Noirs, nos «cousins de Louisiane», comme nos frères de Paris, rue de la Fraternité

Nous avons, au Québec, nos cousins d’Amérique. Katrina nous rapproche aujourd’hui de nos «cousins de Louisiane», ceux de l’ancienne colonie de Louis XIV, revendue par Bonaparte aux États-Unis, en 1803. L’Histoire a laissé ses traces et ses liens, ravivés par la catastrophe. Le drame créé des solidarités, c’est un fait. Le temps les estompe. Il en est ainsi. Parfois même, le drame ne fait qu’effleurer les consciences. À Paris, quand des hôtels ou des immeubles vétustes brûlent, ce sont des Noirs qui périssent. Rue de la Fraternité, ce sont encore des Noirs qu’on expulse des squats quand il s’agit de casser le thermomètre pour ne pas voir la fièvre.

Notre tiers-monde vaut bien le leur. C’est notamment ce que nous rappelle un historien étatsunien. Tandis que, là-bas, se déchire l’écran de Disneyland sur un pays qui avait jusque là, plus ou moins, camouflé son sous-continent.

Lire l’article.

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
PaysanPerverti

Cher G.P, la complexité ne m’avait pas échappée. Simplement,ayant vagabondé à travers les bidonvilles de Niamey ou Bombay, entre autres, je ne trouve pas bonne la formule: Notre tiers-monde vaut bien le leur. C’est plus compliqué, d’une part, et d’autre il y a une abîme entre la situation ici et celle là-bas. J’ai plus de sympathie pour nos immigrés des années 70, ouvriers Algériens, étudiants Sénégalais ou Marocains, et leurs familles qui les ont rejoint, que des opportunistes des 80-90, fort connaisseurs de nos rites sociaux. Et quid des plombiers Polonais ou des Chinois, clandestins-travailleurs au noir, ne réclamant, pour… Lire la suite

Translate »