On n'est pas des moutons

Montauban-Toulouse et les prédictions d” « Isidore »

 Je ne sais qui est cet « Isi­dore » qui a déposé hier sur ce blog un com­men­taire sur l’affaire Montauban-Toulouse. Mais le lien qu’il a ajouté mène à son blog, La Gnos­tie d’Isidore, où l’on peut lire ce qui suit, daté du 23 février der­nier, sous le titre « Pré­dic­ti­vité ». Pro­pos que je lui emprunte sans hési­ter (et sans son avis…).

Pré­dic­ti­vité

Hélas, chers amis, nous aurons notre petit atten­tat, peut-être pas trop san­glant, en France, pour cor­ro­bo­rer le carac­tère sécu­ri­taire néces­saire à notre cher pays de liberté, dont ont besoin notre indus­trie, la pro­tec­tion des riches, celle de leur moral et tout bon­ne­ment cette repous­sante morale sociale, afin de domp­ter, par la force des matraques et autres armes de conten­tion des masses telles que décrets et lois ad hocdont on nous a donné l’habitude, dans les 45 jours qui viennent, à peu de chose près. C’est abso­lu­ment néces­saire pour éle­ver le nabot à nou­veau aux hau­teurs de sa tâche : les esprits sont beau­coup trop revêches sinon même rebelles.Les pleur­ni­cha­de­ries qu’on nous montre et qu’on vou­drait des pan­se­ments à des manques et mal­ver­sa­tions volon­taires, tournent trop à la rigo­lade ou l’odeur de vinaigre et n’y suf­fissent plus, tant elles ont le pesant de la cré­di­bi­lité d’un cour­tier ; ses déci­sions de der­niers ins­tants se vou­draient vrai­ment convain­cantes, à la manière d’un cache-sexe sans devant ni der­rière, et d’une radi­ca­lité qui sort après quatre métros de retard ; ses révoltes contre l’état de fait qu’on a soi-même ins­tauré par ses ins­ti­tu­tions sau­mâtres et qu’on a impo­sées à coups de ren­forts bleu-marine et de coques pare-balles, de casques et de gaz lacry­mo­gènes, d’interdits à la libre-circulation sous des pré­textes sécu­ri­taires qui ne consistent qu’à se pro­té­ger soi de la popu­lasse qu’on abhorre lorsqu’elle vous contre­dit, sentent exces­si­ve­ment l’hilarité osten­ta­toire, s’il ne s’agissait que d’accélérer notre désap­poin­te­ment devant tant de vergogne.Il faut s’attendre donc à une gou­ver­nance par le choc socialqui se pra­tique dans l’invention d’une ter­reur dont l’objet est de vous atteindre au ventre, là où on veut vous esbaudir.Je sou­haite sim­ple­ment, devant cet inévi­table « impos­sible » que les gens res­te­ront affec­ti­ve­ment calmes et pen­se­ront et com­pren­dront qu’à nou­veau, un coup sera porté à leur désir de mieux être et ne défailli­ront pas sous ce choc des­tiné à détrô­ner pour que vous le cachiez comme un tré­sor qui n’a plus à être décou­vert, ce qu’ils ont de plus cher, de plus vivant, de plus radieux et de plus incer­tain : la LIBERTÉ.

Publié par , 23 février 2012

Share Button

Page noire

Libé­ra­tion du 20/3/12 . En effet, rien à ajouter.

Share Button

Hans Rosling et la machine à laver magique

Cette allé­go­rie autour de la machine à laver pro­vient d’une des fameuses confé­rences de l’organisation états-unienne TED (Tech­no­logy Enter­tain­ment Design) qui se tient chaque année en Cali­for­nie – et désor­mais aussi ailleurs dans le monde. On y célèbre le pro­grès comme fac­teur… de pro­grès, en une sorte de tau­to­lo­gie le plus sou­vent naïve et bar­dée des meilleures inten­tions. On sait  que l’enfer, aussi, se trouve pavé de la même manière. Mais soit ! pre­nons à bras le corps ce débat ainsi lancé sur la tech­nique et l’avenir de l’humanité. Ça nous chan­gera des joutes élec­to­rales pla­nant très au-dessus du plan­cher des vaches – quoique…

Le confé­ren­cier est Hans Ros­ling, célèbre  méde­cin, théo­ri­cien et sta­tis­ti­cien suédois.

Vidéo de 9 mn.

Share Button

Sarkozy en famille : des gens modestes

C’est vrai, quoi, de vraies gens du peuple.

Le peuple, disait Vic­tor Hugo, c’est comme les pavés : on lui marche des­sus jusqu’à ce qu’il vous tombe sur la tête.

Source : sur la toile,  #nous­som­mes­des­gens­mo­destes pic.twitter.com/FqzeAJsM

Share Button

Le fragile portrait du joueur de l’ego

 

 «Si les Fran­çais devaient ne pas me faire confiance, est-ce que je devrais conti­nuer dans la vie poli­tique, la réponse est non.» Et le pré­sident sor­tant, maire de Neuilly à 28 ans, d’ajouter : «Ces car­rières qui n’en finissent pas, cela abou­tit à des jeunes qui ne peuvent pas mon­ter. Si tel n’est pas votre choix, je m’inclinerai et j’aurai fait une très belle vie politique.»

© Por­trait signé Alain Le Quer­nec, gra­phiste à Quim­per http://alainlequernec.fr


Si Sar­kozy n’est pas réélu, il arrête la poli­tique par war­rant

Share Button

Un florilège des errances sarkoziennes

Signant Super­yoyo sur Ago­ra­vox, un blo­gueur a com­pilé un « best of » des errances sar­ko­ziennes depuis son élec­tion jusqu’à fin 2011 – soit quatre ans et demi de décla­ra­tions, de déci­sions, de situa­tions graves ou pitoyables. Un éprou­vant bilan qui exige tout de même de ses lec­teurs, avouons-le, une cer­taine dose de sado-masochisme.

Un avant-goût ci-dessous. Le reste sur Agoravox.

 

6 mai 2007 : le Fouquet’s

7 mai 2007 : les vacances sur le yacht de Bolloré.

28 juin 2007 : Patrick DEVEDJIAN traite Anne-Marie COMPARINI (modem) de salope.

4 août 2007 : en vacances à Wol­fe­boro dans une villa qui se loue habi­tuel­le­ment 30.000 dol­lars par semaine.

21 août 2007 : La loi TEPA. 15 mil­liards d’euros par an. Grâce à cette mesure, un mil­lier de contri­buables parmi les plus for­tu­nés vont tou­cher en moyenne un chèque de 260.000 euros.

22 sep­tembre 2007 : Fran­çois FILLON estime être « à la tête d’un état en situa­tion de faillite financière ».

29 octobre 2007 : aug­men­ta­tion de son salaire de 172%.

6 novembre 2007 : « des­cends un peu le dire » au Guilvinec.

10 décembre 2007 : récep­tion de Mouam­mar KADHAFI

20 décembre 2007 : Jean-Marie BIGARD chez le Pape.

20 décembre 2007 : « Dans la trans­mis­sion des valeurs et dans l’apprentissage de la dif­fé­rence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais rem­pla­cer le curé ou le pasteur »

8 jan­vier 2008 : « Qu’est ce que vous atten­dez de moi ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ? ».

23 jan­vier 2008 : Chris­tian ESTROSI loue un jet privé pour 136 000 euros pour ne pas lou­per un pot à l’Elysée.

4 février 2008 : Nico­las SARKOZY pro­met de sau­ver l’usine Arce­lor­Mit­tal de Gan­drange. L’usine fer­mera un an plus tard

13 février 2008 : Nico­las SARKOZY veut que tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d’un des enfants fran­çais vic­times de la Shoah. Simone VEIL, ancienne dépor­tée, déclare que son « sang s’est glacé » en enten­dant cette proposition.

20 février 2008 : Chris­tine OCKRENT, com­pagne d’un ministre, est nom­mée direc­trice géné­rale de France Monde (France24, TV5 monde, RFI).

23 février 2008 : « Alors casse-toi pauvre con ».

5 juillet 2008 : « Désor­mais quand il y a une grève en France, per­sonne ne s’en aperçoit ».

3 sep­tembre 2009 : Nico­las SARKOZY, en visite à l’usine Fau­re­cia, fait sa décla­ra­tion télé­vi­sée entou­rés de per­sonnes choi­sies pour leur petite taille.

5 sep­tembre 2009 : « Il en faut tou­jours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beau­coup qu’il y a des pro­blèmes » (Brice HORTEFEUX).

23 sep­tembre 2009 : « Les para­dis fis­caux, le secret ban­caire, c’est fini. »

13 octobre « Ce qui compte en France pour réus­sir, ce n’est plus d’être bien né, c’est tra­vailler dur, et avoir fait la preuve, par ses études, par son tra­vail, de sa valeur » (à l’époque son fils était pres­senti pour prendre la pré­si­dence de l’EPAD.

9 novembre 2009 : Sur sa page face­book, Nico­las SARKOZY raconte com­ment il s’est retrouvé à Ber­lin le 9 novembre 1989 pour la chute du mur. Mais les indices mon­trant un men­songe s’accumulent.

25 jan­vier 2010 : « dans les semaines et les mois qui viennent, vous ver­rez recu­ler le chô­mage dans notre pays ».

6 mars 2010 : « L’environnement, ça com­mence à bien faire ».

22 mars 2010 : Alain JOYANDET en Mar­ti­nique en un jet privé: 116.500 euros.

16 juin 2010 : On apprend que l’état à rem­boursé 12000 euros dépen­sés par Chris­tian BLANC pour l’achat de cigares.

21 juin 2010 : Début de l’affaire WOERTH-BETTENCOURT et ses mul­tiples rebondissements

28 juillet 2010 : Sur­en­chère sécu­ri­taire. Nico­las SARKOZY parle des « com­por­te­ments de cer­tains roms ».il veut déchoir de la natio­na­lité fran­çaise les assas­sins de forces de l’ordre. Brice HORTEFEUX veut étendre cette déchéance aux cas de poly­ga­mie. Chris­tian ESTROSI pro­pose de punir les maires laxiste. Le pape en per­sonne inter­vient pour défendre les roms.

9 février 2011 : Boris BOILLON, proche de Nico­las SARKOZY, ambas­sa­deur de France en Tuni­sie, en maillot de bain sur Internet.

8 mai 2011 : Laurent WAUQUIEZ s’en prend aux béné­fi­ciaires du RSA et à l’assistanat « can­cer de la société française ».

25 juillet 2011 : La cour des comptes révèle que l’avion de Nico­las SARKOZY est équipé de deux fours, mon­tant : 75000 euros.

28 juillet 2011 : Des pho­tos montrent Brice HORTEFEUX et Jean-François COPE en com­pa­gnie de Ziad­TAK­KIE­DINE, un homme d’affaires dont le nom a sou­vent été mêlé à des scan­dales politico-financiers.

L’intégrale est à lire sur Agoravox

Share Button

Dix mots pour (mieux) entendre le jazz

Notable ini­tia­tive de Télérama.fr qui, dans son cha­pitre Musique, décor­tique quelques codes du jazz. Exemples à l’appui et illus­tra­tions sonores par des musi­ciens tout à fait « auto­ri­sés ». On y « voit » mieux dans ce qui peut appa­raître par­fois comme du cha­ra­bia d’initiés. Même esprit vul­ga­ri­sa­teur, au meilleur sens, que dans les « Leçons de jazz » d’Antoine Hervé (ou les « Leçons de musique » de Jean-François Zygel). On pour­rait ten­ter une même démarche avec la poli­tique, rayon « cacophonie »…

Cli­quer sur l’image.

[Merci Claude d’avoir débus­qué cette perle sur la toile.]

Share Button

Guerre aux chômeurs

La tasse et la chaise vides, le mégot écrasé, la une du jour, l’amertume. « Sar­kozy fait la guerre aux chô­meurs ». Hier matin à Manosque, ave­nue Jean-Giono.

 

 

 

 

Share Button

« Salauds de riches ! »

Pré­senté par l’AFP comme une « étude », l’article ci-dessous a été titré « Le riche est porté sur la triche ». Le mien, de titre, ren­voie à la célèbre invec­tive de Gabin dans La Tra­ver­sée de Paris : « Salauds de pauvres ! »…

Les per­sonnes issues des classes supé­rieures ont davan­tage ten­dance à enfreindre le code de la route, à cha­par­der des bon­bons ou à men­tir dans le but de s’enrichir encore davan­tage, selon une étude réa­li­sée aux Etats-Unis et au Canada.

L’étude, publiée aujourd’hui dans la Revue de l’Académie natio­nale des Sciences (PNAS), a été réa­li­sée par des cher­cheurs de l’Université de Cali­for­nie à Ber­ke­ley et de l’Université de Toronto, qui ont réa­lisé sept expé­riences dif­fé­rentes auprès d’une cen­taine de per­sonnes pour chaque test.

L’une de ces expé­riences a mon­tré que les pro­prié­taires de grosses cylin­drées avaient plus ten­dance que les autres à com­mettre une infrac­tion à un car­re­four et lais­saient moins tra­ver­ser les pié­tons. Un autre test réa­lisé avec un jeu de dés et une récom­pense à la clé a mon­tré que les per­sonnes se disant d’un sta­tut social supé­rieur avaient davan­tage ten­dance à men­tir sur leur score.

Lors d’un entre­tien d’embauche simulé, ces der­nières hési­taient moins à men­tir à la per­sonne qu’elles étaient cen­sées recru­ter en omet­tant de lui dire que le poste pro­posé devait rapi­de­ment être supprimé.

Et lorsqu’on leur a donné un paquet de bon­bons en leur disant qu’il était des­tiné à des enfants pré­sents dans une pièce voi­sine mais qu’elles pou­vaient se ser­vir, les per­sonnes de milieux favo­ri­sés pio­chaient davan­tage que les autres.

« La recherche de l’intérêt per­son­nel est une moti­va­tion plus impor­tante pour l’élite, et la cupi­dité qui s’accroît avec la for­tune et le rang social peut ame­ner cer­tains à mal se conduire », ont expli­qué les auteurs de l’étude.

AFP  Publié le 27/02/2012

Pas­sage recom­mandé par lObser­va­toire des inéga­li­tés

Share Button

Sarkozy aus-si !

Share Button
1 commentaire

Sarkozy. De « La France forte » à la France libre

Ça, c’est de mon pote Faber

Le reste pro­vient de la paro­die déchaî­née sur le net.

C’est beau et salutaire

le génie populaire

!

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

Ma pré­fé­rée, signée Pea­chy Carnehan

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

présidentielle 2012,sarkozy,affiche,affiches,france forte,actualité

La plus radi­cale (et confiante)

Share Button

Antoine Hervé : « Le jazzman, c’est un griot et un danseur dans sa tête »

Antoine Hervé © H. Collon/Objectif Jazz

Antoine Hervé © H. Collon/Objectif Jazz

Jazz et clas­sique, Antoine Hervé est un des plus grands pia­nistes du moment. Mais il joue aussi du « péda­gogue », cet ins­tru­ment pas si cou­rant, sinon rare, qui per­met le miracle entre un art – ou une science – et le public. Si vous vou­lez en lire davan­tage à pro­pos de sa Leçon de piano sur Bill Evans, pas­sez un moment avec lui dans l’interview qu’il m’a accor­dée pour Citi­zen Jazz. Cli­quer ici même.

Share Button

« Toutes les civilisations se valent (surtout la nôtre) »

Extrait du Lotus bleu de Hergé

« Si l’on fait, pour la beauté du geste, l’hypothèse que la bonne foi n’était pas tota­le­ment absente du concert de pro­tes­ta­tions qui a suivi la petite phrase de Claude Guéant, la polé­mique est révé­la­trice d’un pro­fond malaise. Il paraît aussi dif­fi­cile de sous­crire sans états d’âme à la for­mule du Ministre de l’Intérieur, que d’adhérer aux ripostes qu’elle a sus­ci­tées. D’un côté, nous nous sen­tons tenus de pro­fes­ser un uni­ver­sa­lisme accueillant à la diver­sité des cultures. Nous refu­sons que la com­pa­rai­son débouche sur la déva­lua­tion, que la dif­fé­rence recon­nue signi­fie qu’une civi­li­sa­tion soit intrin­sè­que­ment « supé­rieure » à une autre : cela revien­drait peu ou prou à repro­duire le schéma typique des Lumières fran­çaises – la civi­li­sa­tion, c’est nous, les autres sont des bar­bares, des sau­vages qui attendent d’être civi­li­sés. Mais d’un autre côté, nous voyons mal com­ment évi­ter de pen­ser que nos ins­ti­tu­tions et nos valeurs sont tout de même pré­fé­rables, que les droits de l’homme valent mieux que le racisme et l’intolérance, que l’égalité des sexes est mora­le­ment supé­rieure à un sys­tème patriar­cal, et le suf­frage uni­ver­sel plus digne de l’homme que la tyrannie. »

On pour­sui­vra la lec­ture de ce texte pro­met­teur sur le blog de son auteur, réfu­gié comme la concierge de l’esprit au Pied de l’escalier. Une bonne et char­pen­tée réflexion pour ne pas res­ter en rade dans la confu­sion géné­rée par la trop fameuse sor­tie de Guéant, elle-même fai­san­dée par les réac­tions pav­lo­viennes de la gauche trop peu pensante.

Merci à tous pour les enri­chis­sants com­men­taires appor­tés à mon pré­cé­dent papier. On n’est pas trop de beau­coup pour affron­ter la com­plexité du monde et des affaires humaines !

Et merci à Daniel D. pour avoir signalé ce bon endroit : http://lescalier.wordpress.com/2012/02/11/toutes-les-civilisations-se-valent-surtout-la-notre/

Share Button

Civilisations. Pourquoi Guéant n’a pas dit que des conneries

Aboyer avec, ou aboyer contre les loups, c’est tou­jours aboyer. S’agissant de civi­li­sa­tion, il devrait y avoir mieux à faire et sur­tout à dire. Soit donc le pro­pos de Guéant, exer­çant le minis­tère de l’intérieur de qui on sait et s’exprimant ce 4 février en ces termes :

 « Contrai­re­ment à ce que dit l’idéologie rela­ti­viste de gauche, pour nous, toutes les civi­li­sa­tions ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avan­cées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fra­ter­nité, nous paraissent supé­rieures à celles qui acceptent la tyran­nie, la mino­rité des femmes, la haine sociale ou eth­nique ». « En tout état de cause, nous devons pro­té­ger notre civilisation ».

Voilà donc le pro­pos qui a enflammé le lan­der­neau politico-médiatique selon le mode de la meute, donc selon la forme aboyante. Essayons de dépa­touiller l’affaire qui, en ces enfié­vrées périodes élec­to­rales, a vite pris l’allure d’une cabale.

Pré­ci­sion préa­lable : je ne sau­rais voler au secours de Guéant. Qu’il se démerde ! Sur­tout mon pro­pos se veut, comme son auteur, réso­lu­ment de gauche. Or, en l’occurrence, je trouve que l’idéologie gau­chienne – comme on dit désor­mais sou­chienne – se met à patau­ger dans les fanges qu’elle pré­tend dénoncer.

Que le Guéant ait mitonné sa tam­bouille devant un par­terre d’extrême droite et à l’intention déli­bé­rée de l’extrême droite dans le but de la bas­se­ment mais lour­de­ment cour­ti­ser, on ne sau­rait le nier. Mais un type de droite ne dit pas for­cé­ment que des conne­ries. Et vice versa

Le vrai sujet du débat, mer­di­que­ment lancé, se pose tout de même sur le fond : ce qu’on entend au juste par « civi­li­sa­tion ». D’où cet enchaî­ne­ment pos­sible de ques­tions dans le but d’éclairer les lan­ternes et sur­tout ceux qui les tiennent :

– Qu’est-ce qu’une civilisation ?

– Les civi­li­sa­tions sont-elle comparables ?

– Qu’est-ce qu’une valeur en civilisation ? 

– De là : quid du rela­ti­visme ? De l’universalisme ? De leurs places dans l’Histoire, les socié­tés, la morale, etc. ?

Des thèses innom­brables se sont affron­tées autour de ces ques­tions et je n’aurais ni l’outrecuidance ni l’intention de ten­ter de les reprendre. Je ne livre donc que mes propres réponses, elles-mêmes ali­men­tées à ma propre his­toire – tout étant donc rela­tif, en ce sens du moins…

(Lire la suite…)

Share Button

Puisqu’il l’a dit…

Lors de l’émission « A vous de juger » en 2007, Nico­las Sar­kozy s’était engagé sur 5% de chô­meurs à la fin de son quin­quen­nat et conseillait aux Fran­çais d’en « tirer les consé­quences » s’il finis­sait à 10%. Ben voilà, y a pu qu’à…

En atten­dant, cli­quer sur l’image et jubiler.

Share Button
4 Commentaires

  • Traduire :

    • English
  • Twitter - Gazouiller

  • Et ça, c’est tentant aussi…

    Journalisme. Chauds les marronniers !
    Mari(an)ne Le Pen, selon Faber
    Sur l'idéologie du "Progrès" comme facteur de régression
    Rencontres d’Arles. Se rincer l’œil au pied de la photo
    Jean-Pierre, mon frère
    Faber, c’est pour dire que c’est aussi très drôle
    WikiLeaks. Le plaisir trouble du voyeur devant la "transparence"
    Un journaliste algérien dénonce « La 13e caricature »
    Photographie. Le siècle de Cartier-Bresson
    Dubaï. Société de merde, société dans la merde
  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus mani­feste.
    (Claude Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sex­pol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexua­lité / poli­tique), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la grace de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquette cou­leur et boî­tier rigide ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numéro, ci-dessus. En savoir plus ici sur Sexpol.
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances. (Ber­trand Russel)

  • « C’est pour dire » de Gérard Pon­thieu, est mis à dis­po­si­tion selon les termes de la licence Crea­tive Com­mons : Attri­bu­tion – Pas d’Utilisation Com­mer­ciale – Pas de Modi­fi­ca­tion (3.0 France). Pho­tos, des­sins et docu­ments men­tion­nés sous copy­right © sont pro­té­gés comme tels.
    Licence Creative Commons

  • Bon appétit, cousin !

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

  • Catégories

  • 1emmen

    Un chan­ge­ment de ser­veur a causé la perte de quelques « car­tons », en l’occurrence cer­taines images. Ce qui explique quelques vides dans des articles anciens.

  • Copyright © 1996-2013 C’est pour dire. Tout droits réservés – sauf respect de la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress