Islam : pourquoi beaucoup, en France, s’interdisent de nommer les faits qui gênent

Comprendre, sinon expliquer, dans le but d’apporter quelques éventuelles solutions, voilà bien ce que nous impose l’horrible décapitation du professeur d’histoire-géo de Conflans, Samuel Paty. Il y a plus d’un an maintenant, Philippe D’Iribarne se proposait de questionner l’interdit, voire le déni, qui empêchent de nommer « les faits qui gênent » à propos de l’islam. Par delà l’unanimité de circonstance que manifeste aujourd’hui « la classe politique », cette analyse reste des plus pertinentes.

Partager
Lire la suite

Conflans. L’islamisme, cet autre virus

Des guerres de religion au supplice du chevalier de la Barre en 1766 et jusqu’à cette abomination de Conflans-Sainte-Honorine, le fanatisme n’a cessé de jeter l’humanité dans le malheur. Aucun des trois monothéismes – pour s’en tenir à eux – n’a échappé à cette sorte de fatalité. Deux s’en sont plus ou moins délivrés, non sans mal – délivrez-nous du Mal… – mais pas l’islam.

Partager
Lire la suite

Alignez-vous ! par Régis Debray

S’aligner, mais sur quoi ? Et pourquoi ? S’aligner ! – point d’exclamation. Pour Régis Debray nous n’avons plus le choix, les jeux sont faits depuis que le monde est entré « en américanité » en assimilant dans la joie et la soumission consentie – « pour vivre avec son temps, parce qu’un monde est devenu le monde. » – non seulement la marchandise, ses variantes culturelles et sa langue même ; mais aussi son libéralisme et ce qu’il faut de finances et d’inégalités croissantes – et de croissance « infinie » ; mais encore, son mode de vie et de consommer, jusqu’à son « vivre en séparation », effet des communautarismes par lesquels les peuples se dissolvent : « Plus de peuple mais des populations, c’est-à-dire des communautés, c’est-à-dire des clientèles. Ainsi a-t-on remplacé « la classe par l’ethnie », « le militant par le pénitent », avec ses cortèges de repentants accablés de culpabilité, tels des boucs émissaires consentants.

Partager
Lire la suite

J.-P. Chevènement : « Ce qui est menacé, c'est la paix civile elle-même ! »

jp-chevenement Attaché aux principes indissociables de la République et de la laïcité, Jean-Pierre Chevènement s’exprime sur ce qui les menace. « Beaucoup de démagogues, déclare-t-il dans un entretien à L’Est républicain, interviennent avec des vues courtes. Ils ne se rendent pas compte que ce qui est menacé, c’est la paix civile elle-même. L’exemple des guerres de religion nous rappelle que celles-ci avancent à très bas bruit. »

Partager
Lire la suite
Translate »