On n'est pas des moutons

Mot-clé: laïcité

En langue des médias, liberté se dit laïcité

Un dimanche matin, celui d’un dimanche d’« après ». Plus tout à fait comme « avant ». Après mes ablutions, le café et toute la procédure de démarrage du lambda qui s’est couché tard pour cause de chaos mondial, j’allume mon ordi resté en mode télé de la veille. Et voilà que je tombe (France 2) sur trois lascars en cravates devisant, peinards, sur l’étymologie des prénoms musulmans en langue arabe. C’est l’émission « Islam » : fort intéressante. Je suis sur le service public de la télé. Vont suivre « La Source de vie », émission des juifs, puis « Présence protestante », puis « Le Jour du Seigneur ». Et, enfin, Nagui reprend les rênes avec « Tout le monde veut prendre sa place »… (Je n’ose voir là-dedans une hiérarchie calculée…)

Donc, pas de pain, mais du religieux et du reli-jeux… Facile ? Peut-être mais quand même un chouïa profond. Dans les deux cas, il s’agit de relier, autant que possible, selon des niveaux de croyances bien séparés de la pensée critique, en strates, en couches sédimentaires. Je veux dire qu’entre « tout ça », ça ne relie pas beaucoup… Chacun restant dans ses référents ancrés au plus profond de soi, depuis l’inculcation parentale, selon qu’on sera né à Karachi, Niamey, Los Angeles, Marseille, Paris XVIe ou Gennevilliers.

Entre-temps j’ai allumé le poste (France Culture, ma radio préférée, de loin !). Et là, dimanche oblige, vont se succéder : Chrétiens d'Orient, Service protestant, La Chronique science (trois minutes…), Talmudiques, Divers aspects de la pensée contemporaine : aujourd’hui la Grande loge de France (ça peut aussi être le Grand orient, la Libre pensée, etc., selon le tour de « garde »). Et, bien sûr, la Messe.

On est toujours sur le service public des médias d’un pays laïc et je trouve ça plutôt bien, même si, on le devine, toutes les innombrables chapelles, obédiences et autres tendances font la queue devant le bureau de la programmation de Radio France pour quémander leurs parts de prêche.

sempe-tele-laicite

– Maintenant, je voudrais vous poser la question que doivent se poser tous nos spectateurs : Comment votre concept onirique à tendance kafkaïenne coexiste-t-il avec la vision sublogique que vous vous faites de l'existence intrinsèque ? [© Sempé]

Je trouve ça plutôt bien, et qu'on nous foute la paix ! Surtout dans la mesure où – pour parler précisément de France Culture – le reste des programmes est essentiellement orienté sur la culture, au sens plein – incluant à l’occasion les religions –, et tout le champ des connaissances : philosophiques, historiques, anthropologiques, sociologiques –scientifiques en général, sans oublier l’information (les Matins avec Marc Voinchet, 6 h 30 – 9 h, sont exemplaires).

Je me dis qu’une telle radio s’inscrit dans l’« exception culturelle » française et qu’elle est précisément un produit de notre laïcité. Et je note aussi un autre effet, tout récent celui-là car lié aux attentats du 7 janvier, et en particulier le premier contre Charlie Hebdo. Il ne s’agit nullement de minimiser celui contre les juifs du magasin casher, évidemment, mais seulement d’en rester au fait de la liberté d’expression et de caricature. Je trouve, en effet, que le ton des médias a monté d’un cran dans l’expression même de cette liberté, du moins dans une certaine vigueur de langage, voire une verdeur – ce qui constitue un signe manifeste et supplémentaire de libération.

Encore un effort ! Et pourvu que ça dure.


Déjà le papa de Charlie…

Il y a qua­ran­te ans déjà, Hara-Kiri ren­trait dans les ordres… Apô­tres de la pro­voc, rois du blas­phè­me, Cavan­na,  Cho­ron et leur ban­de n’y allaient pas par qua­tre che­mins (de croix). Leurs des­cen­dants ont des excu­ses : c’est dans leurs gènes que ça se pas­se. [Mer­ci spé­cial à l’ami Daniel aux archi­ves si bien tenues…]


Menaces islamiques sur le droit au blasphème

Ren­dons grâ­ce à Char­lie Heb­do qui aura donc contri­bué à appe­ler un chat un chat et de même un inté­gris­te fana­ti­que. Au moins sait-on mieux de quoi on cau­se et quels sont les enjeux fon­da­men­taux ain­si mis au jour. Pour preu­ve sup­plé­men­tai­re cet­te infor­ma­tion :

 

L’OCI veut ins­cri­re le blas­phè­me dans le droit inter­na­tio­nal

 

Selon l’agence Reu­ters, repri­se par LeMonde.fr, […] « l’Organisation de la coopé­ra­tion isla­mi­que (OCI), qui regrou­pe 57 Etats, a annon­cé, mer­cre­di 19 sep­tem­bre, qu’elle redou­ble­rait d’efforts pour fai­re ins­cri­re le blas­phè­me par­mi les cri­mes et délits recon­nus en droit inter­na­tio­nal. L’initiative se veut une répon­se aux mani­fes­ta­tions de colè­re qui ont sui­vi la dif­fu­sion sur inter­net d’un film isla­mo­pho­be tour­né aux Etats-Unis et la publi­ca­tion en Fran­ce de cari­ca­tu­res du pro­phè­te Maho­met par l’hebdomadaire Char­lie Heb­do.

 

« Depuis 1999, l’OCI défend, devant la com­mis­sion des droits de l’homme de l’ONU, le concept de « dif­fa­ma­tion des reli­gions », un faux nez pour impo­ser au mon­de un contro­ver­sé « délit de blas­phè­me ». Cha­que année les pays occi­den­taux, rejoints par l’Amérique lati­ne et l’Afrique, s’y oppo­sent fer­me­ment au nom de la liber­té d’expression et du droit inter­na­tio­nal.

 

« Mais pour Ekme­led­din Ihsa­no­glu, secré­tai­re géné­ral de l’OCI, il est temps que la com­mu­nau­té inter­na­tio­na­le ces­se de « se cacher der­riè­re le pré­tex­te de la liber­té d’expression ». « Les abus déli­bé­rés, moti­vés et sys­té­ma­ti­ques de cet­te liber­té », a-t-il ajou­té, sont un dan­ger pour la sécu­ri­té et la sta­bi­li­té mon­dia­les.

 

« La com­mis­sion des droits de l’homme de l’OCI a jugé paral­lè­le­ment que « l’intolérance crois­san­te envers les musul­mans » devait être conte­nue et a récla­mé « un code de condui­te inter­na­tio­nal s’appliquant aux médias et aux médias sociaux afin de reje­ter la pro­pa­ga­tion de docu­ments inci­tant [à cet­te into­lé­ran­ce] ».

 

« Il sem­ble peu pro­ba­ble que l’OCI, qui mène cam­pa­gne depuis plus de dix ans sur ce sujet, ral­lie les Occi­den­taux à leur cau­se. D’autant plus que ces pays s’inquiètent de l’effet répres­sif des lois contre le blas­phè­me en vigueur dans cer­tains pays musul­mans com­me le Pakis­tan, où le blas­phè­me est pas­si­ble de la pei­ne de mort. »

 

• Nota : On appré­cie­ra dans l’expression « l’intolérance crois­san­te envers les musul­mans »,  un gros­sier ren­ver­se­ment de l’argument visant à mas­quer l’intolérance même des­dits musul­mans – ou du moins de sa part d’intolérants..




  • © Ch.- M. Schulz

    « Il fau­drait com­pren­dre que les cho­ses sont sans espoir et être pour­tant déci­dé à les chan­ger. » F. Scott Fitz­ge­rald, Gats­by le magni­fi­que, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérè­gle­ment de l’esprit, c’est de croi­re les cho­ses par­ce qu’on veut qu’elles soient, et non par­ce qu’on a vu qu’elles sont en effet. » Bos­suet

  • Traduire :

  • Abonnez-vous !

    Saisissez votre @dresse pour vous abonner à « C’est pour dire » et recevoir un courriel à chaque nouvel article publié.

  • Twitter - Gazouiller

  • Énigme

    Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

    Phi­lip­pe Casal, 2004 - Cen­tre natio­nal des arts plas­ti­ques - Mucem, Mar­seille

  • Et ça, c’est tentant aussi…

  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus mani­fes­te.
    (Clau­de Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexua­li­té / poli­ti­que), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la gra­ce de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquet­te cou­leur et boî­tier rigi­de ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numé­ro, ci-des­sus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
  • « Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl »

    Com­me un nua­ge, album pho­tos et tex­te mar­quant le 30e anni­ver­sai­re de la catas­tro­phe de Tcher­no­byl (26 avril 1986). La sous­crip­tion étant clo­se (vifs remer­cie­ments à tous les contri­bu­teurs !) l’ouvrage est désor­mais en ven­te au prix de 15 euros, fran­co de port. Vous pou­vez le com­man­der à par­tir du bou­ton « Ache­ter » ci-des­sous (bien pré­ci­ser votre adres­se pos­ta­le !)

    tcherno2-2-300x211

    Il s’agit d’un album-pho­to de qua­li­té, à tira­ge soi­gné et limi­té, 40 p. for­mat A4 « à l’italienne ». Les pho­tos, pri­ses en Pro­ven­ce et notam­ment à Mar­seille, expri­ment une vision artis­ti­que sur le thè­me d’« après le nua­ge ». Cet­te créa­tion rejoi­gnait l’appel à l’organisation de « 1.000 évé­ne­ments cultu­rels sur le thè­me du nucléai­re », entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fuku­shi­ma) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tcher­no­byl).
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liber­té d’expression est le carac­tère dou­teux de tou­tes nos croyan­ces. (Ber­trand Rus­sel)

  • montaigne

    Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. Montaigne - Essais, I, 26

    La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

  • « C’est pour dire » de Gérard Pon­thieu, est mis à dis­po­si­tion selon les ter­mes de la licen­ce Crea­ti­ve Com­mons : Attri­bu­tion - Pas d’Utilisation Com­mer­cia­le - Pas de Modi­fi­ca­tion (3.0 Fran­ce). Pho­tos, des­sins et docu­ments men­tion­nés sous copy­right © sont pro­té­gés com­me tels.
    Licence Creative Commons

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le mon­de chan­ge »

  • Catégories d’articles

  • Salut cousin !

    Je dou­te donc je suis - gp

  • Calendrier

    avril 2017
    lunmarmerjeuvensamdim
    « Mar  
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress