On n'est pas des moutons

Mot-clé: Je-suis-Charlie


Je suis Charlie”. Deux Russes risquent cinq ans de prison

Deux citoyens russ­es ont été con­damnés pour avoir par­ticipé au mou­ve­ment ” Je suis Char­lie”. Ils sont sim­ple­ment descen­dus dans la rue avec une pan­car­te sur laque­lle on pou­vait lire ces trois mots qui ont rassem­blé près de 4 mil­lions de per­son­nes en France, pour la lib­erté de la presse et d’expression en général. Ils risquent jusqu’à 5 ans de prison.

russie charlie

Vladimir Ionov, retraité âgé de 75 ans, a été arrêté à Moscou le 10 jan­vi­er puis con­damné à 20 000 rou­bles d’amende pour avoir man­i­festé. Par ailleurs, il est inculpé pour avoir vio­lé un nou­v­el arti­cle du Code pénal (arti­cle 212.1 sur la “vio­la­tion répétée des règles de man­i­fes­ta­tions et rassem­ble­ments”) et risque jusqu’à 5 ans de prison ferme. Marc Galper­ine, a été con­damné pour les mêmes motifs. Rap­pelons que le min­istre russe des Affaires étrangères Ser­guei Lavrov par­tic­i­pait à Paris à la marche répub­li­caine du 11 jan­vi­er.

Une péti­tion a été lancée sur inter­net. On peut ajouter sa sig­na­ture aux 40.000 déjà recueil­lies.


Soumission” et Houellebecq démentis par le 11 janvier

Par Jean-François Hérouard

Charlie du jour du drame

Char­lie du jour du drame

Sous le titre « Les pré­dic­tions du mage Houelle­becq », Char­lie heb­do du 7 jan­vi­er, jour du mas­sacre, car­i­cat­u­rait l’auteur de Soumis­sion, Michel Houelle­becq (MH), en illu­miné éthylique. Mais en page intérieure, son ami Bernard Maris, un des assas­s­inés, louait l’aspect « crédi­ble » de cette poli­tique-fic­tion, soit la vic­toire poli­tique de l’Islam en France en 2022. Les man­i­fes­ta­tions  de ce dimanche 11 jan­vi­er vien­nent de démen­tir avec éclat ce scé­nario.

En 2022, les par­tis PS+UDI+UMP font alliance avec la Fra­ter­nité musul­mane (FM) pour con­tr­er le FN. Mohammed Ben Abbes devient Prési­dent de la République, Bay­rou Pre­mier min­istre, pour appli­quer une charia « light » aux effets immé­di­ats. Les femmes revê­tent de longues blous­es sur leurs pan­talons ; encour­agées par des allo­ca­tions famil­iales ren­for­cées, elles quit­tent le marché du tra­vail, faisant reculer le chô­mage… mas­culin, tan­dis que la polyg­a­mie est pro­mue. Dans les cités, la délin­quance dis­paraît. Lais­sant les min­istères régaliens à ses alliés,  Ben Abbes, qui a dû lire les thès­es de Gram­sci sur l’hégémonie cul­turelle, pri­va­tise l’enseignement, dont il a réservé le min­istère à son par­ti.

Devant le calme social retrou­vé, les con­ver­sions se mul­ti­plient, en tout pre­mier lieu à l’Université, dont celle du nar­ra­teur (sans nom), anti-héros comme tous les per­son­nages de MH. Uni­ver­si­taire sans voca­tion, spé­cial­iste de Huys­mans, cet auteur déca­dent d’A rebours dans la deux­ième par­tie du XIXe siè­cle, notre nar­ra­teur dépres­sif finit par se con­ver­tir. Pourquoi ? J’allais dire par flemme ! Bien sûr, il y trou­ve un intérêt de car­rière et de salaire, les non-con­ver­tis étant peu à peu évincés ; mais surtout il se voit doté ipso fac­to de trois épous­es d’âges étagés selon leurs fonc­tions, sex­uelle, domes­tique, de représen­ta­tion sociale, lui dont la vie amoureuse lam­en­ta­ble allait de médiocres con­quêtes étu­di­antes en mas­tur­ba­tions devant des vidéos porno.

Plus fon­da­men­tale­ment  (si j’ose dire !), à l’instar de Des Esseintes, ce per­son­nage de Huys­mans se con­ver­tis­sant au catholi­cisme pour ses qual­ités esthé­tiques, il s’agit par cette soumis­sion de met­tre fin à la dés­espérance cré­pus­cu­laire dont il souf­fre, et qu’il attribue à l’absence de tran­scen­dance dans la civil­i­sa­tion con­tem­po­raine.

On com­prend com­ment une cer­taine gauche a pu porter  au pina­cle MH pour sa cri­tique du libéral­isme et de la société de con­som­ma­tion, tan­dis qu’une droite extrême se retrou­vait dans son regret d’un pré­ten­du ordre naturel, dont le fonde­ment religieux sou­tiendrait l’ordre patri­ar­cal. Les déc­la­ra­tions de MH à l’Obs (8 au 11 jan­vi­er) jet­tent le masque : « Un courant d’idées né avec le protes­tantisme, qui a con­nu son apogée au siè­cle des Lumières, et pro­duit la Révo­lu­tion, est en train de mourir (…) Un com­pro­mis est pos­si­ble entre catholi­cisme renais­sant et l’islam [d’où faire de Bay­rou un Pre­mier min­istre — NdR !]. Mais pour cela, il faut que quelque chose casse. Ce sera la République. »

Houellebecq / Faber

© faber 2015

Habile con­teur, MH sait tri­cot­er à coup sûr une fic­tion. Au détail près de l’hypothèse ini­tiale : com­ment imag­in­er qu’un élec­torat de cinq mil­lions de musul­mans, eux-mêmes bien loin d’être unanimes (à sup­pos­er qu’ils aient eu le droit de vote et l’exercent…), entraîn­eraient  leurs com­pa­tri­otes à suiv­re les con­signes de par­tis déval­ués pour élire Ben Abbes ?

EXTRAIT « Là où Tariq Ramadan présen­tait la charia comme une option nova­trice, voire révo­lu­tion­naire, Ben Abbes lui resti­tu­ait sa valeur ras­sur­ante, tra­di­tion­nelle – avec un par­fum d’exotisme qui la rendait de sur­croît désir­able. Con­cer­nant la restau­ra­tion de la famille, de la morale tra­di­tion­nelle et implicite­ment du patri­ar­cat, un boule­vard s’ouvrait devant lui que la droite ne pou­vait emprunter, et le Front nation­al pas davan­tage, sans se voir qual­i­fiés de réac­tion­naires, voire de fas­cistes par les ultimes soix­ante-huitards, momies pro­gres­sistes mourantes, soci­ologique­ment exsangues mais réfugiés dans des citadelles médi­a­tiques d’où ils demeu­raient capa­bles de lancer des impré­ca­tions […] ; lui seul était à l’abri de tout dan­ger. » (Soumis­sion, p.153)

Ecrivain certes, MH est surtout un idéo­logue sub­tile­ment dis­simulé der­rière un humoriste. Barthes – et Godard en d’autres ter­mes – dis­ait à peu près que la gram­maire était affaire d’éthique. C’est ce que con­firme le style « plat » très par­ti­c­uli­er de MH, proche de celui des revues de vul­gar­i­sa­tion sci­en­tifique, qu’il agré­mente en ravau­dant dif­férents types de dis­cours en habit d’Arlequin, avec dans ce puz­zle de styles des morceaux de vrai lan­gage par­lé, à la lim­ite de l’écriture des romans de gare. Le tout vise à don­ner au texte un effet insi­dieux de vérité soci­ologique.

Dans le même temps, ce style en patch­work séduisant, acces­si­ble au plus grand nom­bre mais plein de clins d’œil éru­dits en direc­tion des  bac+5, entre­tient chez le lecteur une méfi­ance envers le lan­gage, inca­pable d’aucune vérité, siphon­né de tout sens pos­si­ble, comme miné de l’intérieur par une patholo­gie nihiliste, par­faite­ment syn­chrone avec le diag­nos­tic de MH sur le monde con­tem­po­rain. D’où cet effet per­vers : MH brouille les pistes, on adhère (par­tielle­ment) à ses dénon­ci­a­tions de phénomènes aux­quels il  con­tribue lui-même par son style aguicheur, sans qu’on puisse jamais tranch­er l’ambiguïté entre ce qu’il met dans la bouche de son per­son­nage et ce qu’il pense, lui.

cabu-charlie-houellebecq

Un des derniers Cabu dans Char­lie

C’est ain­si que j’analyse les raisons de son suc­cès (le Goncourt 2010 est l’auteur français le plus lu et le plus traduit dans le monde) et… mon malaise. Car comme tous les déclin­istes, haïs­sant Mai 68 et le fémin­isme, MH amène à penser que face à un pré­ten­du état d’avachissement désen­chan­té de la France, il nous faudrait un pou­voir fort.  Ne déclarait-il pas (Lire d’août 2001) que De Gaulle l’énervait, pré­cisant: « Finale­ment,  j’ai plus de sym­pa­thie pour Pétain! » Alors, à défaut de l’irréaliste prési­dence islamique, une alliance UMP-FN ? À la dernière page du Char­lie assas­s­iné, Cabu mon­tre un MH souf­fre­teux sur les genoux de Mme Le Pen qui lui dit : « Tu seras mon Mal­raux » !

Aux dernières nou­velles, après la journée his­torique du 11 jan­vi­er, affichant de toutes autres valeurs que la soumis­sion !, MH renon­cerait à la pro­mo­tion de son livre et quit­terait le sol français.


Je suis Charl…”

Ce fameux dimanche, Bat­man n’était pas d’humeur à bat­i­fol­er. En approche de la République, croisant  sur son chemin la pre­mière man­i­fes­tante, celle-ci eut l’innocence de vouloir lui déclin­er son iden­tité.

charlie faberLa pho­to n’a pas été pub­liée, l’incident est resté secret et Bat­man a finale­ment rebroussé chemin : trop de boulot pour un dimanche.

Pen­dant ce temps, Faber, lui, manu-fes­sait, his­toire de per­pétuer l’espèce irrévéren­cieuse, sac­rilège, icon­o­claste et blas­phé­ma­toire. Il s’expose aux ter­ri­bles foudres dudit Bat­man.

charlie dessin faber

© faber

À suiv­re dans Char­lie Heb­do.


Esprit Charlie es-tu là ?

je-suis-charlie

-

Grande célébra­tion pro­pi­tia­toire* à l’entrée de la crèche de Char­lie et devant des mil­lions de témoins. Sur la pho­to de rédemp­tion, on recon­naît entre autres : les dix-sept vic­times de l’horreur obscu­ran­tiste rejointes notam­ment, selon leur ordre de dis­pari­tion, par :  Reis­er (déco­ra­teur de la crèche), Gébé, Choron, Cavan­na. Nous ne les oublierons pas.

* Du latin pro­pi­tia­to­ri­um. Qui a pour but de ren­dre (Dieu) prop­ice.


  • © Ch.- M. Schulz

    « Il faudrait comprendre que les choses sont sans espoir et être pourtant décidé à les changer. » F. Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérèglement de l'esprit, c'est de croire les choses parce qu'on veut qu'elles soient, et non parce qu'on a vu qu'elles sont en effet. » Bossuet

  • Traduire :

  • Twitter — Gazouiller

  • Énigme

    Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

    Philippe Casal, 2004 - Centre national des arts plastiques - Mucem, Marseille

  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste.
    (Claude Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexualité / politique), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la grace de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquette cou­leur et boî­tier rigide ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numéro, ci-dessus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
  • Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl”

    Comme un nuage, album photos et texte marquant le 30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986). La souscription étant close (vifs remerciements à tous les contributeurs !) l'ouvrage est désormais en vente au prix de 15 euros, franco de port. Vous pouvez le commander à partir du bouton "Acheter" ci-dessous (bien préciser votre adresse postale !)

    tcherno2-2-300x211

    Il s'agit d'un album-photo de qualité, à tirage soigné et limité, 40 p. format A4 "à l'italienne". Les photos, prises en Provence et notamment à Marseille, expriment une vision artistique sur le thème d’« après le nuage ». Cette création rejoignait l’appel à l’organisation de "1.000 événements culturels sur le thème du nucléaire", entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fukushima) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tchernobyl).
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances. (Ber­trand Russel)

  • montaigne

    Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. Montaigne - Essais, I, 26

    La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

  • « C’est pour dire » de Gérard Ponthieu, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (3.0 France). Photos, dessins et documents mentionnés sous copyright © sont protégés comme tels.
    Licence Creative Commons

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

  • Catégories d’articles

  • Salut cousin !

    Je doute donc je suis - gp

  • Fréquentation de « C’est pour dire »

    • 0
    • 981
    • 152
    • 4 811
    • 35 484
    • 1 621
    • 3 748
  • Calendrier

    janvier 2018
    lunmarmerjeuvensamdim
    « Déc  
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031 
    Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress