On n'est pas des moutons

Mot-clé: Russie


Syrie. Alep bientôt rayée de la carte, comme Homs ?

L’offensive du régime syrien et de son allié russe dans la province d’Alep a provo­qué l’exode de plusieurs dizaines de mil­liers de Syriens vers la Turquie. Près de 60 000 sont massés à la fron­tière turque restée fer­mée. Un afflux qui fait crain­dre une aggra­va­tion de la crise des réfugiés, que ce soit en Turquie qui en accueille déjà 2,5 mil­lions, ou en Europe.

En Syrie, qui comp­tait quelque 23 mil­lions d’habitants avant le con­flit, 13,5 mil­lions de per­son­nes sont affec­tées ou déplacées par la guerre, selon les derniers chiffres de l’ONU. Par­mi eux, env­i­ron 8 mil­lions se trou­vent tou­jours en Syrie. Car tous n’ont pas quit­té le pays : en fait, la majorité des per­son­nes jetées sur les routes par la guerre sont déplacées à l’intérieur des fron­tières syri­ennes. Elles ont fui les vio­lences et les bom­barde­ments.

La vidéo ci-dessous est hal­lu­ci­nante. Elle mon­tre un champ de ruines. C’est tout ce qu’il reste de Homs, la troisième ville syri­enne meur­trie par cinq années de con­flit. Cette vidéo a été réal­isée par un drone russe, prob­a­ble­ment à des fins de pro­pa­gande pour légitimer l’intervention russe en Syrie. Quelle légitim­ité pour­rait encore émerg­er de ces décom­bres ? Alep pour­rait subir le même sort que Homs, bien que pour le moment les affron­te­ments soient lim­ités à un quarti­er.

Peu­plée de près d’un mil­lion d’habitants, Homs a sou­vent été con­sid­érée comme le bas­tion des rebelles dès le début du con­flit, en 2011. Ce n’est que le 1er décem­bre 2015 qu’un accord de capit­u­la­tion a été signé, sous l’égide de l’ONU.


Je suis Charlie”. Deux Russes risquent cinq ans de prison

Deux citoyens russ­es ont été con­damnés pour avoir par­ticipé au mou­ve­ment ” Je suis Char­lie”. Ils sont sim­ple­ment descen­dus dans la rue avec une pan­car­te sur laque­lle on pou­vait lire ces trois mots qui ont rassem­blé près de 4 mil­lions de per­son­nes en France, pour la lib­erté de la presse et d’expression en général. Ils risquent jusqu’à 5 ans de prison.

russie charlie

Vladimir Ionov, retraité âgé de 75 ans, a été arrêté à Moscou le 10 jan­vi­er puis con­damné à 20 000 rou­bles d’amende pour avoir man­i­festé. Par ailleurs, il est inculpé pour avoir vio­lé un nou­v­el arti­cle du Code pénal (arti­cle 212.1 sur la “vio­la­tion répétée des règles de man­i­fes­ta­tions et rassem­ble­ments”) et risque jusqu’à 5 ans de prison ferme. Marc Galper­ine, a été con­damné pour les mêmes motifs. Rap­pelons que le min­istre russe des Affaires étrangères Ser­guei Lavrov par­tic­i­pait à Paris à la marche répub­li­caine du 11 jan­vi­er.

Une péti­tion a été lancée sur inter­net. On peut ajouter sa sig­na­ture aux 40.000 déjà recueil­lies.


Urgence Ukraine, par Jacques Sapir

Quelle lec­ture avoir des événe­ments d’Ukraine qui soit ni manichéenne, ni stéréo­typée ? Tant les a pri­ori idéologiques imprèg­nent les avis “autorisés”. En voici un de plus qui, cepen­dant, paraît plus autorisé – fai­sait autorité – que beau­coup  d’autres. Il émane de Jacques Sapir, directeur de recherch­es à l’École des hautes études en sci­ences sociales (EHESS) et expert de l’économie russe et des ques­tions stratégiques. C’est à ce titre qu’il s’exprime sur la sit­u­a­tion en Ukraine dans le texte ci-dessous dif­fusé par le Mou­ve­ment poli­tique d’émancipation pop­u­laire (M’PEP). Il se prononce notam­ment pour une fédéral­i­sa­tion de l’Ukraine,  main­tenue dans son intégrité ter­ri­to­ri­ale. Propo­si­tion déjà dépassée par l’actualité et l’annonce, ce matin même, du référen­dum qui, le 20 mars, entérinera le rat­tache­ment de la Crimée à la Russie.

Urgence Ukraine, texte de Jacques Sapir

Le 5 mars 2014.

1.- Le mou­ve­ment de con­tes­ta­tion du pou­voir du Prési­dent Ianoukovitch, mou­ve­ment dont la base était une révolte con­tre la cor­rup­tion bien plus qu’une volon­té d’adhésion à l’Union européenne, a été débor­dé par des élé­ments ultra-nation­al­istes, dont cer­tains appar­ti­en­nent à des grou­pus­cules fas­cisants. Ces élé­ments ont délibéré­ment cher­ché l’affrontement, en tirant sur les forces de sécu­rité, faisant pren­dre des risques incon­sid­érés aux autres man­i­fes­tants qui étaient pris en otage. Ces mil­i­tants por­tent une large part de respon­s­abil­ité dans les morts de la place Maid­an. Leur nom­bre oscille entre 10 000 et 20 000 ; ils étaient minori­taires dans le mou­ve­ment de protes­ta­tion, mais ils sont devenus poli­tique­ment dom­i­nants au fur et à mesure que la sit­u­a­tion se dégradait et que mon­tait la vio­lence des affron­te­ments. Ce sont eux qui ont cher­ché à pren­dre d’assaut le Par­lement, provo­quant la réac­tion des forces de sécu­rité, et déclen­chant la séquence des événe­ments qui a con­duit à la fuite de Ianoukovitch.

ukraine

Pour­cent­age de la pop­u­la­tion dont la langue mater­nelle est l’ukrainien (2001). Dans qua­tre oblasts, ce pour­cent­age est minori­taire. La langue natale n’est pas for­cé­ment la langue par­lée à l’âge adulte. [Ukran­ian cen­cus 2001]

ukraine

Pour­cent­age de la pop­u­la­tion dont la langue mater­nelle est le russe (2001). [Ukraine_cencus_2001]

2.- Il faut ici rap­pel­er que le Prési­dent et le Par­lement ont été régulière­ment élus. Mais, ces élec­tions (2010) avaient per­mis de mesur­er com­bi­en la poli­tique ukraini­enne était mar­quée par une divi­sion entre des pop­u­la­tions russ­es (et rus­so­phones) regroupées à l’Est du pays et des pop­u­la­tions ukrain­ophonnes, dont une par­tie habite les régions qui, avant 1914, étaient soit dans l’empire Aus­tro-Hon­grois soit étaient en Pologne. L’Ukraine est un pays neuf, dont l’existence est frag­ilisée par ces divi­sions. Ces dernières ont été ren­for­cées par les évo­lu­tions économiques de ces dix dernières années, qui ont vu les rela­tions avec la Russie se dévelop­per rapi­de­ment. L’Ukraine de l’Est, rus­so­phone, vit mieux que l’Ukraine de l’Ouest. Pour cette dernière, l’Union européenne représente un pôle d’attraction impor­tant, même s’il est prob­a­ble­ment imag­i­naire compte tenu de la sit­u­a­tion économique actuelle de l’UE.

3.- Le pou­voir légal a lui aus­si une part de respon­s­abil­ité dans ces événe­ments trag­iques, que ce soit par un usage dis­pro­por­tion­né de la force au début des man­i­fes­ta­tions, ou par ses hési­ta­tions par la suite qui ont démoral­isé une bonne part de ses sou­tiens. Il a été inca­pable de s’opposer à une logique minori­taire, qui s’est exprimée même au Par­lement lors du vote, au début du mois de févri­er, de la loi sup­p­ri­mant le statut de langue offi­cielle au russe (à côté de l’ukrainien). Ce vote appa­raît aujourd’hui comme un tour­nant sym­bol­ique car il a fait bas­culer l’affrontement d’une logique de lutte pour la démoc­ra­tie et con­tre la cor­rup­tion à une logique nation­al­iste-eth­ni­ciste. Les pop­u­la­tions tant russ­es que rus­so­phones des régions de l’Est de l’Ukraine et de la Crimée n’ont pu qu’être légitime­ment inquiètes de la rup­ture du pacte sur lequel était fondé l’Ukraine indépen­dante depuis 1991.

4.- Mais, l’opposition légale a aus­si une part de respon­s­abil­ité en par­ti­c­uli­er dans son inca­pac­ité à faire respecter les accords signés avec le Prési­dent. Elle s’est lais­sée débor­der par les groupes ultra-nation­al­istes et n’a pu ni su les repren­dre en main. Elle s’est aus­si bercée d’illusion sur le sou­tien que les pays de l’Union européenne pour­raient lui apporter.

5.- À la suite des événe­ments trag­iques de fin févri­er s’est donc mis en place un pou­voir de fait à Kiev, provo­quant un effon­drement de la légitim­ité de l’État ukrainien. La dis­so­lu­tion d’unités de la police, qui n’avaient fait qu’obéir aux ordres, a provo­qué une pro­fonde inquié­tude dans les régions de l’Est. Ce à quoi on assiste depuis le 28 févri­er, soit la prise du pou­voir par des groupes pro-russ­es en Crimée, à Kharkov, à Donet­sk et même à Odessa, n’est que la suite logique du bas­cule­ment d’une lutte pour la démoc­ra­tie et con­tre la cor­rup­tion vers un affron­te­ment eth­nique. C’est dans ce con­texte qu’il faut com­pren­dre l’intervention mil­i­taire de la Russie qui est en cours. Il faut ici ajouter qu’il y a en Ukraine pas moins de 17 réac­teurs nucléaires et de nom­breux cen­tres de stock­age de matéri­aux fis­siles, ce qui représente un autre dan­ger pour la sécu­rité de la région toute entière.

6.- Per­son­ne, dans ces con­di­tions, n’a intérêt, sauf les groupes extrémistes, à une par­ti­tion de l’Ukraine. Ce n’est pas dans l’intérêt de la Russie, qui certes y gag­n­erait ce qu’elle pos­sède de fac­to déjà, soit l’industrie ukraini­enne, mais qui ver­rait alors se pro­fil­er une longue péri­ode d’affrontements avec l’UE et les Etats-Unis. Ce n’est pas non plus l’intérêt de l’UE, car il lui faudrait porter lit­térale­ment à bout de bras l’Ukraine occi­den­tale (et la moitié de la pop­u­la­tion). Le coût économique serait élevé dans une sit­u­a­tion où plus per­son­ne ne veut pay­er pour autrui. Il serait aus­si répété sur de nom­breuses années, car l’on voit mal com­ment la sit­u­a­tion de l’Ukraine occi­den­tale pour­rait s’améliorer à court terme. Les con­séquences finan­cières seraient aus­si impor­tantes, car les ban­ques européennes, et en par­ti­c­uli­er autrichi­ennes, sont lour­de­ment exposées au risque ukrainien. De plus, l’UE pour­rait être tenue pour respon­s­able de la sit­u­a­tion en Ukraine cen­trale et occi­den­tale et, avec la mon­tée rapi­de d’un désen­chante­ment qui n’est hélas que trop prob­a­ble, elle devrait affron­ter la mon­tée de sen­ti­ments pro-russ­es dans cette pop­u­la­tion.

7.- Il faut donc aujourd’hui que les dirigeants de l’UE et les dirigeants russ­es se ren­con­trent d’urgence et étab­lis­sent une feuille de route pour une fédéral­i­sa­tion de l’Ukraine, mais main­tenant son intégrité ter­ri­to­ri­ale. Des garanties doivent être apportées à la pop­u­la­tion rus­so­phone, et les groupes ultra-nation­al­istes doivent être d’urgence désar­més et réduits à l’impuissance. L’Ukraine peut vivre comme une Nation sou­veraine, mais à la con­di­tion de trou­ver les formes de son inté­gra­tion économique. Or, aujourd’hui, seule la Russie et l’Union eurasi­enne sont en mesure de fournir un véri­ta­ble moteur au développe­ment du pays. L’Union européenne doit cess­er de penser que la Russie financera une Ukraine hos­tile. La Russie doit pour sa part com­pren­dre le tro­pisme poli­tique et cul­turel vers l’Europe d’une par­tie de la pop­u­la­tion ukraini­enne. Les con­di­tions d’un accord per­me­t­tant au pays de retrou­ver sa sta­bil­ité sont pos­si­bles. Elles cor­re­spon­dent aux intérêts tant de l’UE que de la Russie. Il faut espér­er que l’idéologie de l’affrontement ne l’emportera pas et que la rai­son tri­om­phera.


  • © Ch.- M. Schulz

    « Il faudrait comprendre que les choses sont sans espoir et être pourtant décidé à les changer. » F. Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérèglement de l'esprit, c'est de croire les choses parce qu'on veut qu'elles soient, et non parce qu'on a vu qu'elles sont en effet. » Bossuet

  • Traduire :

  • Twitter — Gazouiller

  • Énigme

    Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

    Philippe Casal, 2004 - Centre national des arts plastiques - Mucem, Marseille

  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste.
    (Claude Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexualité / politique), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la grace de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquette cou­leur et boî­tier rigide ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numéro, ci-dessus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
  • Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl”

    Comme un nuage, album photos et texte marquant le 30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986). La souscription étant close (vifs remerciements à tous les contributeurs !) l'ouvrage est désormais en vente au prix de 15 euros, franco de port. Vous pouvez le commander à partir du bouton "Acheter" ci-dessous (bien préciser votre adresse postale !)

    tcherno2-2-300x211

    Il s'agit d'un album-photo de qualité, à tirage soigné et limité, 40 p. format A4 "à l'italienne". Les photos, prises en Provence et notamment à Marseille, expriment une vision artistique sur le thème d’« après le nuage ». Cette création rejoignait l’appel à l’organisation de "1.000 événements culturels sur le thème du nucléaire", entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fukushima) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tchernobyl).
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances. (Ber­trand Russel)

  • montaigne

    Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. Montaigne - Essais, I, 26

    La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

  • « C’est pour dire » de Gérard Ponthieu, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (3.0 France). Photos, dessins et documents mentionnés sous copyright © sont protégés comme tels.
    Licence Creative Commons

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

  • Catégories d’articles

  • Salut cousin !

    Je doute donc je suis - gp

  • Fréquentation de « C’est pour dire »

    • 0
    • 590
    • 175
    • 4 822
    • 36 419
    • 1 621
    • 3 748
  • Calendrier

    janvier 2018
    lunmarmerjeuvensamdim
    « Déc  
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031 
    Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress