subis­sent les Alle­mandsaprès la déci­sion radi­ca­le de fer­me­tu­re de son parc nucléai­re, tant sur le plan duprix du kWh que vis-à-vis des for­tes attein­tes envi­ron­ne­men­ta­les ? La pol­lu­tion atmo­sphé­ri­que de ces der­niers jours, en par­tie due aux émis­sions des cen­tra­les au char­bon alle­man­des, est un exem­ple qui impac­te tous leurs voi­sins. A contra­rio, la Fran­ce fait par­tie des meilleurs pays euro­péens pour ses fai­bles émis­sions de CO2… grâ­ce à son éner­gie nucléai­re ! »
Share Button