On n'est pas des moutons

Mot-clé: ultra-libéralisme

Enfin de la pub, de la vraie, sur les radios du service public !

hara_kiri_pubSur l’autel de (feue) la gauche, ce gou­verne­ment ne recule devant aucun sac­ri­fice. Ce matin au réveil, j’apprends dans le poste qu’un décret paru aujourd’hui même au Jour­nal offi­ciel autorise la pub­lic­ité sur les ondes de Radio France !

Le tout-pognon aura encore sévi, empor­tant sur son pas­sage les restes d’éthique auquel on croy­ait encore pou­voir s’accrocher. Tu croy­ais, naïf, que les radios du ser­vice pub­lic te met­taient à l’abri des sail­lies de « pub qui rend con – qui nous prend pour des cons »… Macache ! Finies les débil­ités lim­itées aux seules « oui qui ? Kiwi ! » et autres « Mat­mut » à en dégueuler. On est passé au tout-Macron, mon vieux ! Tu savais pas ? Vive le tout-libéral, l’indécence com­mune et la vul­gar­ité marchande ! Les enzymes glou­tons sont de retour, et les bag­noles à tout-va, les chaussée-au-moine, les justin-bridoux, les mars-et-ça-repart – autant dire que le bon­heur nous revient en splen­deur, avec ses trou­vailles enchanter­ess­es, la vie facile, enfin !

Manque tout de même à ce gou­verne­ment qui, lui aus­si, nous prend pour des cons, un min­istre à la hau­teur. Je ne vois que Séguéla. Un Séguéla, sinon rien ! Et au com­plet, avec sa rolex et sa con­ner­ie.

Nous restera à fer­mer le poste. On mour­ra moins con (« oui mais, on mour­ra quand même ! »).

imgres-1 imgres imgres-3


Merci Patron !” La belle arnaque

Mer­ci Patron !, un film plus que sym­pa et qui con­naît un beau suc­cès depuis sa sor­tie fin févri­er. C’est l’éternelle his­toire des David et Goliath, des pots de terre et de fer. Traité ici sur le mode « sérieux décon­nant », entre Michael Moore et Jean-Yves Lafesse, par François Ruf­fin, rédac’ chef du jour­nal amiénois Fakir. 

merci-patron!

l’affiche

Joce­lyne et Serge Klur fab­ri­quaient des cos­tumes Ken­zo à Poix-du-Nord, près de Valen­ci­ennes. Depuis la délo­cal­i­sa­tion de leur usine vers la Pologne, le cou­ple est au chô­mage et criblé de dettes. François Ruf­fin va suiv­re ce cou­ple et par­tir « dans une course pour­suite humoris­tique avec Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France » dont le groupe est pro­prié­taire de l’usine. Scènes sur­réal­istes et quipro­qu­os en cas­cades, Mer­ci Patron ! se trans­forme en « film d’espionnage ».

« On ne pen­sait même pas faire un film mais avec l’histoire qui se déroulait sous nos yeux c’est devenu impos­si­ble de ne pas le faire ! » racon­te Johan­na, de l’équipe de Fakir. Porté par l’association Fakir, le film a séduit cri­tiques et médias. Il a même eut droit à une dou­ble page dans Le Monde qu’il qual­i­fie de « chef-d’œuvre du genre ».

Pour­tant, tout n’était pas gag­né. Le film qui comp­tait sur l’aide finan­cière du Cen­tre nation­al du ciné­ma voit sa demande rejetée. L’équipe décide de pass­er out­re les aides tra­di­tion­nelles et se tourne vers le finance­ment par­tic­i­patif. Grâce aux 21 000 € des con­tribu­teurs Ulule et une lev­ée de fonds auprès des abon­nés de Fakir, le film ver­ra le jour. Une lev­ée de fonds pour une lev­ée de fronde : la bonne idée pour une belle arnaque !


USA-UE. Ne pas se laisser moucher dans le TAFTA

stop-taftaJe relaie ici l’appel du col­lec­tif “Stop TAFTA” qui s’oppose à l’accord de libre-échange débridé en cours de négo­ci­a­tion entre les États-Unis, le Cana­da et l’Union européenne. Voici le texte de cet appel, ain­si que quelques liens qui en dénon­cent les mul­ti­ples et bien réels dan­gers économiques, soci­aux, san­i­taires, cul­turels. Une péti­tion avait déjà cir­culé et alerté de ces périls en décem­bre dernier. [Voir ici : Mon­di­al­i­sa­tion. Un appel à péti­tion con­tre le « parte­nar­i­at transpaci­fique » ]

Le 14 juin 2013, la Com­mis­sion européenne a obtenu man­dat de la part de tous les États mem­bres pour négoci­er avec les États-Unis le Transat­lantic Free Trade Area (TAFTA). Cet accord cherche à instau­r­er un vaste marché de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de l’OMC.

Ce pro­jet de Grand marché transat­lan­tique vise le déman­tèle­ment des droits de douane restants, entre autres dans le secteur agri­cole, et plus grave encore, la sup­pres­sion des « bar­rières non tar­i­faires » qui ampli­fierait la con­cur­rence débridée et empêcherait la relo­cal­i­sa­tion des activ­ités.

Il con­duirait à un niv­elle­ment par le bas des règles sociales, économiques, san­i­taires, cul­turelles et envi­ron­nemen­tales, aus­si bien en Europe qu’aux États-Unis. Ain­si, la pro­duc­tion de lait et de viande avec usage d’hormones, la volaille chlorée et bien d’autres semences OGM, com­mer­cial­isées aux États-Unis, pour­raient arriv­er sur le marché européen. Inverse­ment, cer­taines régu­la­tions des marchés publics et de la finance aux États-Unis pour­raient être mis­es à bas.

Cet accord serait un moyen pour les multi­na­tionales d’éliminer toutes les déci­sions publiques qui con­stituent des entrav­es à l’expansion de leurs parts de marché. Nous pen­sons tous que ce pro­jet con­sacre la dom­i­na­tion des multi­na­tionales européennes comme améri­caines. Pour cer­tains il affirme égale­ment la dom­i­na­tion des États-Unis. À coup sûr, il asservi­rait les peu­ples des deux côtés de l’Atlantique.

stop-taftaCe pro­jet pour­rait intro­duire un mécan­isme d’arbitrage privé « investis­seur-État », qui se sub­stituerait aux juri­dic­tions exis­tantes. Les investis­seurs privés pour­raient ain­si con­tourn­er les lois et les déci­sions qui les gên­eraient, per­me­t­tant par exem­ple aux pétroliers d’imposer en France l’exploitation des gaz de schistes et autres hydro­car­bu­res dits non con­ven­tion­nels.

Une telle archi­tec­ture juridique lim­it­erait les capac­ités déjà faibles des États à main­tenir des ser­vices publics (édu­ca­tion, san­té, etc.), à pro­téger les droits soci­aux, à garan­tir la pro­tec­tion sociale, à main­tenir des activ­ités asso­cia­tives, sociales et cul­turelles préservées du marché, à con­trôler l’activité des multi­na­tionales dans le secteur extrac­t­if ou encore à inve­stir dans des secteurs d’intérêt général comme la tran­si­tion énergé­tique. (Lire la suite…)


Mondialisation. Un appel à pétition contre le “partenariat transpacifique”

Je ne relaie pas volon­tiers les péti­tions, ni ne les signe en rai­son de l’exploitation qui est faite des fichiers ain­si recueil­lis. Celle-ci, cepen­dant, paraît val­oir le coup. Ayant déjà recueil­li plus de 1.200.000 sig­na­tures, elle est lancée par Avaaz dans ces ter­mes :

Mon­san­to s’apprête à célébr­er son plus grand tour de passe passe mais nous avons jusqu’à ce week-end pour ren­vers­er ses pro­jets.

Le parte­nar­i­at transpaci­fique (PTP, ou TPP en anglais) est un immense accord ultra-secret passé entre douze grands pays, qui s’apprêtent à don­ner aux entre­pris­es un pou­voir inouï : celui de faire appel à de nou­veaux tri­bunaux inter­na­tionaux pour atta­quer en jus­tice les gou­verne­ments qui adoptent des lois qui nous pro­tè­gent mais réduisent leurs béné­fices ! Et cela peut avoir des réper­cus­sions dans tous les domaines, de l’étiquetage des ali­ments con­tenant des OGM à la lib­erté sur Inter­net. Wik­iLeaks a fait fuiter les doc­u­ments de tra­vail et une vague d’opposition est en train de se soulever très rapi­de­ment, mais les pays sig­nataires se dépêchent afin de sign­er d’ici 48 heures.

C’est insen­sé et pour­tant nous avons une chance de tout arrêter. Trois pays hési­tent, et s’ils se retirent immé­di­ate­ment, tout pour­rait s’effondrer. Inon­dons les dirigeants chiliens, néo-zélandais et aus­traliens de nos appels à la résis­tance, et nous pour­rons blo­quer ce coup d’État orchestré par les grandes firmes avant que Mon­san­to ne débouche le cham­pagne. Signez la péti­tion main­tenant et envoyez-la à tous vos proches:

http://www.avaaz.org/fr/no_champagne_for_monsanto_loc/?bDPfObb&v=32177 

Pub­lié le 6 Décem­bre 2013


Mais vingt dieux, comment ne pas s’indigner ?!

Treize pages d’« Indignez-vous ! ». Heureuse­ment que l’auteur s’appelle Stéphane Hes­sel, qu’il a 93 ans, qu’il a con­nu De Gaulle, Cassin, la Résis­tance, Buchen­wald et co-rédigé la Déc­la­ra­tion uni­verselle des Droits de l’homme. Sinon, ça ferait « short » côté indig­na­tion. Pour ma part, j’en déverse chaque jour de pleins tombereaux. Ma ques­tion-excla­ma­tion, juste celle de « c’est pour dire », serait plutôt : « Mais vingt dieux, com­ment ne pas s’indigner ?! » Alors que le JT déverse à jet con­tinu les mis­ères du monde spec­tac­u­laire. Et je resterais inerte, sans gueuler ? Tout de même, il me sem­ble bien que cette dernière décen­nie aura été la plus hor­ri­ble : celle de la démo­li­tion général­isée de notre édi­fice social, économique, cul­turel, poli­tique, écologique – humain !

Tenez, dernières nou­velles du front : je ren­tre de la poste où j’avais l’intention d’acheter des tim­bres – ça se fait encore. Je fais la queue entouré d’un bazar de camelotes divers­es, jeux, livres de cui­sine, babi­oles… Soit. Dix min­utes plus tard, le guicheti­er m’apprend qu’il ne vend pas (plus) de tim­bres, « que c’est l’Automate, là der­rière vous, qui s’en charge désor­mais ; que si vous n’avez pas de mon­naie, je peux vous en faire… » J’échange donc mon bil­let de dix – mer­ci m’sieur – et me tourne vers l’Automate (majus­cule de rigueur pour les Idol­es mod­ernes) pour en com­pren­dre le fonc­tion­nement (pas trop dif­fi­cile à mon niveau 😉 et lui deman­der mal­gré moi, en le gavant de pièces, de piquer le boulot de l’aimable guicheti­er non-indigné, quoique mes remar­ques ne l’aient pas lais­sé de mar­bre.

Cette machine, certes, a été inven­tée par les hommes. Pas pour les hommes, au con­traire. Elle est là, face au guicheti­er, pour lui dire t’es con­damné mon vieux, compte vite tes abat­tis et tes pau­vres points de retraite restreinte et t’en fais pas pour autant, tu fini­ras non même pas à l’hospice, y en a plus à portée de ta bourse ; et, t’as vu, le nou­veau « grand chantier prési­den­tiel » autour de la ques­tion pipée à pro­pos de la dépen­dance : « sol­i­dar­ité nationale ou assur­ances privées ? » Réponse dans six mois, qu’ils dis­ent. C’est des auto­mates qui vien­dront te don­ner la bec­quée et te torcher, pépé ?

(Lire la suite…)


  • © Ch.- M. Schulz

    « Il faudrait comprendre que les choses sont sans espoir et être pourtant décidé à les changer. » F. Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérèglement de l'esprit, c'est de croire les choses parce qu'on veut qu'elles soient, et non parce qu'on a vu qu'elles sont en effet. » Bossuet

  • Traduire :

  • Twitter — Gazouiller

  • Énigme

    Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

    Philippe Casal, 2004 - Centre national des arts plastiques - Mucem, Marseille

  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste.
    (Claude Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexualité / politique), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la grace de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquette cou­leur et boî­tier rigide ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numéro, ci-dessus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
  • Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl”

    Comme un nuage, album photos et texte marquant le 30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986). La souscription étant close (vifs remerciements à tous les contributeurs !) l'ouvrage est désormais en vente au prix de 15 euros, franco de port. Vous pouvez le commander à partir du bouton "Acheter" ci-dessous (bien préciser votre adresse postale !)

    tcherno2-2-300x211

    Il s'agit d'un album-photo de qualité, à tirage soigné et limité, 40 p. format A4 "à l'italienne". Les photos, prises en Provence et notamment à Marseille, expriment une vision artistique sur le thème d’« après le nuage ». Cette création rejoignait l’appel à l’organisation de "1.000 événements culturels sur le thème du nucléaire", entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fukushima) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tchernobyl).
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances. (Ber­trand Russel)

  • montaigne

    Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. Montaigne - Essais, I, 26

    La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

  • « C’est pour dire » de Gérard Ponthieu, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (3.0 France). Photos, dessins et documents mentionnés sous copyright © sont protégés comme tels.
    Licence Creative Commons

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

  • Catégories d’articles

  • Salut cousin !

    Je doute donc je suis - gp

  • Fréquentation de « C’est pour dire »

    • 0
    • 981
    • 152
    • 4 810
    • 35 483
    • 1 621
    • 3 748
  • Calendrier

    janvier 2018
    lunmarmerjeuvensamdim
    « Déc  
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031 
    Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress