On n'est pas des moutons

Mot-clé: laïcité

Iran : Dieu sur la sellette

Par Lau­rent Jof­frin, directeur de Libéra­tion

Comme à plein d’autres con­nec­tés, le directeur de Libé m’envoie chaque jour sa « let­tre poli­tique ». J’aime bien la lire, la trou­vant le plus sou­vent aus­si per­ti­nente que bien troussée. Ce 3 jan­vi­er donc, tan­dis que Le Monde, à sa une, fai­sait mumuse avec Macron, Lau­rent Jof­frin traitait de la sit­u­a­tion en Iran en un rac­cour­ci géopoli­tique qui ne manque pas de nous inter­peller. Il y abor­de en effet la ques­tion si fon­da­men­tale de la laïc­ité, et cela au moment où le même Macron (celui du Monde) reçoit le dic­ta­teur turc et, surtout, ayant reçu la veille les représen­tants des reli­gions établies, nous refait le coup de la « laïc­ité ouverte ». Jof­frin remet à sa façon les églis­es à leur plus juste place et, plus générale­ment, Dieu à la sienne.

Iran : Dieu sur la sellette

Il est une leçon écla­tante de la crise irani­enne qu’on ne tire guère, mais qui se voit pour­tant comme le tur­ban sur la tête d’un mol­lah : les rav­ages qu’exerce la reli­gion dès qu’on la mélange avec la poli­tique. On par­le sou­vent de l’Iran en enfi­lant les per­les : « un grand pays », « héri­ti­er d’une civil­i­sa­tion plusieurs fois mil­lé­naire », « acteur incon­tourn­able de la région », etc., toutes choses vraies qui ne nous appren­nent rien sur la sit­u­a­tion du pays. L’Iran d’aujourd’hui est d’abord une théocratie. Ce pays de cul­ture et de créa­tiv­ité vit sous la férule de religieux obscu­ran­tistes qui main­ti­en­nent la société dans les rets d’une dic­tature minu­tieuse. Les mol­lahs con­trô­lent non seule­ment l’Etat, les finances, l’armée, mais aus­si la presse, les écrans, la vie quo­ti­di­enne et même les tenues ves­ti­men­taires. Le jeu poli­tique se lim­ite à l’affrontement des fac­tions chi­ites, dont cer­taines sont plus ouvertes que d’autres, mais qui se rejoignent pour con­serv­er les bases du régime exis­tant.

Les protes­ta­tions en cours, d’apparence économique ou sociale, visent en fait le cœur du sys­tème. On con­teste les dépens­es occa­sion­nées par une poli­tique étrangère fondée sur le sou­tien per­ma­nent aux alliés religieuse­ment proches, le Hezbol­lah, ou bien le pou­voir alaouite en Syrie. On met en cause les sub­ven­tions mas­sives accordées aux asso­ci­a­tions religieuses. On s’indigne de la ges­tion désas­treuse des « ban­ques islamiques ». On dénonce la cor­rup­tion de l’establishment religieux qui détourne à grands seaux l’argent pub­lic au prof­it d’une mince couche de dig­ni­taires. Au som­met de l’appareil répres­sif, les « gar­di­ens de la révo­lu­tion », troupe d’élite héri­tière du khome­in­isme pur et dur, restent les prin­ci­paux garants de la dic­tature, soucieux avant tout de réprimer toute aspi­ra­tion pop­u­laire à un peu plus de lib­erté.

Cet impéri­al­isme du spir­ituel est un mal du siè­cle qui com­mence. On le retrou­ve évidem­ment dans les monar­chies du golfe, tout aus­si total­i­taires, ou dans la folle entre­prise ter­ror­iste des minorités islamistes. Mais aus­si, sous une forme heureuse­ment plus bénigne, dans cer­taines démoc­ra­ties. L’alliance de Trump avec la fac­tion évangélique aggrave sa poli­tique. L’influence poli­tique des religieux en Israël bloque tout espoir de paix avec les Pales­tiniens. Le pou­voir de l’orthodoxie en Grèce ralen­tit les réformes sociales et con­forte en Russie la démoc­ra­ture pou­tini­enne. Bref, Dieu, per­son­ne privée, se mêle de plus en plus de ce qui ne le regarde pas, à savoir l’organisation de la cité. Le sécu­lar­isme dans les régimes de droit, ou la laïc­ité en France, reste l’un des biens les plus pré­cieux pour tous ceux qui sont attachés à la lib­erté.

–––

Repris ici un jour après sa pub­li­ca­tion, j’ose espér­er que Lau­rent Jof­frin ne m’en voudra pas de cet inno­cent piratage…


En langue des médias, liberté se dit laïcité

Un dimanche matin, celui d’un dimanche d’« après ». Plus tout à fait comme « avant ». Après mes ablu­tions, le café et toute la procé­dure de démar­rage du lamb­da qui s’est couché tard pour cause de chaos mon­di­al, j’allume mon ordi resté en mode télé de la veille. Et voilà que je tombe (France 2) sur trois las­cars en cra­vates devisant, peinards, sur l’étymologie des prénoms musul­mans en langue arabe. C’est l’émission « Islam » : fort intéres­sante. Je suis sur le ser­vice pub­lic de la télé. Vont suiv­re « La Source de vie », émis­sion des juifs, puis « Présence protes­tante », puis « Le Jour du Seigneur ». Et, enfin, Nagui reprend les rênes avec « Tout le monde veut pren­dre sa place »… (Je n’ose voir là-dedans une hiérar­chie cal­culée…)

Donc, pas de pain, mais du religieux et du reli-jeux… Facile ? Peut-être mais quand même un chouïa pro­fond. Dans les deux cas, il s’agit de reli­er, autant que pos­si­ble, selon des niveaux de croy­ances bien séparés de la pen­sée cri­tique, en strates, en couch­es sédi­men­taires. Je veux dire qu’entre « tout ça », ça ne relie pas beau­coup… Cha­cun restant dans ses référents ancrés au plus pro­fond de soi, depuis l’inculcation parentale, selon qu’on sera né à Karachi, Niamey, Los Ange­les, Mar­seille, Paris XVIe ou Gen­nevil­liers.

Entre-temps j’ai allumé le poste (France Cul­ture, ma radio préférée, de loin !). Et là, dimanche oblige, vont se suc­céder : Chré­tiens d’Orient, Ser­vice protes­tant, La Chronique sci­ence (trois min­utes…), Tal­mudiques, Divers aspects de la pen­sée con­tem­po­raine : aujourd’hui la Grande loge de France (ça peut aus­si être le Grand ori­ent, la Libre pen­sée, etc., selon le tour de « garde »). Et, bien sûr, la Messe.

On est tou­jours sur le ser­vice pub­lic des médias d’un pays laïc et je trou­ve ça plutôt bien, même si, on le devine, toutes les innom­brables chapelles, obé­di­ences et autres ten­dances font la queue devant le bureau de la pro­gram­ma­tion de Radio France pour qué­man­der leurs parts de prêche.

sempe-tele-laicite

– Main­tenant, je voudrais vous pos­er la ques­tion que doivent se pos­er tous nos spec­ta­teurs : Com­ment votre con­cept onirique à ten­dance kafkaïenne coex­iste-t-il avec la vision sublogique que vous vous faites de l’existence intrin­sèque ? [© Sem­pé]

Je trou­ve ça plutôt bien, et qu’on nous foute la paix ! Surtout dans la mesure où – pour par­ler pré­cisé­ment de France Cul­ture – le reste des pro­grammes est essen­tielle­ment ori­en­té sur la cul­ture, au sens plein – inclu­ant à l’occasion les reli­gions –, et tout le champ des con­nais­sances : philosophiques, his­toriques, anthro­pologiques, soci­ologiques –sci­en­tifiques en général, sans oubli­er l’information (les Matins avec Marc Voinchet, 6 h 30 – 9 h, sont exem­plaires).

Je me dis qu’une telle radio s’inscrit dans l’« excep­tion cul­turelle » française et qu’elle est pré­cisé­ment un pro­duit de notre laïc­ité. Et je note aus­si un autre effet, tout récent celui-là car lié aux atten­tats du 7 jan­vi­er, et en par­ti­c­uli­er le pre­mier con­tre Char­lie Heb­do. Il ne s’agit nulle­ment de min­imiser celui con­tre les juifs du mag­a­sin cash­er, évidem­ment, mais seule­ment d’en rester au fait de la lib­erté d’expression et de car­i­ca­ture. Je trou­ve, en effet, que le ton des médias a mon­té d’un cran dans l’expression même de cette lib­erté, du moins dans une cer­taine vigueur de lan­gage, voire une verdeur – ce qui con­stitue un signe man­i­feste et sup­plé­men­taire de libéra­tion.

Encore un effort ! Et pourvu que ça dure.


Déjà le papa de Charlie…

Il y a quar­ante ans déjà, Hara-Kiri ren­trait dans les ordres… Apôtres de la provoc, rois du blas­phème, Cavan­na,  Choron et leur bande n’y allaient pas par qua­tre chemins (de croix). Leurs descen­dants ont des excus­es : c’est dans leurs gènes que ça se passe. [Mer­ci spé­cial à l’ami Daniel aux archives si bien tenues…]


Menaces islamiques sur le droit au blasphème

Ren­dons grâce à Char­lie Heb­do qui aura donc con­tribué à appel­er un chat un chat et de même un inté­griste fana­tique. Au moins sait-on mieux de quoi on cause et quels sont les enjeux fon­da­men­taux ain­si mis au jour. Pour preuve sup­plé­men­taire cette infor­ma­tion :

 

L’OCI veut inscrire le blas­phème dans le droit inter­na­tion­al

 

Selon l’agence Reuters, reprise par LeMonde.fr, […] « l’Organisation de la coopéra­tion islamique (OCI), qui regroupe 57 Etats, a annon­cé, mer­cre­di 19 sep­tem­bre, qu’elle redou­blerait d’efforts pour faire inscrire le blas­phème par­mi les crimes et dél­its recon­nus en droit inter­na­tional. L’initiative se veut une réponse aux man­i­fes­ta­tions de colère qui ont suivi la dif­fu­sion sur inter­net d’un film islam­o­phobe tourné aux Etats-Unis et la pub­li­ca­tion en France de car­i­ca­tures du prophète Mahomet par l’hebdomadaire Char­lie Heb­do.

 

« Depuis 1999, l’OCI défend, devant la com­mis­sion des droits de l’homme de l’ONU, le con­cept de “diffama­tion des reli­gions”, un faux nez pour impos­er au monde un con­tro­ver­sé “délit de blas­phème”. Chaque année les pays occi­den­taux, rejoints par l’Amérique latine et l’Afrique, s’y opposent fer­me­ment au nom de la lib­erté d’expression et du droit inter­na­tion­al.

 

« Mais pour Ekmeled­din Ihsanoglu, secré­taire général de l’OCI, il est temps que la com­mu­nauté inter­na­tionale cesse de “se cacher der­rière le pré­texte de la lib­erté d’expression”. “Les abus délibérés, motivés et sys­té­ma­tiques de cette lib­erté”, a-t-il ajouté, sont un dan­ger pour la sécu­rité et la sta­bil­ité mon­di­ales.

 

« La com­mis­sion des droits de l’homme de l’OCI a jugé par­al­lèle­ment que “l’intolérance crois­sante envers les musul­mans” devait être con­tenue et a réclamé “un code de con­duite inter­na­tion­al s’appliquant aux médias et aux médias soci­aux afin de rejeter la prop­a­ga­tion de doc­u­ments inci­tant [à cette intolérance]”.

 

« Il sem­ble peu prob­a­ble que l’OCI, qui mène cam­pagne depuis plus de dix ans sur ce sujet, ral­lie les Occi­den­taux à leur cause. D’autant plus que ces pays s’inquiètent de l’effet répres­sif des lois con­tre le blas­phème en vigueur dans cer­tains pays musul­mans comme le Pak­istan, où le blas­phème est pas­si­ble de la peine de mort. »

 

• Nota : On appréciera dans l’expression “l’intolérance crois­sante envers les musul­mans”,  un grossier ren­verse­ment de l’argument visant à mas­quer l’intolérance même des­dits musul­mans – ou du moins de sa part d’intolérants..




  • © Ch.- M. Schulz

    « Il faudrait comprendre que les choses sont sans espoir et être pourtant décidé à les changer. » F. Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérèglement de l'esprit, c'est de croire les choses parce qu'on veut qu'elles soient, et non parce qu'on a vu qu'elles sont en effet. » Bossuet

  • Traduire :

  • Twitter — Gazouiller

  • Énigme

    Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

    Philippe Casal, 2004 - Centre national des arts plastiques - Mucem, Marseille

  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste.
    (Claude Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexualité / politique), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la grace de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquette cou­leur et boî­tier rigide ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numéro, ci-dessus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
  • Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl”

    Comme un nuage, album photos et texte marquant le 30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986). La souscription étant close (vifs remerciements à tous les contributeurs !) l'ouvrage est désormais en vente au prix de 15 euros, franco de port. Vous pouvez le commander à partir du bouton "Acheter" ci-dessous (bien préciser votre adresse postale !)

    tcherno2-2-300x211

    Il s'agit d'un album-photo de qualité, à tirage soigné et limité, 40 p. format A4 "à l'italienne". Les photos, prises en Provence et notamment à Marseille, expriment une vision artistique sur le thème d’« après le nuage ». Cette création rejoignait l’appel à l’organisation de "1.000 événements culturels sur le thème du nucléaire", entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fukushima) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tchernobyl).
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances. (Ber­trand Russel)

  • montaigne

    Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. Montaigne - Essais, I, 26

    La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

  • « C’est pour dire » de Gérard Ponthieu, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (3.0 France). Photos, dessins et documents mentionnés sous copyright © sont protégés comme tels.
    Licence Creative Commons

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

  • Catégories d’articles

  • Salut cousin !

    Je doute donc je suis - gp

  • Fréquentation de « C’est pour dire »

    • 0
    • 981
    • 152
    • 4 810
    • 35 483
    • 1 621
    • 3 748
  • Calendrier

    janvier 2018
    lunmarmerjeuvensamdim
    « Déc  
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031 
    Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress