On n'est pas des moutons

Mot-clé: écologie

Nucléaire. Pour effacer un lourd passé industriel… et médiatique, Areva devient Orano…

Par Stéphane Lhomme
Directeur de l’Observatoire du nucléaire

areva-devient-oranoAreva devient donc Orano. Changer de nom, une bonne vieille méthode utilisée depuis qu’existent la corruption, les faillites, les échecs industriels. Le nucléaire en a d’ailleurs souvent usé : en Grande-Bretagne, après un très grave accident en 1957, le site de Windscale est devenu Sellafield. En Corée du Sud, en 2013, deux centrales ont changé de nom pour moins nuire à l’économie locale.

En France, en 2001les noms sulfureux de Framatome et Cogéma ont été effacés au profit d’une trouvaille d’agence de com, Areva, sous la houlette d’une «grande prêtresse» de l’atome, Anne Lauvergeon. En 15 ans, cette dame a probablement battu tous les records en matière de désastre industriel et financier. Pour ne pas lasser, nous n’évoquerons ici que les plus fameux de ses «exploits».

En 2003, celle que la majorité des médias vénèrent brade pour 3 milliards à la Finlande un réacteur de type EPR, assurant le construire en 4 ans et demi. Nous sommes en 2018 et le chantier ne voit toujours pas son terme, la facture dépasse les 10 milliards et la justice internationale s’apprête à condamner la France à rembourser plusieurs milliards aux Scandinaves.

En 2005, Areva lance à grands frais aux USA la construction d’usines pour fabriquer les composants des «nombreux» EPR qui vont «sous peu» être vendus aux Américains. Des dépenses ruineuses pour rien : aucun EPR vendu.

En 2007, Mme Lauvergeon fait acheter pour 3 milliards par Areva la désormais fameuse Uramin, une entreprise propriétaire de mines d’uranium… sans uranium. Aujourd’hui, la dame et son mari, M. Fric le bien nommé, sont mis en examen dans cette tentaculaire affaire de corruption.

En 2011«Atomic Anne» est exfiltrée d’Areva, le soin d’annoncer la faillite de l’entreprise étant laissé à ses successeurs. Pourquoi le président Sarkozy a-t-il pris soin de dédouaner Mme Lauvergeon de son bilan catastrophique ? Et pourquoi l’affaire Uramin traine-t-elle en longueur ? Assurément parce que la dame en sait long sur beaucoup de turpitudes et menace d’entrainer du beau monde dans son éventuelle chute…

Aujourd’hui, Areva a été scindée en trois parties :

• l’une a été renommée (ironiquement ?) Framatome et bradée à EDF ;

• la deuxième est une structure de défaisance sur le modèle du fameux consortium qui a autrefois repris la dette abyssale du Crédit Lyonnais : une fois encore, ce sont les citoyens qui vont honorer la douloureuse facture ;

• la troisième se voit donc désormais appeler Orano pour tenter d’enterrer le sulfureux passé industriel d’Areva.

Lourde responsabilité de nombreux médias

Anne_Lauvergeon

Anne Lauvergeon, 2012 ©© Tangi Bertin

Mais il est une corporation qui se dépêche aussi d’enterrer Areva pour faire oublier ses propres errements, il s’agit de ce que l’on appelle «les médias». Bien sûr, tous les journalistes et tous les médias n’ont pas été complices d’Anne Lauvergeon et d’Areva mais, pendant 15 ans, beaucoup l’ont été et certains de façon plus que dithyrambique. Voici d’ailleurs un petit florilège très loin d’être exhaustif :

Challenges1er janvier 2004
Anne Lauvergeon, l’énergie du nucléaire
Sous sa féminité, qui a séduit la gauche comme la droite, une poigne de fer au service d’un pari : la relance de l’industrie atomique française.

Le Figaro du 11 novembre 2004
Anne Lauvergeon, de l’Élysée à Areva
Les pionnières qui ont marqué le XXe siècle

Les Echos04/11/2005
Anne Lauvergeon, femme puissante
Anne Lauvergeon, quarante-six ans, la présidente du groupe nucléaire, reste bien la femme d’affaires la plus puissante dans le monde, hors Etats-Unis

Le Monde07.07.06 — Jean-Michel Bezat
Anne Lauvergeon, la forte tête du nucléaire
Tout la sert, son passé de sherpa, ses voyages réguliers avec le président de la République, son rôle d’ambassadrice du nucléaire made in France.

L’expansion01/01/2008
Anne Lauvergeon, l’électron libre
Fonceuse et obstinée, la dirigeante d’Areva n’a besoin de personne pour bâtir un géant mondial du nucléaire. A bon entendeur…

Challenges28.02.2008
Comment « Atomic Anne » a imposé Areva
Regrouper les acteurs au nucléaire français dans une même entité ? Le pari était osé. Retour sur ce tour de force d’Anne Lauvergeon, aujourd’hui à la tête du groupe français le plus prometteur.

Télégramme30 octobre 2008
Anne Lauvergeon, la reine de l’atome
Présidente d’Areva depuis 1999, « Atomic Anne », comme la surnomme la presse américaine, a réussi à rendre le nucléaire respectable.

Les Echos25 février 2009
Le mystère Lauvergeon
Adulée par les uns, détestée par les autres, cette femme à poigne, qui présente aujourd’hui les résultats de son groupe, confirme qu’elle est une figure à part du patronat français.

TF120 août 2009
Anne Lauvergeon, Française la plus puissante du monde !

Le Parisien10 mars 2010
Un jour avec…Anne Lauvergeon, PDG du groupe AREVA
Une pression que l’ancienne sherpa de François Mitterrand, saluée comme l’une des femmes les plus influentes du monde dans les palmarès internationaux, absorbe avec flegme et distance.

Marianne21 mai 2011
Anne Lauvergeon, la femme que personne n’arrive à atomiser
Portrait de la reine de l’atome.

La palme pour Dominique Seux…

La palme revient très certainement à l’inénarrable Dominique Seux, éditorialiste ultra-libéral des Echos qui bénéficie de façon inexplicable, et depuis de longues années, de l’antenne du service public (France Inter) pour infliger son idéologie partisane aux auditeurs, sans personne pour le contredire.

Le plus incroyable est que, au nom justement de son idéologie ultra-libérale, il devrait condamner le nucléaire qui ne (sur)vit que sous perfusion d’argent public, de recapitalisations par l’Etat, etc. Or M. Seux a été depuis le début du siècle l’un des plus fidèles zélateurs d’Areva et d’Anne Lauvergeon, allant jusqu’à écrire des choses stupéfiantes comme

«L’Etat doit tenir compte du fait que dans la durée Areva est une vraie réussite qui a un carnet de commandes plein et qu’Anne Lauvergeon a un charisme assez exceptionnel.» (Les Echos, 19 janvier 2010).

Hélas le ridicule — dans la durée ! — ne tue pas et du coup M. Seux, loin de faire amende honorable, est encore là et entonne aujourd’hui exactement le même refrain, comme s’il ne s’était pas déjà tant trompé et déconsidéré. Ainsi, lors de la récente visite de M. Macron en Chine, comme au bon vieux temps de Sarkozy et Lauvergeon, il a célébré la prétendue vente d’une usine de retraitement des déchets radioactifs le 10 janvier sur France Inter. Voyez un peu :

«Pour Areva, ce sont 10 à 12 milliards d’euros garantis, c’est beaucoup», «ces contrats, quoi que l’on pense du nucléaire, sont la reconnaissance de la qualité des ingénieurs français», «on espère bien sûr que les autorités de sûreté nucléaire chinoises sont aussi sérieuses qu’en France».

En réalité, comme annoncé le jour même par l’Observatoire du nucléaire, et confirmé par Le Monde le 23 janvier, la vente de cette usine est plus que virtuelle et n’a servi qu’à égayer la visite de M. Macron (les Chinois sont des ôtes prévenants… avant d’être des négociateurs intraitables).

Il n’y a donc aucune reconnaissance d’une prétendue «qualité des ingénieurs français» dans le nucléaire alors que, faut-il le rappeler, les désastres des chantiers des EPR de Finlande et Flamanville et le scandale des milliers de pièces défectueuses produites pendant des décennies par Areva au Creusot ont démontré la nullité de l’industrie nucléaire française et l’incompétence (ou la complicité) de l’Autorité de sûreté nucléaire qui n’a rien vu (ou rien dit) de ces malfaçons.

… désormais dépassé par Axel de Tarlé

Mais, malgré son zèle, Dominique Seux est assurément dépassé par un concurrent plus jeune et plus ridicule encore, Axel de Tarlé (Europe 1) qui, toujours le 10 janvier 2018, a battu tous les records comme vous pouvez le constater :

«La France est le pays de l’excellence en matière nucléaire et les Chinois le prouvent. «, «Le fameux EPR que nous avons du mal à faire démarrer, en Chine il fonctionne», «Et puis surtout, il y a eu ce méga-contrat de 10 milliards d’euros pour une usine de retraitement des déchets», les Chinois sont en train de sauver cette filière française aussi bien sur le plan financier que dans nos têtes».

Or personne ne peut prouver que la France serait «le pays de l’excellence nucléaire» puisqu’elle est au contraire celui du ridicule et de l’incompétence atomique, les Chinois ne sauvent rien puisqu’ils n’achètent pas cette usine (et s’ils l’achètent finalement, cela coûtera des milliards… à la France !), quant à l’EPRil ne fonctionne pas plus en Chine qu’en France ou en Finlande et présente là aussi des milliards de surcout, des années de retard et des cuves défectueuses (car livrées par Areva !).

A défaut de changer de nom comme leur chère (très chère !) Areva, MM Seux et de Tarlé devraient être renvoyés à l’école de journalisme 1, et M. Fric et Mme Lauvergeon relogés à Fleury-Mérogis.

Stéphane Lhomme
Directeur de l’Observatoire du nucléaire
http://www.observatoire-du-nucleaire.org

Notes:

  1. Axel de Tarlé est issu de l’École supérieure de commerce de Toulouse, ceci expliquant peut-être cela… Note de GP.

L’économie, cette mythologie déguisée en «science»

Enfin, des propos sur l’économie qui soulagent ! Non pas des paroles de messie mais, au contraire, de quoi nous désengluer des dogmes assénés par les Lenglet, Attali, Ceux et autres prêcheurs du libéralisme salvateur. France Inter a eu la bonne idée d’inviter 1 à son micro un économiste « autre » : Éloi Laurent, enseignant à l’IEP de Paris et à Stanford, aux Etats-Unis – grand bien soit fait à ses étudiants ! –, auteur de Nouvelles mythologies économiques 2 dans lequel, en effet, il présente l’économie comme une mythologie, lieu où se concentre le catéchisme néolibéral destiné à faire oublier les finalités essentielles de l’activité humaine, à savoir le bien-être général et les équilibres écologiques.

Je ne suis nullement économiste, ni par culture et moins encore par goût. C’est aussi en quoi réside ma méfiance envers la « chose économique » et sa prétention à se prévaloir du statut de « science ». Cette auto-qualification m’a toujours fait rigoler. Autant que pour ce qui est de la politique, pareillement auto-élevée – selon le même effet récursif – à hauteur de « science ». On parle ainsi de « sciences économiques » – au pluriel de majesté, s’il vous plaît –, et de « sciences politiques ». Pour cette dernière espèce, a même été créée une École libre des sciences politiques (1872), par la suite surnommée « Sciences Po » devenue une marque en 1988, déposée par la Fondation Nationale des sciences politiques [sic]. Voilà comment un certain savoir, tout à fait empirique, amalgamant des bribes de sociologie et de statistiques, s’est hissé par elle-même, à un rang prétendument scientifique.

Dans les deux cas, ce sont ces pseudo-sciences 3 qui prétendent nous gouverner et, tant qu’on y est, diriger le monde entier. En fait, dans ce domaine de la gouvernance mondiale, c’est l’économie qui tient largement le haut du pavé. S’il n’existe pas de Politique mondiale, il y a bien une Banque mondiale. Quand les « Grands » se réunissent, que ce soit à Davos (Suisse…) ou lors de leurs messes régulières tenues par le Groupe des vingt, le fameux « G20 » (ou même 21), il s’agit d’arranger les affaires des pays les plus riches, représentant 85 % du commerce mondial, les deux tiers de la population du globe et plus de 90 % du produit mondial brut (somme des PIB de tous les pays du monde).

Concernant les Prix Nobel, on notera que celui de la Paix n’est nullement le pendant politique du Nobel de l’Économie. L’histoire de ce dernier est d’ailleurs très parlante : À l’origine a été créé le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, bientôt surnommé « prix Nobel d’économie », qui récompense chaque année, depuis 1969, une ou plusieurs personnes pour leur « contribution exceptionnelle dans le domaine des  sciences économiques ». À noter que c’est le seul prix géré par la Fondation Nobel non issu du testament d’Alfred Nobel. L’idée de ce nouveau « prix Nobel » vient de Per Åsbrink, gouverneur de la Banque de Suède, l’une des plus anciennes banques centrales du monde. Soutenu par les milieux d’affaires, Åsbrink s’oppose au gouvernement social-démocrate  – qui entendait utiliser les fonds pour favoriser l’emploi et le logement –, et préconise de s’orienter vers la lutte contre l’inflation. Le but caché était de susciter un intérêt médiatique et ainsi d’accroitre l’influence de ces milieux d’affaires au détriment des idées sociales-démocrates. 4

Les différences apparentes entre politique et économie dissimulent une égale prétention « holistique ». Cependant, si la politique prétend gouverner (de gouvernail), c’est bien l’économie qui tient les rênes, c’est-à-dire les cordons de la Bourse. D’où un semblant de tension entre les deux domaines, une forme de concurrence pouvant faire illusion, spécialement en démocratie libérale.

Et plus spécialement encore en libéralisme « avancé » qui place à la barre un habile agent de la grande finance – suivez mon regard.

Éloi Laurent frappe juste en rappelant les finalités de l’activité humaine : bien-être pour l’homme, réconcilié avec la nature. En quoi il s’accorde à l’étymologie commune aux deux mots, économie et écologie : du grec oikos « maison, habitat », et de nomos, l’usage ou la loi, et logos, science, discours.

Le reste, c’est de la politique, jeu de combinaisons au profit d’une minorité.

Notes:

  1. Le « 79 » du 7/7/17. Il a aussi été maintes fois invité par France Culture.
  2. Ed.Les Liens qui Libèrent
  3. On distingue les sciences « dures », ou exactes, (mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, etc.) des sciences humaines ou « douces » (sociologie, psychologie, philosophie, etc.)
  4. Source Wikipédia

Interdire la corrida, «grand pas pour l’humanité»

La corrida est une abomination, une indignité et, comme telle, une déqualification de ses pratiquants – acteurs comme spectateurs – dans le genre humain. S’il en fallait encore une preuve, celle-ci ne suffirait donc pas encore ?

La «tradition» ne saurait constituer un quelconque argument de justification d’une telle boucherie à ciel ouvert. Un tel «argument» serait du même ordre que celui justifiant la mutilation sexuelle des fillettes par l’excision.

La condition et la place de l’animal dans nos sociétés occidentales font l’objet d’une mise en avant nouvelle et importante, amenant les opinions publiques à manifester une opposition de plus en plus résolue à toutes formes de maltraitance. C’est évidemment la cas pour les animaux d’élevage, leurs conditions de vie et de mort, en particulier dans le règne du rendement productif et, pire, encore, dans les abattoirs. Ces mouvements d’opinions rejoignent des remises en cause des modes alimentaires liés à une agriculture industrielle et aux désordres écologiques et sanitaires qui s’ensuivent.

Les spectacles de corrida, impliquant la mise à mort des taureaux dans un «combat» aussi inégal que couru d’avance – sauf accidents, rares – doivent provoquer autant d’indignation et de protestation que les pratiques détestables dénoncées dans les abattoirs. Leur interdiction marquerait un autre «grand pas pour l’humanité».



Un peu d’air, de senteurs, de hauteur…

La BBC a demandé au réalisateur de documentaires Jack Johnston d’aller filmer le printemps au Japon avec son drone. Et qui dit printemps au Japon, dit cerisiers en fleurs. Pourvu qu’on aille vers le Temps des cerises ! [Passez en plein écran : on s’y croirait !]


Présidentielles. Pour Elzéard Bouffier, l’homme et ses arbres

L’Ange blanc, le Bourreau de Béthune et Roger Couderc en monsieur Loyal… Image plus que jaunie de la télé en noir & blanc. En couleur, sur écran plat et dans l’apparat des studios pompeux des grands moments vides, très peu pour moi. Devant l’affligeante partie de catch, j’ai tenu un quart d’heure, question de santé. De plus courageux m’ont résumé l’affaire, et ce matin, avec ma dose de radio, j’ai compris que j’en savais assez pour me dire que je n’avais rien perdu, surtout pas mon temps.

J’ai aussi cru comprendre que, sur le ring politico-télévisuel, l’une pratiquait en effet le catch – coups bas et appels à la vindicte de la salle (le Peuple !) ; tandis que l’autre s’essayait plutôt à la boxe, dite française en l’occurrence, donc sans exclure les coups de tatane. En gros, le combat était pipé, comme prévisible. D’un côté, un dogue qui jouait son va-tout dans la provoc, la hargne et les litanies mensongères ; de l’autre, un présidentiable se devant de la jouer plus fin. Ce ne lui fut pas bien difficile, au vu de la grossière charge opposée. De ce seul point de vue on ne peut déclarer le match nul, encore moins archinul. Car la forme aura parlé, l’emportant sur le fond. C’est presque toujours le propre des combats télévisés, portés à renforcer la binarité des comportements et des idées (quand il y en a) et, finalement, à sacrer le manichéisme comme seule mode de pensée.

canard-ni-ni

Un ni-ni non ambigu…

Partant de là, sans besoin d’en rajouter sur le spectacle lui-même, il semble qu’« on » ne soit pas plus avancé après qu’avant. Et aussi que le ni-ni ne représente en rien un troisième plateau à la balance binaire. L’enjeu demeure, sauf à considérer que « les jeux » sont faits. Il en fut ainsi, il y a peu, entre une naïve arrivée et un fada dangereux qui, depuis, sème le souk sur toute la planète. Car la démagogie peut « payer », surtout en monnaie de singe (en dollars comme en « nouveaux » francs).

Mais enfin : même si, hier soir, je me suis abstenu en fuyant l’affligeante joute démagogique, je me retrouve bien rattrapé le matin-même par l’évidence : faire l’autruche n’a jamais écarté le danger.

Mon vieux pote Elzéard Bouffier 1, dormait hier soir du sommeil du juste ; il n’a d’ailleurs pas la télé. Il s’est levé au petit matin, pour arpenter son pays, avec son sac de glands, sa barre de fer… Tandis que la veille, des postulants à gouverner la France, sinon le monde, n’ont pas même eu une parole pour évoquer le désastre écologique qui bouleverse la planète, menace l’humanité entière ! Elzéard, ce matin, comme hier et demain, plante ses chênes, ses hêtres et bouleaux. J’ai écrit ici que je voterai pour lui. Pour lui, en effet, je voterai. Au nom de l’Anarchie généreuse et comme disait un autre grand viveur, l’écrivain roumain Panaït Istrati : Pour avoir aimé la terre.

> Cadeau de Giono, le plus beau message à l’humanité (pdf) : Giono-L_Homme_qui_plantait_des_arbres

Notes:

  1. Lire ici, et .

Mélenchon, l’homme qui ne plantait rien (ou qui plantait tout)

Jean-Luc-Melenchon

[Ph. Gerhard Valck, 2015, domaine public]

De la mélasse présidentielle, que pourrait-il sortir de bon ? Qu’ajouter à cette triste question ? « C’est pour dire » n’avait donc rien à dire sur ce chapitre. Sauf  à le considérer sous la plume inspirée d’Eugène Pottier écrivant L’Internationale : « Il n’est pas de sauveurs suprêmes / Ni Dieu, ni César, ni Tribun ». L’air est aujourd’hui plutôt éventé, mais le message reste d’une navrante actualité. Ainsi m’est-il revenu l’autre soir (23/2/17) à la télé en regardant le spectacle monté autour de Jean-Luc Mélenchon. 1

Mélenchon, ce soir-là, n’a pas craint de se présenter comme « un tribun » et même comme « le tribun du peuple ». Oui : « Je suis le tribun du peuple », a-t-il renchéri, modeste… On sait l’homme porté à l’admiration de lui-même, qu’il clone à l’occasion par hologramme interposé, réussissant ainsi l’admirable synthèse du Spectacle à la fois politicien & technologique. « Miroir, mon beau miroir… », cette si vieille fascination égocentrique… De nos jours – à l’ère du tout médiatique – la conquête et l’exercice du pouvoir passent par la mise en spectacle du geste et de la parole, surtout de la parole. Il est significatif et cocasse que cette émission de France 2 s’intitule Des Paroles et des Actes

Tandis que la politique se résume au Verbe, à l’effet de tribune (pour tribuns…), un gouvernement peut se restreindre à un seul ministère, celui de la Parole. Cette pratique est, elle aussi, vieille comme le monde politique ; elle remonte même à la rhétorique des Anciens, qui l’avaient élevée au rang du discours philosophique. Disons qu’aujourd’hui, seul le discours a subsisté. Enfin, surtout le discours, parfois quelques idées. Aucun politicien n’y échappe, surtout pas les candidats à la présidence. Il peut être intéressant, voire distrayant, de lire entre les lignes des verbiages électoraux, d’en décrypter aussi les non-dits, à l’occasion exprimés par le corps – attitudes, gestes, tonalités.

À cet égard, la parlure de Hollande ponctuée, et même truffée de « euh… », s’avère tout à fait révélatrice de sa gouvernance à base d’hésitations, de doutes peut-être et de renoncements. 2 Celle de Mélenchon, elle, si elle ne manque pas de souffle, respire peu et ne s’autorise aucun silence. Pas de place pour le doute ou le questionnement dans cette parole péremptoire, définitive. Un propos souvent abrupt, cassant, dont son auteur prend parfois conscience ; alors, il tente de se reprendre par une pirouette, comme dans l’émission de jeudi : « Eh, on peut plaisanter, je suis méridional… il y a du Pagnol en moi ! » Ouais… Et du Giono aussi ?

Car Mélenchon doit se prouver en humaniste  3, ce qui ne lui semble donc pas si naturel… Voilà qu’arrive l’« invité surprise » – toujours dans la même émission –, le comédien Philippe Torreton  4 Or, il a apporté, pour l’offrir à Mélenchon, le livre de Jean Giono, L’Homme qui plantait des arbres. « [Un livre] fondamentalement immoral ! », lance tout aussitôt Mélenchon. Étonnement du comédien, qui s’explique néanmoins sur le sens de ce choix lié à l’urgence écologique, en lit un passage et se lève pour l’offrir au politicien du jour, que l’on relance : alors, quelle immoralité ? « L’immoralité, lance Mélenchon, vient du fait que cette histoire est écrite pendant la guerre, et que quand on lutte contre le nazisme on plante pas des arbres, on prend une arme et on va se battre ! »

L’ancien militaire – non : militant trotskyste, dirigeant de l’OCI (Organisation communiste internationaliste) de Besançon (197279 selon Wikipédia), a lâché sa leçon de morale, celle du politicien professionnel qu’il n’a cessé d’être – puisque c’est un « métier ». Et ainsi de reprendre, en les sous-entendant, les accusations vichystes et collaborationnistes à l’encontre de Giono. Lequel avait pris le fusil à baïonnette, enfin celui qu’on lui avait mis d’office dans les mains, dès janvier 1915, pour ses vingt ans, direction la Somme, Verdun, le Chemin des dames, où il n’est « que » gazé alors qu’il y perd son meilleur ami et tant d’autres. Choqué par l’horreur de la guerre, les massacres, la barbarie, l’atrocité de ce qu’il a vécu dans cet enfer, il devient un pacifiste convaincu. Jusques et y compris la seconde grande barbarie. En 1939, s’étant présenté au centre de mobilisation, il est arrêté et détenu deux mois pour cause de pacifisme (Il avait signé le tract « Paix immédiate » lancé par l’anarchiste Louis Lecoin). Durant la guerre, il continue à écrire et publie des articles dans des journaux liés au régime de Vichy. A la Libération, il est arrêté, mais relâché cinq mois plus tard sans avoir été inculpé. 5

J’en reviens à notre sujet, sans m’en être vraiment éloigné, je crois. En refusant de considérer pour ce qu’il est, le message profond – écologiste avant la lettre, humaniste et universel – de L’Homme qui plantait des arbres, pour placer sa parole moralisatrice, le patron de La France insoumise s’érige en Fouquier-Tinville du Tribunal révolutionnaire. Il tranche. Il se pose en garant du « pur et dur », lui que les guerres ont heureusement épargné, qui n’a pas eu à résister – l’arme à la main –, ni même à s’insoumettre. Lui qui, certes, connut les tranchées du Parti socialiste durant 32 ans (19762008) et, tour à tour, les affres du conseiller général de Massy (19982004), du sénateur de l’Essonne (20042010), du ministre sous Chirac-Jospin (20002002), du président du Parti de gauche (20092014), du député européen depuis 2009. Que de combats héroïques, à mains nues cette fois ! (Quelle belle retraite en perspective aussi, non ?)

Il en a usé de la dialectique, de la stratégie, de la tactique ! Il en a mâché de la parole verbale ! Tout ça pour rabaisser le débat politique à un calcul politicien minable. Pourtant, il l’assure :

– « À mon âge, je fais pas une carrière ; je veux pas gâcher, détruire ; j’ai de la haine pour personne ; il faut convaincre ! J’ai jamais été mélenchoniste ! [sic]

– Alors vous seriez prêt à vous retirer devant Benoît Hamon ?

Pourquoi pas lui ? J’ai 65 ans, je veux pas dilapider ! [re-sic]»

Alors Torreton, devenu pâle, semble jeter l’éponge. Non pas tant qu’il se soit dégonflé, comme il a été dit, de lui poser LA question pour laquelle il avait été l’« invité surprise ». Non, on dirait plutôt qu’il comprend alors que c’est cuit, que Mélenchon ne démordra pas, que sa « vocation », son « métier » c’est de s’opposer, de baigner dans ce marigot où il se complaît, où son égo enfle avec délice. Un demi-siècle de « métier » n’empêche pas, à l’évidence, de s’agripper à une puérile dialectique de cour d’école.

Et dès le lendemain de l’émission, il prétendait sans ambages ne pas se souvenir d’avoir parlé de rapprochement avec le candidat socialiste. « J’ai dit ça hier soir ? Je ne m’en rappelle pas ! » a-t-il assuré. À la sortie d’un déjeuner avec le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, il a rejeté l’idée d’un rassemblement : « Ça n’a pas de sens aujourd’hui. De quoi parle-t-on ? Benoît Hamon dit qu’il propose sa candidature. Moi aussi. Si vous voulez que le programme s’applique, la meilleure des garanties, c’est moi ! » Ainsi, pour lui, la question d’un ralliement ne se pose même pas. « Non, faut pas rêver, ça n’aura pas lieu. D’ailleurs, personne ne le proposait », a-t-il asséné.

Le trotskyste est revenu au galop : « Faut pas compter sur nous pour aller faire l’appoint d’une force politique qui a du mal à remonter sur le cheval ». Aurait-il donc choisi « objectivement » l’option Marine Le Pen ? 6 Ira-t-il ainsi jusqu’à refuser toute collaboration avec ce qui reste de la social-démocratie, sous entendu avec Benoît Hamon, puisqu’investi par le Parti socialiste ? Ou encore, estime-t-il que Macron va l’emporter, que l’affaire est pliée et que sa planche de salut, par conséquent, réside encore et toujours dans les délices de l’éternelle opposition, dans un hors-sol en quelque sorte, à l’abri de toute impureté, de tout compromis.

Comme si la démocratie ce n’était pas l’art subtil des arrangements acceptables par le plus grand nombre – jamais par tous, évidemment. Comme si la vie même ne relevait pas en permanence de ses combinaisons complexes, ni blanches ni noires. La première – la démocratie – se compte en siècles, parfois seulement en années ; quelques semaines peuvent suffire à l’anéantir. La vie, elle, remonte à des millions d’années ; elle reste à la merci de la bêtise des humains.

Si je vote, ce sera pour Elzéard Bouffier, qui plantait des arbres.


En prime, le très beau film d’animation d’après le récit de Jean Giono, dit par Philippe Noiret, réalisé par Frédéric Back (19242013), Canada 1987. L’Homme qui plantait des arbres a remporté l’Oscar du meilleur court métrage décerné par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences de Los Angeles, aux États-Unis, le 11 avril 1988.

Notes:

  1. Je dis bien spectacle, au sens de Guy Debord et sa Société du spectacle (1967); c’est-à-dire au sens de la séparation entre réalité et idéologie, entre la vie et sa représentation. Dans ce sens la société est devenue « une immense accumulation de spectacles », prolongement de l’« immense accumulation de marchandises » énoncée par Marx dans Le Capital. Au « fétichisme de la marchandise » (et des finances), puis à celui du Spectacle, il y aurait lieu aujourd’hui d’ajouter, à la façon d’un Jacques Ellul, le fétichisme technologique.
  2. Sur cette adéquation idéale « paroles/actes », voir ici mon article de 2014 sur Jaurès.
  3. «Droit-de-l’hommiste», il est sans doute, car cela relève encore de la parole politique, différente du sens de l’humain. Je me garde d’aborder ici le chapitre de ses tropismes latinos envers Chavez et les Castro – sans parler de Poutine.
  4. De gauche, écologiste, il tient actuellement le rôle-titre dans La résistible Ascension d’Arturo Ui, de Brecht – que j’ai vue et appréciée il y a peu à Marseille ; pièce ô combien actuelle sur le fascisme présenté en l’occurrence comme « résistible »… espérons !
  5. Dès 1934, Giono avait affirmé un pacifisme intégral ancré en profondeur dans ses souvenirs d’atrocités de la Grande Guerre. Le titre de son article pacifiste publié dans la revue Europe en novembre 1934 « Je ne peux pas oublier » atteste de cette empreinte indélébile de la guerre dont il refuse toute légitimation, même au nom de l’antifascisme. Il affirme dans « Refus d’obéissance », en 1937, que si un conflit éclate, il n’obéira pas à l’ordre de mobilisation.
  6. Rappel : Jusqu’à l’avènement d’Hitler, l’objectif principal du Parti communiste allemand demeurait la destruction du Parti social-démocrate. Voir à ce sujet Sans patrie ni frontières, de Jan Valtin, implacable témoignage d’un marin allemand sur le stalinisme en action. Ed. J-C Lattès, 1975.

Qui a dit « Je suis Haïti » ? Personne

Ce monde a le tournis. Ce monde donne le tournis. Et on ne sait plus où tourner la tête : la Syrie, l’Irak, la Libye, la Palestine, la Somalie, le Yémen et tous ces lieux de conflits sans fin, incompréhensibles à la plupart d’entre nous, à défaut de pouvoir les expliquer. À ce sinistre tableau géopolitique, il faut désormais ajouter celui des dérèglements climatiques qui risquent d’égaler bientôt ceux de la folie des hommes – d’ailleurs ils en relèvent aussi. C’est sans doute le cas de l’ouragan Matthew qui s’est déchaîné sur une partie des Caraïbes, dévastant en particulier Haïti où il a causé près de 1.000 morts et semé la désolation.

Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique sur les cyclones ?

Fabrice Chauvin, chercheur au Centre national de recherches météorologiques : – Selon les modèles scientifiques les plus précis, le nombre global de cyclones dans le climat futur devrait être stable, voire en légère baisse. Mais dans le même temps, on s’attend à une hausse des cyclones les plus intenses, qui s’explique notamment par l’augmentation des températures des océans. On va aller vers des phénomènes plus puissants, associés à des pluies plus intenses, d’environ 20 % supérieures. [Le Monde, 07/10/2016]

Haïti. Un autre malheur a frappé cette île tant de fois meurtrie – y compris par les dictatures successives –, c’est celui de l’indifférence. Car les « observateurs » n’avaient d’yeux que pour les États-Unis. « Seraient-ils touchés eux aussi par cette même tempête ? » Seule cette question comptait. Rien ou presque pour les victimes haïtiennes. Pas même un « Je suis Haïti »…

C’est pour alerter le monde sur cette solidarité à géométrie variable que Miguel Villalba Sánchez, un artiste espagnol, a réalisé ce dessin :

haiti-matthew-sanchez

« Personne n’est Haïti », en effet.

« Je suis Charlie, je suis Orlando, je suis Paris, je suis Bruxelles »… Mais pas de « Je suis Haïti »… Pourquoi ? Pays trop petit, trop loin, trop noir, trop pauvre, trop…

Ce pays (situé sur la même île que la République Dominicaine), qui a quand même perdu 900 personnes dans l’ouragan Matthew, n’a pas suscité d’émotion en proportion de son drame. Tous les regards médiatiques étaient braqués vers Miami. En chercher les causes revient à questionner l’état du monde, la géo-politique, l’injustice, les conflits, le climat… On en revient au point de départ.

haiti-unicef

Cette photo de l’Unicef résume tout. Contre l’indifférence, on peut adresser un donhttps://don.unicef.fr/urgences/ 


Japon. L’élection d’un gouverneur rebat les cartes du nucléaire

En provenance du Japon, la nouvelle n’a pas ému nos médias : la région où se trouve la plus puissante centrale atomique du monde, Kashiwazaki-Kariwa (sept réacteurs), va désormais être dirigée par un gouverneur antinucléaire. Ce qui rebat les cartes de l’énergie atomique – pas seulement au Japon.

Ryuichi Yoneyama, 49 ans, a en effet remporté, hier dimanche, les élections dans la préfecture de Niigata (nord-ouest du Japon). L’autorisation du gouverneur étant requise pour la remise en service des réacteurs arrêtés depuis Fukushima, cette nouvelle donne constitue un coup dur pour Tepco, l’exploitant qui espérait sauver ses finances en relançant ces sept réacteurs, les seuls lui restant après l’arrêt des deux centrales de Fukushima, suite à la catastrophe de mars 2011Dès ce lundi, le cours de Tepco a dévissé de 8 % à la bourse de Tokyo (la plus forte chute du Nikkei : -7,89% à 385 yens).

La centrale de Kashiwasaki avait été sérieusement bousculée par un important séisme en juillet 2007 qui avait provoqué un incendie et des fuites d’eau radioactive. Depuis, alors que la centrale est toujours à l’arrêt, huit incendies se sont déclarés dans les différentes unités [Source : The Japan Times, 6/3/2009]. Pour autant, les autorités ont donné le feu vert en février 2009 pour le redémarrage (désormais compromis) de l’unité n°7.

japon_nucleaire

La centrale nucléaire de Kashiwasaki a frôlé le désastre lors du séisme du 16 juillet 2007 qui a provoqué un incendie et des fuites d’eau radioactive préfigurant la catastrophe de Fukushima moins de 4 ans plus tard. [Ph. d.r.]

L’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) avait alors dépêché une mission dirigée par le Français Philippe Jamet, haut dirigeant de l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN). Le rapport publié s’était contenté de quelques recommandations anodines, assurant que les centrales japonaises pouvaient résister à tout événement sismique ou climatique. La catastrophe de Fukushima a dramatiquement rabaissé le caquet de nos arrogants experts. 1

Aujourd’hui, trois seulement des 54 réacteurs nucléaires japonais sont en service mais le gouvernement de l’ultranationaliste (et ultra pronucléaire) Shinzo Abe use de toutes les pressions pour essayer d’obtenir la redémarrage d’autres réacteurs, malgré l’opposition de la population.

Ces réouvertures sont contrecarrées par des décisions de justice ou par le veto de certains gouverneurs régionaux. Voilà pourquoi l’élection de Ryuichi Yoneyama à la tête de la région de Niigata est un coup terrible porté aux projets fous des pronucléaires (et au cours en bourse de Tepco) : ce courageux nouveau gouverneur va refuser la remise en service des sept réacteurs de Kashiwasaki.

Sous peu, les trois réacteurs japonais en service devront s’arrêter pour maintenance et, comme ce fut déjà le cas pendant près de deux ans en 2014 et 2015, le Japon fonctionnera à nouveau avec 0% de nucléaire. Si 130 millions de Japonais peuvent vivre sans nucléaire, comment prétendre encore que c’est «impossible» pour deux fois moins de Français ? 2

Notons encore que cette élection et ses conséquences constituent une mauvaise nouvelle pour les nucléaristes français – entre autres – et en particulier pour EDF et Areva qui misent sur le retour de la droite au pouvoir pour relancer leur offensive sur le marché mondial de l’énergie, y compris en France, bien entendu !

C’est vraisemblablement pour cette raison de prospective politique (pour ne pas dire de probabilité) qu’EDF s’est engagée, dans un contrat franco-chinois, à livrer à Hinkley Point, sud de l’Angleterre, d’ici à fin 2025 – sans dérapage du calendrier et des coûts – deux réacteurs nucléaires EPR de 1 650 mégawatts chacun pour un devis de près de 22 milliards d’euros. Cela, alors que les chantiers EPR en cours dérapent sur les coûts et les délais, et que les finances de l’entreprise française sont au plus bas.

Notes:

  1. On peut prendre la mesure de cette arrogance lors d’un débat télévisé de « C dans l’air » diffusé sur la Cinq en 2007, peu après le séisme qui avait secoué la centrale de Kashiwasaki. Débat auquel participait Stéphane Lhomme, de l’Observatoire du Nucléaire, préconisant la fermeture d’urgence d’au moins 20 réacteurs au Japon si l’on voulait éviter un nouveau Tchernobyl. Avertissement bien sûr non pris en compte. À peine quatre ans plus tard, c’était Fukushima.
  2. Bien sûr, c’est là qu’on ressort le contre argument de l’effet climatique (tant nié par les mêmes avant son évidence) provoqué par les énergies fossiles. Tandis que le «tout nucléaire» a freiné le développement, en France notamment, des énergies alternatives renouvelables.

Boues rouges en Méditerranée. Déjà Alain Bombard, en 1964 !

calanques-alteo-boues-rouges

Avant de se jeter dans la mer, la conduite a parcouru 50 km depuis l’usine Alteo de Gardanne.

Les opposants au rejet de boues rouges par l’usine Alteo de Gardanne dans le parc national des Calanques se rassemblent ce weekend à Cassis. Une histoire vieille de plus d’un demi-siècle ! Dès 1964, Alain Bombard dénonçait ce scandale lors d’un rassemblement d’opposants à Cassis. Deux ans après, il enfonçait le «clou» dans ce document de l’Ina où il s’en prenait aussi au mépris du principe de précaution. Cinquante deux ans après, moyennant quelques accomodements «cosmétiques», l’industriel Alteo continue à polluer gravement la Méditerranée. Avec la bénédiction du gouvernement et la résignation de la ministre de l’Environnement.

 

1964-boues-rouges-alain-bombard

1964. Alain Bombard à Cassis. [Ph. Le Gabian déchaîné]

calanques-alteo-boues-rouges

26 septembre, 500 opposants devant la préfecture à Marseille [Ph. Felizat]

• Une pétition a déjà recueilli près de 350 000 signatures. On peut la signer ici.


EPR, Bayer-Monsanto, Alteo, Sarko… N’en jetez plus !

Il y a des jours… Des jours où le ciel s’assombrit au plus noir : relance de l’EPR franco-chinois en Grande-Bretagne ;  mariage monstrueux de Bayer et de Monsanto – Monsieur Pesticide avec Madame OGM, bonjour la descendance ! Alteo et ses boues rouges en Méditerranée. Et en prime, le péril Sarko en hausse sondagière, sur les traces de Trump (il avait bien singé son ami Bush) et son négationnisme climatique…

L’affaire Alteo est loin d’être jouée !  L’usine de Gardanne est l’objet d’une mise en demeure de la préfecture des Bouches-du-Rhône, suite à un contrôle inopiné de l’Agence de l’eau. Celle-ci a en effet détecté des effluents hors normes dans les rejets actuels en mer. Un comité de suivi doit trancher ce 26 septembre.

Restons-en à la « Grande nouvelle ! », la «  nouvelle extraordinaire! ». Ils n’en peuvent plus, côté français, d’exulter : la dirigeante britannique, Theresa May, vient de valider « sous conditions » le projet d’EDF de construire deux réacteurs nucléaires EPR à Hinckley Point, dans le sud de la Grande-Bretagne. Reste, il est vrai, à connaître lesdites « conditions » de la « perfide Albion ». On verra plus tard. Ne boudons pas la joie « exultante », donc, du secrétaire d’État à l’industrie qui va jusqu’à évoquer « un nouveau départ » pour la filière nucléaire française ; Hollande n’est pas en reste, et même son de cloche, c’est le mot, du patron d’EDF qui joue là, cependant, l’avenir financier de sa boîte surendettée et accessoirement l’avenir de ses salariés.

Le sujet est claironné sur les télés et radios, sans grand discernement comme d’habitude, c’est-à-dire sans rappeler la question de fond du nucléaire, sous ses multiples aspects :

sa dangerosité extrême, éprouvée lors de deux catastrophes majeures (Tchernobyl et Fukushima)– et plusieurs autres accidents plus ou moins minorés (Threee Miles Island aux Etats-Unis, 1979), ou dissimulés (catastrophe du complexe nucléaire Maïak, une usine de retraitement de combustible en Union soviétique, 1957, l’un des plus graves accidents nucléaires jamais connus).

sa nocivité potentielle liée aux risques technologiques, sismiques, terroristes ; ainsi qu’à la question des déchets radioactifs sans solution acceptable ; sans oublier les risques sanitaires et écologiques liés à l’extraction de l’uranium et au traitement du combustible usagé (La Hague, entre autres) ;

son coût exorbitant, dès lors que sont pris en compte les coûts réels d’exploitation, des incidents et accidents, de la santé des populations, des économies locales ruinées (Ukraine, Biélorussie, préfecture de Fukushima-Daïchi) , du traitement des déchets, du démantèlement si complexe des centrales en fin d’exploitation ;

ses incertitudes technologiques spécifiques aux réacteurs EPR en construction problématique – Finlande, Flamanville et Chine –, toujours retardés, selon des budgets sans cesses réévalués.

Cocorico ! L’annonce est portée sur le ton triomphal, glorifiant l’ « excellence française » et les retombées promises avec des emplois par milliers ! Certes.

Mais les énergies renouvelables, ne devraient-elles pas créer aussi des milliers d’emplois – de la recherche à la production ? Selon des critères autrement écologiques et éthiques que ceux du nucléaire – rappelons en passant que l’extraction et le traitement initial de l’uranium (combustible fossile, limité lui aussi), sont très émetteurs de gaz à effet de serre (engins miniers gigantesques ; transport du minerai jusqu’aux usines lointaines, comme à Pierrelatte dans la Drôme.

Évidemment, la « question de l’emploi » demeure un élément déterminant ; au point de bloquer toute discussion réelle, c’est-à-dire de fond, honnête, qui évite le piège du « chantage à l’emploi ».

alteo-gardanne

L’usine Alteo de Gardanne (Bouches-du-Rhône) ©alteo

« L’écologie, c’est bien beau, mais ça ne donne pas du boulot ! » : paroles d’un anonyme de Gardanne interrogé par la télé sur l’affaire des boues rouges produites par l’usine Alteo 1. Argument bien compréhensible, qui oppose une nécessité immédiate à une autre, différée dans le temps et autrement essentielle, cependant : celle des déséquilibres biologiques qui menacent la vie marine et, par delà, humaine.

Cette semaine aussi, sur le même registre, on a vu les syndicalistes de Fessenheim manifester pour leur emploi menacé par la fermeture annoncée de la centrale nucléaire. Des cégétistes, en l’occurrence, vont ainsi jusqu’à dénoncer « une incohérence » dans la volonté politique de vouloir maintenir l’emploi chez Alstom à Belfort tout en « détruisant » ceux de Fessenheim. Ce propos passe totalement à la trappe l’enjeu écologique lié à une centrale nucléaire ayant dépassé la limite de sa durée de vie. On compare deux situations incomparables, de même qu’on oppose ainsi une logique locale « court-termiste » à des enjeux portant sur l’avenir de l’espèce humaine. On pointe là un gouffre d’incompréhension fondamentale opposant le temps d’une vie d’homme à celui de l’espèce humaine.

Concernant précisément l’affaire des boues rouges et des effluents toxiques rejetés dans la Méditerranée, il y aurait cependant une solution technique avérée présentée depuis plusieurs mois à Alteo. Mais la « logique » financière semble s’opposer à cette solution. L’élimination totale des déchets toxiques implique en effet un coût que les actionnaires du fond d’investissement étatsunien dont dépend Alteo refusent par principe – c’est-à-dire par intérêt ! Même opposition symétrique, là encore, entre intérêts individuels immédiats et intérêts relevant du bien commun et de la conscience écologique globale.

On se trouve précisément dans l’enjeu exprimé par le « penser global — agir local », selon la formule de Jacques Ellul 2, reprise et portée à son tour par René Dubos 3. C’est là une dualité de tensions, que recouvrent bien nos actuels errements de Terriens mal en point. En fait, on peut affirmer sans trop s’avancer que le « penser global » de la plupart de nos contemporains se limite à l’« agir local ». Autrement dit, de la pensée de lilliputiens ne voyant guère au-delà de leur bout de nez court-termiste. Et encore ! Car il n’y parfois pas de pensée du tout, une preuve :

 

goudes_2016

La non-conscience écologique, ou l’inconscience de l’homo «peu» sapiens menace l’humanité entière. [Ph. gp]

Un tel outrage à la beauté du monde (voir l’arrière plan : Marseille, plage des Goudes) me rend tristement pessimiste sur l’avenir de l’humanité. Ici, ce n’est pourtant qu’un forfait d’allure mineure, ordinaire – cependant à haute portée symbolique – aux côtés des agressions et des pollutions majeures : mers et océans à l’état de poubelles, agriculture chimique, élevages industriels, déforestation, désertification, surconsommation-surdéjections, atmosphère saturée par les gaz à effet de serre ; dérèglement climatique, fonte des glaces et montée des eaux… Un désastre amplement amorcé – sans même parler des folies guerrières et terroristes. Et j’en passe.

Ainsi à Gardanne, ville doublement rouge : rougie par les poussières d’alumine qui la recouvre, et rougie par quarante ans de municipalité communiste et à ce titre asservie à la croissance et à son industrie, fût-elle dévastatrice de l’environnement naturel et de la santé humaine. Il en va de même ici comme à Fessenheim et pour toute l’industrie nucléaire, soutenue depuis toujours par les communistes et la CGT, tout autant que par les socialistes et toute la classe politique et syndicaliste, à l’exception des écologistes, bien entendu, et d’EELV en particulier.

Notes:

  1. L’ancienne usine Pechiney de Gardanne, créée en 1893, appartient depuis 2012 au fonds d’investissement H.I.G Capital basé à Miami. Alteo se présente comme le « premier producteur mondial d’alumines de spécialité ». Alteo Gardanne emploie 400 salariés et 250 sous-traitants
  2. Professeur d’histoire du droit, sociologue, théologien protestant, 19121994. Penseur du système technicien, ses idées sont notamment développées en France par l’association Technologos
  3. Agronome, biologiste, 19011982 Auteur de nombreux ouvrages, dont Courtisons la terre (1980) et Les Célébrations de la vie (1982)

Boues rouges dans les calanques de Marseille : Royal rejette la responsabilité sur Valls

Les monticules de boues rouges rejetées par l’usine d’alumine Alteo de Gardanne, qui recouvrent les fonds marins du Parc national des calanques (Bouches-du-Rhône), inquiètent les spécialistes, mais aussi les défenseurs de l’environnement.

boues-rouges-calanques-marseille

Les déchets liés à la fabrication de l’alumine sont rejetés en mer par un tuyau long de 50 km. Des millions de tonnes de «boues rouges» contenant métaux lourds, éléments radioactifs et arsenic sont accumulés au fond de la Méditerranée, dans le Parc national des Calanques. [Thalassa-F3]

La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, interrogée sur le rejet de ces déchets en mer, a imputé à son Premier ministre l’absence de lutte contre ce fléau : elle assure avoir voulu les interdire, mais que «Manuel Valls a décidé le contraire». «C’est inadmissible», assène la ministre devant la caméra de «Thalassa», diffusé vendredi 2 septembre sur France 3.

Un permis de polluer pour six ans

Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a autorisé en décembre la société Alteo à poursuivre l’exploitation de ses usines sur le site de Gardanne et à rejeter en mer, pendant six ans, les effluents aqueux résultant de la production d’alumine. La décision avait pourtant été aussitôt dénoncée par Ségolène Royal, rappelle Le Monde.

La décision d’interdire ces déchets incombe au chef du gouvernement, affirme Ségolène Royal : «[Manuel Valls] a pris cette décision. Il a donné l’ordre au préfet, donc le préfet a donné l’autorisation. Je ne peux pas donner un contre-ordre», ajoute-t-elle.

[Source : Franceinfo, 30/8/16]


L’Alberta en flammes. Fracture hydraulique, fracture écologique

Les catastrophes succèdent aux catastrophes. On s’y « fait », on s’habitue à tout. Voyez l’Alberta, au Canada. Ça fait de belles images avec des flammes « grandes comme des immeubles ». Voyez cet exode, 100 000 personnes, comme en 40. Des armées de pompiers reculant devant l’ennemi. Et ces forêts parties en fumée, quinze, vingt fois plus grandes que Paris ! La télé se lamente, les commentateurs déplorent, les bras ballants, à cours de superlatifs. La fatalité.

On implore la pluie. On brûlerait… des cierges. Et que nous dit-on de plus, sinon des propos pétainistes : pactiser pour ne pas capituler. Le Feu comme le Diable. Ah oui, un diable ex machina, surgi de nulle part ou des éléments déchaînés, des folies de Dame Nature ?

L’Alberta, région de la ruée vers l’or noir, version schistes bitumeux. On y vient traire cette vieille vache éreintée, surnommée Terre, qui garde de beaux restes, si on détourne les yeux de certains lieux comme ceux-là. À peine reconnaît-on que « c’est la faute au climat », comme si les humains avides n’y étaient pour rien. Et la « fracturation hydraulique », c’est juste une fantaisie esthétique, une aimable chirurgie bénéfique… Oui, bénéfique, tout est là, en dollars « verts », en profits insatiables, à engraisser l’obèse Dow Jones.

nancy-huston-alberta

Nancy Huston : «Fort McMurray est une ville terrifiante parce qu’elle est là pour l’argent. C’est comme la ruée vers l’or à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle.»

Tandis que s’assèchent les nappes phréatiques pompées à mort sous tout un État grand comme la France ; que la terre aussi s’assoiffe, devient brûlante et s’enflamme. Tandis que les compagnies pétrolières, en exploitant les immenses réserves de sables bitumineux, rasent les forêts, polluent les sols, détruisent la faune et la flore. C’est un territoire gouverné par le pétrole et l’argent au mépris de la nature, des peuples. Au mépris de l’humanité.

Un témoignage à ne pas manquer, celui de l’écrivaine canadienne Nancy Huston que publie l’excellent site Reporterre : En Alberta, « l’avènement d’une humanité… inhumaine »

À lire aussi :

• Brut. La ruée vers l’or noir, David Dufresne, Nancy Huston, Naomi Klein, Melina Laboucan-Massimo, Rudy Wiebe, Lux Editeur, 112 pages, 12,00

• L’incendie de l’Alberta, parabole de l’époque, édito de Hervé Kempf.


Tchernobyl. L’inavouable bilan humain et économique

 Chronique de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl — 5 

logo55Le bilan humain et économique de la catastrophe de Tchernobyl est quasi impossible à réaliser. L’accident résulte en grande partie de la faillite d’un régime basé sur le secret ; un système à l’agonie qui s’est prolongé cinq ans après l’accident, puis qui a traversé une période des plus troublées, pour aboutir finalement à des système de gouvernement plus ou moins para-maffieux – qu’il s’agisse de l’Ukraine, de la Biélorussie ou de la Russie. Dans de tels systèmes corrompus, les lobbies nucléaires ont eu beau jeu de maintenir leur emprise sur ce secteur militaro-industriel – comme au « bon vieux temps » de l’URSS.

Victoire ! Une banderole apposée sur le réacteur éventré proclame que "le peuple soviétique est plus fort que l'atome" tandis qu'un drapeau rouge est fixé au sommet de la tour d'aération de la centrale à l'issue des travaux de déblaiement. [Tass]

Victoire ! Une banderole apposée sur le réacteur éventré proclame que «le peuple soviétique est plus fort que l’atome» tandis qu’un drapeau rouge est fixé au sommet de la tour d’aération de la centrale à l’issue des travaux de déblaiement. [Tass]

Les victimes n’ont pas été comptabilisées, elles ne figurent sur aucun registre officiel. Établir un bilan non truqué des victimes directes et indirectes, des malades et de leur degré d’affection demeure donc impossible. De même pour ce qui est du coût social lié à l’abandon de domiciles et de territoires, aux familles physiquement, psychologiquement, émotionnellement anéanties. À jamais. Car rien de tels drames n’est réparable. Seules des estimations peuvent être tentées, plus ou moins fondées, plus ou moins catastrophistes ou, au contraire, sciemment minimisées.

Concernant le nombre de morts, les chiffres de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) sont plus que douteux ; cet organisme, rattaché à l’ONU, est en effet lié au lobby nucléaire international qu’il finance notoirement. 1 Il faut aussi savoir que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) lui est inféodée, ce qui rend également suspectes toutes ses études sur le domaine nucléaire.…

À défaut d’autres études crédibles, considérons celles de l’AIEA pour ce qu’elles sont : des indications à prendre avec la plus grande prudence. Ainsi, de 2003 à 2005, l’AIEA a réalisé une étude d’où il ressort que sur le millier de travailleurs fortement contaminés lors de leurs interventions durant la catastrophe, « seulement » une trentaine sont morts directement. Quant aux liquidateurs, l’AIEA prétend qu’ils ont été exposés à des doses relativement faibles, «pas beaucoup plus élevées que le niveau naturel de radiation.»…

S’agissant des 5 millions d’habitants qui ont été exposés à de « faibles doses », l’étude reconnaît un nombre très élevé des cancers de la tyroïde chez les enfants – 4.000 directement imputables à la catastrophe. L’Agence admet toutefois que la mortalité liée aux cancers pourrait s’accroître de quelques pour-cents et entraîner «plusieurs milliers» de décès parmi les liquidateurs, les habitants de la zone évacuée et les résidents de la zone la plus touchée,

Tchernobyl-radioactivite

Sans légende… [dr]

Ce bilan officiel est fortement contesté par certains chercheurs. En 2010, l’Académie des sciences de New York a publié un dossier à partir de travaux menés par des chercheurs de la région de Tchernobyl. Ils contestent fortement l’étude de l’AIEA, aussi bien s’agissant du nombre de personnes affectées que de l’importance des retombées radioactives. Ainsi, il y aurait eu en réalité 830.000 liquidateurs et 125.000 d’entre eux seraient morts. Quant aux décès dus à la dispersion des éléments radioactifs, il pourrait s’élever au niveau mondial à près d’un million au cours des 20 ans ayant suivi la catastrophe. Cette estimation semble cependant invraisemblable – on l’espère.

Greenpeace a aussi publié un rapport réalisé par 60 scientifiques de Biélorussie, d’Ukraine et de Russie. Le document précise que «les données les plus récentes indiquent que [dans ces trois pays] l’accident a causé une surmortalité estimée à 200 000 décès entre 1990 et 2004

On le voit, les écarts évaluatifs sont à l’image des enjeux qui s’affrontent autour de ce type de catastrophes. Des divergences semblables apparaissent également au Japon entre opposants (la majorité de la population) et partisans du nucléaire (gouvernants et industriels).

Quant au coût économique, il est plus objectivable que le coût humain à proprement parler ; même si l’un et l’autre ne devraient pas être dissociés.

Le n° de mars comprend un intéressant dossier sur le nucléaire.

Le n° de mars comprend un intéressant dossier sur le nucléaire.

Plusieurs estimations ont été réalisées, aboutissant à des montants situés entre 700 et 1 000 milliards de dollars US – entre 600 et 900 millions d’euros. 2

Un des derniers rapports émane de Green Cross International. 3 Il prend en compte :
– les coûts directs : dégâts causés à la centrale elle-même et dans ses environs, perte de marchandises et effets immédiats sur la santé ;
– les coûts indirects : retrait de la population de la zone contaminée et conséquences sociétales liées à la vie des personnes exposées aux radiations ainsi que leurs enfants.

La Biélorussie estime à 235 milliards d’USD les coûts engendrés par les dommages subis pour les années 1986 à 2015 et à 240 milliards d’USD pour l’Ukraine. Ces montants n’incluent pas les coûts liés à la sécurité, l’assainissement et la maintenance de la centrale désormais arrêtée ainsi que les coûts actuels pour la mise en place du nouveau sarcophage ; ceux-ci sont pris en charge par les gouvernements des nations concernées, soutenus par l’Union Européenne, les États-Unis et d’autres pays. Pour les habitants ayant dû quitter leur maison, des fonds (dont le montant n’est pas connu) ont été débloqués, des programmes sociaux et des aides médicales mis en place. Mais chacun a sans doute essuyé bien plus de pertes dues à l’effondrement de l’économie et subi des séquelles sanitaires et psychologiques impossibles à chiffrer.

Le nucléaire pour la bombe
Ne pas perdre de vue que le nucléaire dit « civil » est d’origine militaire et le reste d’ailleurs, tant qu’il servira à fournir le plutonium destiné à fabriquer les bombes atomiques. Rappelons aussi que le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) 4 fut créé par De Gaulle à la Libération, avec mission de poursuivre des recherches scientifiques et techniques en vue de l’utilisation de l’énergie nucléaire dans les domaines de la science (notamment les applications médicales), de l’industrie (électricité) et de la défense nationale.

De son côté Mikhaïl Gorbatchev, dernier dirigeant de l’Union soviétique, et aujourd’hui président de la Croix verte internationale (Green Cross) a connu son « chemin de Damas » en 1986 : « C’est la catastrophe de Tchernobyl qui m’a vraiment ouvert les yeux : elle a montré quelles pouvaient être les terribles conséquences du nucléaire, même en dehors d’un usage militaire. Cela permettait d’imaginer plus clairement ce qui pourrait se passer après l’explosion d’une bombe nucléaire. Selon les experts scientifiques, un missile nucléaire tel que le SS-18 représente l’équivalent d’une centaine de Tchernobyl. » (Tchernobyl, le début de la fin de l’Union soviétique, tribune dans Le Figaro, 26/04/2006)

Par comparaison, l’accident de Fukushima, comprenant la décontamination et le dédommagement des victimes, pourrait n’atteindre «que» 100 milliards d’euros. Ce montant émane de l’exploitant Tepco et date de 2013 ; il relève de l’hypothèse basse et ne comprend pas les charges liées au démantèlement des quatre réacteurs ravagés. Ces opérations dureront autour de quarante ans et nécessiteront le développement de nouvelles techniques ainsi que la formation de milliers de techniciens.

Et en France ? L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a présenté en 2013 à Cadarache (Bouches-du-Rhône), une «étude choc» sur l’impact économique d’un accident nucléaire en France.

Un » accident majeur «, du type de ceux de Tchernobyl ou de Fukushima, sur un réacteur standard de 900 mégawatts coûterait au pays la somme astronomique de 430 milliards d’euros. Plus de 20 % de son produit intérieur brut (PIB).

La perte du réacteur lui-même ne représente que 2 % de la facture. Près de 40 % sont imputables aux conséquences radiologiques : territoires contaminés sur 1 500 km2, évacuation de 100 000 personnes. Aux conséquences sanitaires s’ajoutent les pertes sèches pour l’agriculture. Dans une même proportion interviennent les » coûts d’image » : chute du tourisme mondial dont la France est la première destination, boycottage des produits alimentaires.

Le choc dans l’opinion serait tel que l’hypothèse » la plus probable » est une réduction de dix ans de la durée d’exploitation de toutes les centrales, ce qui obligerait à recourir, à marche forcée, à d’autres énergies : le gaz d’abord, puis les renouvelables. Au-delà des frontières, » l’Europe occidentale serait affectée par une catastrophe d’une telle ampleur «.

Les dommages sont d’un tout autre ordre de grandeur que ceux du naufrage de l’Erika en 1999, ou de l’explosion de l’usine AZF de Toulouse en 2001, évalués « seulement » à 2 milliards d’euros. 5

Ces chiffres pourraient doubler en fonction des conditions météorologiques, des vents poussant plus ou moins loin les panaches radioactifs, ou de la densité de population. Un accident grave à la centrale de Dampierre (Loiret) ne forcerait à évacuer que 34 000 personnes, alors qu’à celle du Bugey (Ain), il ferait 163 000 «réfugiés radiologiques «.

Record mondial d'installations nucléaires par habitant.

Record mondial d’installations nucléaires par habitant.

Encore dix ans de plus ? Doc. Sortir du nucléaire.

Encore dix ans de plus ? Doc. Sortir du nucléaire.

Pour tempérer ce tableau apocalyptique, l’IRSN sort la rengaine connue du « risque zéro [qui] n’existe pas » et met en avant « les probabilités très faibles de tels événements. 1 sur 10 000 par an pour un accident grave, 1 sur 100 000 par an pour un accident majeur. »

Pour avoir participé, dans les années 1960, au sein du Commissariat à l’énergie atomique, à l’élaboration des premières centrales françaises, Bernard Laponche ne partage pas du tout cet « optimisme ». Pour ce physicien, le nucléaire ne représente pas seulement une menace terrifiante, pour nous et pour les générations qui suivront ; il condamne notre pays à rater le train de l’indispensable révolution énergétique.

« Il est urgent, clame Bernard Laponche, de choisir une civilisation énergétique qui ne menace pas la vie » 6. Selon lui – entre autres spécialistes revenus de leurs illusions – les accidents qui se sont réellement produits (cinq réacteurs déjà détruits : un à Three Miles Island, un à Tchernobyl, et trois à Fukushima) sur quatre cent cinquante réacteurs dans le monde, obligent à revoir cette probabilité théorique des experts. « La réalité de ce qui a été constaté, estime-t-il, est trois cents fois supérieure à ces savants calculs. Il y a donc une forte probabilité d’un accident nucléaire majeur en Europe.»

[Fin de l’interminable feuilleton…] 7

 

Notes:

  1. En particulier au Japon depuis la catastrophe de 2011. À noter que le Saint-Siège (Vatican) est membre de l’AIEA ! (Liaison directe Enfer-Paradis ?…)
  2. Le directeur de Greenpeace France, Pascal Husting, chiffre le coût total de la catastrophe à 1 000 milliards de dollars US.
  3. Croix verte internationale, est une organisation non gouvernementale internationale à but environnemental, fondée en 1993 à Kyōto. Mikhaïl Gorbatchev, dernier dirigeant de l’URSS, en est le fondateur et l’actuel président.
  4. … « et aux énergies alternatives », ainsi que Sarkozy en eut décidé, en 2009.
  5. Au delà des coûts, un accident nucléaire ne saurait être comparé à un accident industriel dont les effets, même ravageurs, cessent avec leur réparation.
  6. Entretien, Télérama, 18/06/2011.
  7. Une bibliographie se trouve avec le premier article de la série.

Tchernobyl. Un nuage, des lambeaux… et le déni français

 Chronique de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl — 4 

logo4Début 2002, la  Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) publie un atlas de 200 pages qui révèle de façon détaillée la contamination de la France et d’une partie de l’Europe par les retombées du « nuage » en ses multiples lambeaux. Plus de 3 000 mesures ont été effectuées de 1999 à 2001 par le géologue André Paris sur le territoire français et jusqu’en Ukraine ; les résultats, les analyses et la cartographie ont été rassemblés et édités par le laboratoire de Valence. C’est un acte d’accusation qui dénonce ainsi le scandaleux déni du gouvernement français et des autorités nucléaires de l’époque.

Pour nous en tenir ici à la Corse et à la région Paca, les plus touchées en France, les relevés mesurent des activités surfaciques de césium 137 supérieures à 30 000 Bq/m2. C’est le cas en particulier dans le Mercantour, autour de Digne, de Gap et de Sisteron avec des pointes à 50 000 Bq/m2.

criirad- Tchernobyl

Paca et Corse. Relevés de la Criirad, 1999, 2000 et 2001. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Pour donner une idée de cette contamination, la moyenne des retombées constatées en France à la suite de l’accident était de 4 000 Bq/m2. Le becquerel (Bq) par mètre carré mesure les contaminations de surfaces. L’activité mesure le taux de désintégrations d’une source radioactive, c’est-à-dire le nombre de rayons émis par seconde.

Dans l’instruction d’une plainte déposée en France en 2001 pour « empoisonnement et administration de substances nuisibles » par la Criirad, l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) et des personnes ayant contracté un cancer de la thyroïde, un rapport (notamment co-signé par Georges Charpak) affirme que le SCPRI a fourni des cartes « inexactes dans plusieurs domaines » et « n’a pas restitué toutes les informations qui étaient à sa disposition aux autorités décisionnaires ou au public ». Toutefois, ce rapport reproche au SCPRI une communication fausse mais non pas d’avoir mis en danger la population.

Devant la difficulté d’établir un lien de causalité entre les dissimulations des pouvoirs publics et les maladies de la thyroïde, la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy 1 requalifie pénalement la plainte d’« empoisonnement » en celle plus large de « tromperie aggravée ».

Le 31 mai 2006, Pierre Pellerin est mis en examen pour « infraction au code de la consommation », « tromperie aggravée » et placé sous statut de témoin assisté concernant les délits de « blessures involontaires et atteintes involontaires à l’intégrité de la personne ».

Le procès se termine par un non-lieu le 7 septembre 2011. Le 20 novembre 2012, Pierre Pellerin[Ref] Directeur du SCPRI (Service central de protection contre les rayonnements ionisants). mort en mars 2013 à 89 ans.[/ref] est reconnu innocent des accusations de « tromperie et tromperie aggravée » par la Cour de cassation de Paris qui explique notamment qu’il était « en l’état des connaissances scientifiques actuelles, impossible d’établir un lien de causalité certain entre les pathologies constatées et les retombées du panache radioactif de Tchernobyl ».

Encore aujourd’hui , le débat reste ouvert sur ces pathologies et leurs origines.

Dans la zone de Tchernobyl, beaucoup plus exposée que les régions françaises, une augmentation du nombre d’enfants atteints de cancers provoqués par la catastrophe, estimée à 5 000 cas, a été constatée. Il n’y aurait pas eu d’augmentation des cancers chez les adultes. Le conditionnel reflète le manque de fiabilité des études et statistiques russes.

Le cas des cancers thyroïdiens après Fukushima – Complément d’info pour les sportifs qui souhaitent aller concourir aux JO de 2020 à Tokyo : Kashiwa est à 26 km du centre de Tokyo, à 200 km de la centrale Dai ichi accidentée. Et pourtant, 112 enfants sur 173 diagnostiqués ont des problèmes thyroïdiens à Kashiwa ! Rappelons également ici que les cancers de la thyroïde des enfants de Fukushima sont bien dus à la radioactivité : dans la préfecture de Fukushima, on a détecté une augmentation de quelque 30 fois du nombre de cancers de la thyroïde chez les jeunes âgés de 18 ans et moins en 2011. Le total de jeunes atteints de cancer de la thyroïde est de 127, mais officiellement, cela n’a aucun rapport avec la radioactivité. Cherchez l’erreur ! Note de Pierre Fetet du 10/11/2015, sur le site Fukushima

En France, l’Institut national de veille sanitaire (INVS) exclut une augmentation des cancers de la thyroïde suite aux retombées de Tchernobyl. Toutefois, une thèse de médecine publiée quelques mois après ce rapport, en 2011, établit un lien entre la catastrophe et l’augmentation des cancers diagnostiqués : celle du docteur Sophie Fauconnier, fille du docteur Denis Fauconnier, médecin exerçant en Corse, désormais en retraite. Ce dernier, interrogé en janvier 2015 dans une émission de France Culture, rappelait non sans quelque amertume que, hier comme aujourd’hui, « c’est la politique qui contrôle les données scientifiques ».

Face aux controverses sur les effets sanitaires du nuage radioactif, des faits sont mis en avant :

– Le nombre de cancers de la thyroïde a augmenté en France régulièrement d’environ 7 % en moyenne par an depuis 1975 (soit un quadruplement en 19 ans), sans inflexion particulière en 1986.

– Les cancers de la thyroïde sont très majoritairement féminins et l’évolution de leur nombre suit l’évolution du nombre de cancers du sein.

Deux phénomènes concomitants sont à prendre en compte :

  • l’augmentation du nombre de cancers détectés par l’accroissement de la sensibilité des appareils à ultrasons : le seuil de détection des nodules est passé d’un diamètre de 10 mm à 2 mm ;
  • une évolution dans les comportements féminins de prise d’hormones de substitutions pré- et post- ménopause.

Selon l’étude de l’INVS parue en 2006, les résultats ne vont pas globalement dans le sens d’un éventuel effet de l’accident de Tchernobyl sur les cancers de la thyroïde en France. Toutefois, l’incidence observée des cancers de la thyroïde en Corse est élevée chez l’homme.

ipsn-tchernobyl

Les quatre zones de contamination post Tchernobyl reconnues quelques années après l’accident par l’Institut de protection et de sûreté nucléaire (IPSN). Il apparaît qu’aucune région française n’a été totalement épargnée.

Le 7 mai 1986, un courrier de l’Organisation mondiale de la santé indique que « des restrictions quant à la consommation immédiate [du] lait peuvent donc demeurer justifiées. »

Le 16 mai, une réunion de crise se tient au ministère de l’Intérieur : du lait de brebis en Corse présente une contamination par l’iode 131 anormalement élevée, d’une activité de plus de 10 000 becquerels par litre. Mais dans la mesure où l’iode 131 a une demi-vie courte (l’activité au bout de deux mois est difficilement détectable), il a été jugé que le bilan de l’activité radioactive sur une année ne serait pas affecté sensiblement, et les autorités n’ont pas pris de mesure particulières. Une note du 16 mai émanant du ministère de l’Intérieur, à l’époque dirigé par Charles Pasqua déclare « Nous avons des chiffres qui ne peuvent pas être diffusés. (…) Accord entre SCPRI et IPSN pour ne pas sortir de chiffres. »

Des indices laissaient penser que pour des personnes qui ont vécu ou vivent encore dans les zones de Corse touchées par les pluies du « nuage de Tchernobyl », existait une augmentation du nombre de plusieurs pathologies de la thyroïde, cancer notamment. Mais le lien avec l’accident de Tchernobyl a été contesté. Personne ne nie que dans le monde le nombre de pathologies de la thyroïde a effectivement augmenté (doublement en Europe) et il y a bien une augmentation significative du risque de cancer de la thyroïde signalée et scientifiquement reconnue dans plusieurs pays. Cependant, cette augmentation d’une part a commencé avant l’accident de Tchernobyl, et d’autre part n’est pas centrée sur les zones où il a plu lors du passage du nuage ; une grande partie du monde non concernée par les pluies lors du passage du nuage est également touchée par l’augmentation des thyroïdites.

Tchernobyl - nuage-sans-fin

Remarquable BD éditée par l’Association française des malades de la thyroïde (AMFT). Dessin de Ming.

Depuis mars 2001, 400 poursuites ont été engagées en France contre ‘X’ par l’Association française des malades de la thyroïde, dont 200 en avril 2006. Ces personnes sont affectées par des cancers de la thyroïde ou goitres, et ont accusé le gouvernement français, à cette époque dirigé par le premier ministre Jacques Chirac 2, de ne pas avoir informé correctement la population des risques liés aux retombées radioactives de la catastrophe de Tchernobyl. L’accusation met en relation les mesures de protection de la santé publique dans les pays voisins (avertissement contre la consommation de légumes verts ou de lait par les enfants et les femmes enceintes) avec la contamination relativement importante subie par l’Est de la France et la Corse.

Pour sortir du doute, les membres de l’Assemblée de Corse ont décidé de « faire réaliser par une structure indépendante (…) une enquête épidémiologique sur les retombées en Corse de la catastrophe de Tchernobyl ». Cette nouvelle étude a été conduite par une équipe d’épidémiologistes et statisticiens de l’unité médicale universitaire de Gênes (Italie). Elle est basée sur l’analyse d’environ 14 000 dossiers médicaux.

Les auteurs concluent en 2013 à un risque effectivement plus élevé chez les hommes des pathologies thyroïdiennes dues à l’exposition au nuage. L’augmentation chez eux des cancers de la thyroïde due au facteur Tchernobyl serait de 28,29 %, celle des thyroïdites de 78,28 %, et celle de l’hyperthyroïdisme de 103,21 %. Concernant les femmes, la faiblesse des échantillons statistiques ne permet pas de conclure pour les pathologies hors thyroïdites ; pour ces dernières, l’augmentation due à Tchernobyl est chiffrée à 55,33 %51. Concernant les enfants corses exposés au nuage, l’étude conclut à une augmentation des thyroïdites et adénomes bénins, et à une augmentation statistiquement non significative des leucémies aiguës et des cas d’hypothyroïdisme.

Cette étude, non publiée dans une revue à comité de lecture, a fait l’objet de critiques mettant en avant des faiblesses méthodologiques. La ministre de la Santé, Marisol Touraine rappelle ce facteur de confusion possible, et rejette ces résultats.

La commission nommée par la collectivité territoriale de Corse, qui a commandé cette étude, et sa présidente Josette Risterucci estiment que l’augmentation du risque est maintenant incontestable et souhaite une « reconnaissance officielle du préjudice ».

[Prochain article : L’inavouable bilan humain et économique]

Notes:

  1. Spécialisée dans les dossiers judiciaires de santé publique (affaires du « sang contaminé », de l’hormone de croissance, de l’amiante sur le campus de Jussieu, de la « vache folle » – ainsi que d’autres dossiers sensibles comme celui de la guerre du Golfe et du nuage de Tchernobyl. A, depuis, quitté ses fonctions, déclarant dans un entretien sur France Inter le 12 février 2013 : « Je suis entrée dans la magistrature car je croyais en la Justice. Je vais en sortir, je n’y crois plus. »
  2. Ministres à la manœuvre : François Guillaume, Agriculture ; Michèle Barzach, Santé ; Alain Carignon, Environnement ; Alain Madelin, Industrie ; Charles Pasqua, Intérieur.

  • © Ch.- M. Schulz

    « Il faudrait comprendre que les choses sont sans espoir et être pourtant décidé à les changer. » F. Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérèglement de l'esprit, c'est de croire les choses parce qu'on veut qu'elles soient, et non parce qu'on a vu qu'elles sont en effet. » Bossuet

  • Traduire :

    • Twitter — Gazouiller

    • Énigme

      Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

      Philippe Casal, 2004 - Centre national des arts plastiques - Mucem, Marseille

    • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

      La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste.
      (Claude Lévi-Strauss)

    • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

      Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexualité / politique), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la grace de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquette cou­leur et boî­tier rigide ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numéro, ci-dessus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
    • «Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl»

      Comme un nuage, album photos et texte marquant le 30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986). La souscription étant close (vifs remerciements à tous les contributeurs !) l'ouvrage est désormais en vente au prix de 15 euros, franco de port. Vous pouvez le commander à partir du bouton "Acheter" ci-dessous (bien préciser votre adresse postale !)

      tcherno2-2-300x211

      Il s'agit d'un album-photo de qualité, à tirage soigné et limité, 40 p. format A4 "à l'italienne". Les photos, prises en Provence et notamment à Marseille, expriment une vision artistique sur le thème d’« après le nuage ». Cette création rejoignait l’appel à l’organisation de "1.000 événements culturels sur le thème du nucléaire", entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fukushima) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tchernobyl).
    • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

      L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances. (Ber­trand Russel)

    • montaigne

      Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. Montaigne - Essais, I, 26

      La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

    • « C’est pour dire » de Gérard Ponthieu, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (3.0 France). Photos, dessins et documents mentionnés sous copyright © sont protégés comme tels.
      Licence Creative Commons

    • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

      « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    • Catégories d’articles

    • Salut cousin !

      Je doute donc je suis - gp

    • Fréquentation de « C’est pour dire »

      • 0
      • 393
      • 174
      • 2 591
      • 13 892
      • 1 624
      • 3 776
    • Calendrier

      février 2018
      lunmarmerjeuvensamdim
      « Jan  
       1234
      567891011
      12131415161718
      19202122232425
      262728 
      Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
      iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress
      Translate »